Wikipédia : 2 millions de fiches et celle de Nicolas Martin

La version en français de Wikipédia a passé le cap des 2 millions de fiches grâce à la description d’une des coronæ de la planète Vénus. Cette annonce « sensationnelle » a fait l’objet d’une couverture médiatique très faible et sans aucun recul dont le point d’orgue fut un épisode de « La méthode scientifique » diffusée sur France culture, soigneusement balisé par les intervenants pro domo habituels. Las pour la « méthode scientifique », cette émission fut truffée d’affirmations en totale contradiction avec la réalité observable du fonctionnement effectif de Wikipédia.

Le pseudonyme Roland45 s’est donné du mal – juste un peu – pour obtenir son quart d’heure de gloire wikipédienne. Le 8 juillet 2018, il se lève à l’aube et de sa main robotique crée 331 fiches en 33 minutes, soit une toute les 6 secondes! Il est ainsi assuré d’être « l’auteur » de la très attendue deux-millionième fiche wikipédesque en français. Il n’était pourtant pas le premier à aborder le sujet : un bot italien avait déjà créé une fiche sur cette corona en 2016. Le temps que son exploit soit reconnu  par ses pairs en vanité, il créait même 15 fiches « de trop ». Xcacau Corona étant promise à une sur-exposition urbi et orbi annoncée avec moult tambours et trompettes (revue de presse pitoyable finalement), les wikipétants accoururent autour de ce bébé maigrelet de 1833 octets pour le bichonner et le rendre un peu présentable. 24 heures et 65 diffs plus tard, la baudruche avait déjà plus que triplé de volume avant d’atteindre son volume d’équilibre (11 538 octets) le 23 juillet. Encore 3 diffs insignifiants autour du nouvel an et elle retombait dans les oubliettes.

Les versions de Wikipedia en anglais et en portugais assurèrent une traduction sommaire : la fiche n’ayant aucune valeur totémique pour eux, elle n’y pèse respectivement que 1532 et 1590 octets. Les presque 300 autres versions linguistiques de la galaxie WP ignorent l’existence de ce trou perdu à la surface de Vénus, même celle en cebuano qui n’est pourtant pas chiche (1).

Les 330 autres fiches quasi identiques créées par Roland45 ce 8 juillet 2018 et provenant d’une source unique ne connurent pas les mêmes honneurs de la pompe à air : elles plafonnent sans doute pour l’éternité autour des 1900 octets et ne sont visitées que par des bots. Elle font même doublon avec cette liste créée le 9 mars 2009, chose habituelle chez Roland45 qui peut créer une fiche listant les ponts de France puis détailler son passe-temps en 99 fiches par département. Coutumier de ces hauts faits encyclopédiques chers à de nombreux Wikipédiens, il remet le couvert le 9 août 2018 et crée en 3 minutes 19 fiches sur des cailloux – (28958)_2001_CQ42 à (28981)_2001_LY3 – qui pourront bientôt concourir comme article de qualité bien qu’elles n’aient été vues à ce jour que par 3 bots. Il y a ainsi 42.148 fiches consacrées à des astéroïdes de la ceinture principale. Voilà comment on arrive à deux millions de fiches.

Pour contempler un aperçu des fiches de remplissage de Wikipédia, lire également: De la nullité des articles de Wikipédia.

La méthode « scientifique » de Nicolas Martin

C’est dans ce contexte que France Culture consacre un épisode de l’émission quotidienne La méthode scientifique : Wikipédia, chacun sait ce qui lui plait (58 min.) le 19 septembre 2018. Le producteur est Nicolas Martin, ex-enseignant de lettres n’ayant fait aucune étude supérieure en sciences, qui voit sa fiche wikipédienne bien proprette publiée … le jour même de l’émission consacrée à Wikipédia, ce qui n’a bien évidemment rien d’un hasard !

La fiche est créée par le pseudo PrCravate dont c’était à peu près la seule activité notable au jour de l’émission. Il avait créé son profil le 7 juillet 2018 spécialement pour l’occasion en établissant directement un brouillon de la future fiche consacrée à N. Martin tel un Wikipédien expérimenté. Il met en ligne la biographie de son ami le 19 septembre 2018 moins de 4 heures avant la diffusion de l’émission et fait publier un message explicite sur le compte Twitter de l’émission. PrCravate se dévoile par la même occasion : il s’agit de Roger Mansuy, enseignant en mathématiques et chroniqueur mensuel pour La Recherche, invité à plusieurs reprise par Nicolas Martin dans son émission.

C’est un peu comme si, avant une interview, le président de la République annonçait au journaliste devant l’interroger la remise d’une breloque honorifique ou carrément l’attribution d’un siège sous la coupole des retraités du dictionnaire.

© Twitter 2018

On notera que la fiche wikipédienne de Nicolas Martin, même si elle atteint de justesse les « exigences de notoriété » dictées par les gardiens du temple, est faible dans les références présentées :

  1. Source primaire renvoyant au site de l’émission.
  2. Un article centré du Monde mis en ligne le 10 juin 2017.
  3. Un article centré de TéléObs mis en ligne le 23 février 2017.
  4. idem 3.
  5. Source primaire renvoyant au site de l’émission.
  6. Un article non-centré de La Croix mis en ligne le 23 février 2017.
  7. Source primaire renvoyant au site de France Culture.
  8. Un article non-centré du Monde mis en ligne le 17 janvier 2013.
  9. Un article non-centré de Slate mis en ligne le 24 janvier 2013 où le nom de N. Martin n’est même pas cité.
  10. Source primaire renvoyant au site de France Culture (en fait une tribune de N.Martin).
  11. Un article non-centré des Inrockuptibles mis en ligne le 13 juin 2016 citant en fait la tribune de N. Martin citée en référence 10.
  12. Une brève non-centrée de Libération mise en ligne le 13 juin 2016 citant de nouveau la tribune de N. Martin citée en référence 10.
  13. Un article centré de Télérama mis en ligne le 05 août 2011

Cette dernière référence sauve l’existence de la fiche quant au critère « au moins deux articles ou émissions espacés d’au moins deux ans dans des médias d’envergure nationale ou internationale ». L’ancien président de Wikimédia France Authueil/Samuel Le Goff avait pourtant prématurément enlevé les bandeaux réclamant des sources secondaires à un moment où la fiche n’en comptait que deux et proches dans le temps : la décision était déjà prise, la fiche serait conservée et ne souffrirait aucun tribunal de l’admissibilité. Enfin, Lewisiscrazy/Christophe Léger (chercheur au CNRS, défenseur des droits LGBT entre autres) apporte quelques précisions sur les OUTragés de la République.

Avec 7.214octets, la biographie de Nicolas Martin pèse déjà plus lourd que la fiche consacrée au premier Prix Nobel de médecine E.A. von Behring (7.109 octets) et deux fois plus que Sodome et Gomorrhe de Marcel Proust (3.999 octets). Récemment, le vandale Lotus50 blanchissait la biographie de Patrice Queneau, membre de l’Académie de médecine. Celui qui voulait être neuropsychiatre ou neurochirurgien avant de s’inscrire en fac de lettres appréciera les échelles de valeur sur Wikipédia.

Nicolas Martin est également producteur d’un podcast France Culture/France Info intitulé Les idées claires, sorte de Décodex audio (« programme de certification des savoirs et des connaissances » coproduit par ses deux stations, ­Radio France entend lutter « contre les désordres de l’information, des “fake news” aux idées reçues ») qu’il présente ainsi dans une interview donnée à La Croix :

« En raison de la désinformation et des fausses informations qui circulent notamment sur les réseaux sociaux, France Culture produit beaucoup d’informations sur les savoirs scientifiques, historiques… Avec le directeur de France Info, Vincent Giret, nous avons décidé d’unir nos forces pour réaliser chaque semaine un podcast et un module vidéo de trois à quatre minutes », et une version longue sur l’antenne de France Culture cet été, détaillait fin mars Nicolas Martin au micro du ­médiateur de Radio France.

Dans l’épisode intitulé L’immigration menace-t-elle la démographie française?, Nicolas Martin posait une question renversante d’intelligence : « Si les immigrés font plus d’enfants, seront-ils plus nombreux ? » qui a vivement fait réagir la démographe Michèle Tribalat (qui, il est vrai, en profite surtout pour peler une fois de plus son œuf avec François Héran).

Nous avons donc un chevalier blanc des sciences et de la vérité officielle qui dispose chaque semaine de plus de 5 heures d’antenne sur un média national auxquelles il faut ajouter 1.500.000 podcasts en 2018. Il vient tout juste d’être consacré sujet encyclopédique par Wikipédia. Comment va-t-il la présenter ? N’étant pas lui-même un expert de la chose mais plutôt un consommateur régulier comme il l’avouera en cours d’émission, Nicolas Martin fait un choix très discutable d’invités : Lionel Barbe, Mélanie Dulong de Rosnay et Léo Joubert en studio ainsi qu’une interview d’Alexandre Hocquet diffusée en cours d’émission. Comme souvent, aucun contradicteur n’est invité pour tempérer l’unanimité de façade : l’entre-soi est plus facile à gérer. Voyons en détails qui sont ces participants.

Mélanie Dulong de Rosnay

Mélanie Dulong de Rosnay, docteur en droit spécialiste des communs, ne fait mention d’aucune publication spécifiquement centrée sur Wikipédia à ce jour mais elle participe régulièrement à des conférences organisées par Wikimedia. On remarque dans la liste de ses publications :

  • Mélanie Dulong de Rosnay, Pierre-Carl Langlais, 2017, “Public artworks and the freedom of panorama controversy: a case of Wikimedia influence”, Internet Policy Review [en ligne], 6(1), DOI: 10.14763/2017.1.447. Full text
  • Mélanie Dulong de Rosnay, Pierre-Carl Langlais, 2016, “Freedom of Panorama: Digital Sharing of Cultural Heritage in the European Public Space”, International Association for Media and Communication Research (IAMCR) Conference, University of Leicester, 27-30 July.
  • Mélanie Dulong de Rosnay, Pierre-Carl Langlais, 2016, “Artworks on the Public Space are not in the Public Domain. The emergence of the Freedom of Panorama controversy”, Law & Communications Network, London School of Economics, 23 May.

Pierre-Carl Langlais est lui membre de Wikimédia France et bien connu sur fr:WP où il officie depuis ses 17 ans sous le pseudo Alexander Doria et où il fut coopté administrateur à 23 ans. Il y crée des articles hautement encyclopédiques tel que « 6 mars 1853 » et des fiches promotionnelles comme celle consacrée à Yves Riesel, son ancien employeur à Qobuz qui se vautre avec lui dans l’auto-promotion (2). Prince fainéant de la Wikipédie, il s’accroche fermement à son statut d’administrateur et prétend contribuer régulièrement à Wikipédia bien qu’il soit un tout petit joueur qui ne compte que 500 éditions depuis mars 2016 (dont plus de 10% consacrées à l’affaire Léophanès/Le Monde), ce qui lui vaut d’être invité de France Culture pour donner la réplique à Pierre Barthélémy tout en étant moqué en interne.

Quelques jours après l’émission, Mélanie Dulong de Rosnay crée un profil sur Wikimedia Commons pour téléverser une photo de Lionel Barbe prise durant l’émission de France Culture sous licence CC. Cette photo ajoute un vernis de notoriété et fait indéniablement plus chic que les précédentes.

Lionel Barbe

Lionel Barbe et Alexandre Hocquet ont participé à Wikipédia objet scientifique non identifié (sous la dir. de Lionel Barbe, Louise Merzeau et Valérie Schafer – Presses universitaires de Paris Nanterre, 2015). Cet ouvrage collectif est en fait le compte-rendu d’un colloque tenu en 2013 et basé sur des observations de 2012. Il avait déjà été l’invité de France Culture le 25 février 2015 pour présenter le « portail Wikipédia ».

L.Barbe, A.Hocquet et L.Merzeau/u:Mediolog sont également membres de Wikimédia France; cette dernière fut même membre du Conseil d’Administration de mai 2017 jusqu’à son décès en juillet 2017, ce qui donna l’occasion à Benoît Prieur de rappeler quelques flagrants délits auto-promotionnels indiscutables.

Lionel Barbe/u:Io est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à Paris-X (2009) où utilise Wikipédia comme moyen d’apprentissage dans ses ateliers. Plus récemment, il est devenu sympathisant de LREM et le Canard enchaîné l’a épinglé après un toilettage de la fiche consacrée à Agnès Buzyn ce qui lui a été reproché au Bistro.

Lionel Barbe a sa fiche Wikipédia depuis janvier 2014 grâce au bon plaisir des Wikipédiens et malgré 0,00 source secondaire centrée et 3 procès en admissibilité gagnés d’avance ; il l’édite lui-même sa fiche (10% du contenu ce jour) ou avec Alexandre Hocquet en toute amitié.

Alexandre Hocquet

Alexandre Hocquet/u:Alexandre Hocquet est docteur en chimie et a un master en histoire des sciences. Selon sa page personnelle (PU) façon CV :

Alexandre Hocquet (Page professionnelle académique), aka Osvaldo Piazzolla (@Osvaldopiazzoll). Modeste membre de l’équipe pédagogique du WikiMOOC mais ambitieux réutilisateur dans mes cours de Wikipédia à l’Université. Le WikiMOOC sera présenté à Wikimania 2017.

Il prend régulièrement part aux débats wikipédiens et même wikimédiens. Mais à y regarder de plus près, son expérience personnelle de fr:WP est très faible : 685 éditions en 6 ans (dont 58 sur sa PU!), la plupart du temps dans des pages de discussion. Il défend pourtant son jouet comme dans The Conversation sans mentionner qu’il est lui-même wikipédien alors que l’en-tête de l’article affiche la déclaration trompeuse suivante :

« Alexandre Hocquet does not work for, consult, own shares in or receive funding from any company or organisation that would benefit from this article, and has disclosed no relevant affiliations beyond their academic appointment. »

Dans un commentaire de l’article en question il écrit : « Du point de vue de l’autopromotion, vous avez raison : les universitaires sont des stars comme les autres. L’incompréhension mutuelle entre universitaires et wikipédiens est aussi liée à ça. Quand le premier se plaint que ses contributions sont modifiées par des ignorants, le second se méfie des conflits d’intérêts du premier. Quand j’ajoute une référence à un article écrit par moi, je fais mon travail d’universitaire et mon travail de wikipédien, mais je prends des pincettes parce qu’objectivement je fais aussi de l’autopromotion…même si je n’ai pas créé ma page. »

L’entre-soi des intervenants ne faisant aucun doute, il n’y avait rien d’autre à espérer de cette émission qu’une absolue « neutralité de point de vue », entendez le point de vue de Wikipédia/Wikimédia qui élimine toute contradiction par avance. C’est un biais malheureusement constant des « débats » autour de Wikipédia.

58 minutes de propagande

L’intitulé de l’émission était sibyllin : Wikipédia, chacun sait ce qui lui plait. C’est tout à fait ça Wikipédia : c’est le bon plaisir des Wikipédiens qui prime sur un savoir structuré, le fanzine sportif et l’indigence absolue en philo, les pseudo-articles de biologie (cfr. Choupette, la chatte de Karl Lagerfeld, est dans Wikipédia, l’encyclopédie de la bêtise), les listes interminables de mangas vs. des ébauches sur des Prix Nobel de littéraure etc.

Il serait fastidieux de revenir ici sur chacune des contre-vérités ou approximations énoncées durant les 59 minutes de l’émission (réécoute, transcription). Aussi nous ne mentionnerons que les traits les plus grossiers.

« […] il y a la méthode du point de vue neutre et avoir une source » (M.Dulong de Rosnay).  « Un article dans Wikipédia sans sources, c’est un article qui disparaît » (N.Martin). « Tout à fait. Et qui disparaît très vite ! » (L.Barbe). C’est en effet la théorie wikipédienne mais pas du tout la réalité. Un Wikipédien ayant fait des stats sur un dump complet daté du 1er novembre 2016 a démontré ceci : 48,83%  des fiches de Wikipédia n’ont aucune source (aucune balise <ref>). Il faudrait donc faire disparaître près d’un millions de fiches de Wikipédia, dont celles consacrées à des libristes à seule fin de lobbying anti-copyright, grand dada des Wikip/médiens. Quant au Graal du point de vue neutre, Léo Joubert ajoute: « lorsque vous publiez quoi que ce soit sur Wikipédia vous n’êtes pas supposé écrire ce que vous pensez sur ce sujet, mais plutôt faire un bilan des sources existantes ainsi que des critiques dont elles font l’objet ». Or on constate que le mode de construction d’une fiche wikipédienne est l’ajout par strates de provenances sans aucun coordination et que c’est toujours un rapport de force (pseudo vote, usure des contradicteurs) qui établi le « point de vue correct », l’endoxa du moment. Nicolas Martin a lui-même donné sa version de la quête de la neutralité:

Prenons la question du glyphosate, par exemple. Dans ce domaine sensible pour l’opinion publique, il est particulièrement complexe de démêler le vrai du faux, car un biais de taille intervient: appelons-le biais de perception sélective, ou biais de confirmation. Pour le résumer, l’opinion publique est majoritairement contre les pesticides et perçoit Monsanto comme « le mal ».

| Nicolas Martin, Huffington Post mis en ligne le 08 juin 2018.

« […] on préserve l’historique de toutes les modifications et de toutes les discussions, de tous les débats, ce qui a fait controverse » (M. Dulong de Rosnay). « Mon matériau en général ce sont les débats et les débats qu’on trouve dans les forums ou dans les mailing-listes. Et de ce point de vue-là Wikipédia s’y prête parce que, d’une part, tout est transparent et aussi, effectivement, c’est un lieu où les gens, où la communauté s’exprime, elle débat, elle n’est pas souvent d’accord, il n’y a pas souvent de consensus, même si le but est de trouver un consensus dans la rédaction des articles. Donc c’est ça qui est intéressant d’un point de vue sociologique » (A.Hocquet). Tout n’est pas transparent avec les Wikipédiens : qu’il s’agisse de conversations sur IRC, par e-mail ou par téléphone et même lors de rencontres, ils savent très bien manigancer en coulisse, loin de la publicité des éditions sur Wikipédia ou dans les mailing lists.

« […] un projet de très grande dimension, mondial, créé par des dizaines ou des centaines de milliers de personnes sans qu’il y ait un système de rémunération » (L.Barbe). Wikipedia est envahi par les firmes de relation publiques et certains Wikipédiens se font rémunérer pour éditer, et pas des moindres (cfr. Swiss Papers: un scandale de plus sur Wikipédia), faits qui ne seront qu’effleurés durant l’émission en prétendant qu’ils sont « étroitement surveillés ».

« […] Les wikipédiens et les chercheurs qui se sont intéressés au phénomène ont rapidement démontré que le vandalisme ne pouvait pas diminuer la qualité des pages pendant longtemps puisque dès qu’une modification un peu farfelue était opérée, immédiatement un éditeur ou un administrateur regardait les modifications et c’était corrigé dans un laps de temps très court » (M. Dulong de Rosnay). Les Wikipédiens font quotidiennement preuve de leur manque de discernement. Les canulars (parfois commis par des administrateurs) qui sont resté jusqu’à 10 ans dans Wikipédia prouvent exactement le contraire ; les Wikipédiens bien en vue peuvent se permettre d’imposer leur point de vue sur des fiches sensibles pendant des mois. Le système de relecture vise essentiellement les éditions des novices et les « patrouilleurs » laissent passer les erreurs insérées par les anciens avec qui ils ont établi des connivences.

« […] la structuration des savoirs sur Wikipédia est relativement classique, c’est-à-dire que vous retrouvez les grandes catégories de savoirs » (L.Barbe). Ce n’est pas du tout la réalité. Wikipédia est avant tout un fanzine consacré aux sports. Le graphique ci-dessous reprend l’évolution depuis 2015 du nombre de fiches par catégorie selon la classification des Wikipédiens eux-mêmes :

Mais attention aux catégories attribuées en dépit du bon sens par les Wikipédiens. Ainsi, le publireportage consacré au parfum Polo est classé dans les catégories art, histoire, France, Europe et époque contemporaine; il ne manque plus que les catégories sciences (c’est un peu de la chimie les parfums non ?) et biologie (il y a des extraits de plantes) pour faire vraiment wikipédesque !

 

(1) La version de Wikipedia en cebuano héberge plus de 5,3 millions de fiches (et qui pourrait bientôt dépasser en volume la version anglaise qui en compte 5,8 millions) tout en étant ostracisée sur la page d’accueil générale et ce à dessein puisque l’internaute lambda se rendrait vite compte que cette wikipedia est presque entièrement rédigée par un seul bot pouvant créer 10.000 fiches par jour et de là pourrait se demander si « les millions d’articles » qu’on lui fait miroiter ne serait pas en fait du vide de remplissage (ndlr: la contradiction des termes est intentionnelle). Les Wikipédiens francophones jouent les surpris sur le Bistro et on propose carrément de supprimer le wiki en cebuano sur meta. Quelque temps plus tard, Trizek fourni de vaines statistiques pour encourager ses troupes.

(2) Le signalement ici-même de la manipulation de la fiche Yves Riesel entraîna son toilettage par l’administrateur Jules78120/Jules Xénard avec des commentaires édifiants: « supp. informations non étayées par des sources secondaires », « Suppression commentaires POV élogieux, informations non-sourcées et travaux inédits », « non-sourcé », « lien mort, pas retrouvé la source »; le publireportage durait depuis 6 ans et le pas de deux Yves Riesel/Alexander Doria.

Publicités
Publié dans Analyses, conflit d'intérêt, Propagande | 7 commentaires

Wikipédia : une ligue du lol depuis 2001

Certain·e·s wikipédien·ne·s ont depuis quelques temps entrepris de combler le « fossé de genre » dans leur jeu favori par la création de fiches sur des personnalités féminines. Il ne faut cependant pas oublier le problème de fond qu’est la misogynie de nombreux wikipédiens.

La page d’accueil de Wikipedia ce 08 mars 2019 mentionnait la Journée internationale des droits des femmes en anglais, en allemand, en russe, en espagnol etc. mais pas en français. C’est l’exception culturelle française selon Wikipédia.

Un peu de démographie

L’enquête sur les personnes utilisant Wikipedia publiée par les Nations Unies en mars 2010 avait récolté 170.173 réponses dont 54.034 (31,75%) émanaient de contributeurs.

Les réponses valables ont été reçues de répondants âgés de 10 à 85 ans.  Globalement, l’âge moyen des Wikipédiens ayant participé à l’enquête est de 25,22 ans. La moitié des répondants ont moins de 22 ans. L’âge le plus fréquemment observé chez les répondants est 18 ans. En divisant les répondants en quatre groupes d’âge égaux, on constate que 25% ont moins de 18 ans, 25% entre 18 et 22 ans, et 25% entre 22 et 30 ans (par exemple, la moitié des répondants âgés de 18 à 30 ans) et les 25% restants âgés de 30 à 85 ans.

Il existe une légère différence d’âge entre lecteurs et contributeurs – les lecteurs ont en moyenne 24,79 ans, tandis que les contributeurs affichent un âge moyen de 26,14 ans. Enfin, les femmes interrogées sont plus jeunes (23,79 ans) que les hommes (25,69 ans).

Bien que les deux groupes soient dominés par les hommes, il existe des différences significatives dans la composition par sexe des lecteurs et des contributeurs de Wikipedia. Les contributeurs montrent une proportion substantiellement plus grande d’hommes que de lecteurs. Parmi les répondants, 12,64% seulement des contributeurs sont des femmes.

Le problème de Wikipedia avec les femmes avait fait l’objet d’un article retentissant dans le New York Times (30 janvier 2011) : Define Gender Gap? Look Up Wikipedia’s Contributor List. Alors que la moitié de l’humanité est composée de femmes, alors que le rapport homme/femme chez les internautes en général est de 51/49%, alors que tout le monde peut soi-disant jouer à Wikipédia, elles n’y étaient que 12,64% en 2010 et 8,5% en 2011. La Wikimedia Foundation, qui ne manque pourtant pas de moyens, a ensuite jugé nécessaire de ne plus réaliser de statistiques sur le sujet jusqu’en 2018 où les chiffres stagnaient autour de 9% de contributrices alors que l’objectif affiché par la fondation était d’arriver à 25% seulement.

Community Engagement Insights, 2018 Report – Wikimedia Foundation CC BY-SA 4.0

L’enquête publiée en 2012 présentait par ailleurs une anomalie étonnante : la volonté de la fondation d’accroître le nombre de femmes éditant Wikipedia est considérée par 17% de la communauté wikipédienne comme inappropriée !

Quelles priorités sont considérées par la communauté comme inappropriées pour la Foundation. Wikipedia Editor Survey 2012. Wikimedia Foundation CC BY-SA 3.0

Un épisode marquant de cette défiance des wikipédiens par rapport aux objectifs affichés de la Wikimedia Foundation fut le bannissement en 2014 de la seule femme impliquée dans la Gender Task Force, Carol Moore. On notera que pour la version française les administratrices ne comptent que pour 6,25% du collège décidant des blocages et bannissements.

Malgré ces défiances de la « communauté des wikipédiens » face aux objectifs de la WMF, des wikipédiennes ont souhaité agir. Ainsi la création du groupe Woman In Red(1) en Angleterre fut suivie par les projets Biographies des femmes en Suisse et Les Sans PagEs en français. Lancé en juin 2016, ce dernier est assimilé à du militantisme malvenu par certains (Bistro du 29 juillet 2017 par exemple). Wikipédia est en effet depuis longtemps un défouloir pour les misogynes.

La misogynie à l’origine de Wikipedia

Il faut ici rappeler que Wikipedia fut co-fondé par Jimmy Wales via sa société Bomis (« Bitter Old Men in Suits »), un portail pornographique créé en 1996 et arrêté en 2007 non pour des considérations éthiques mais simplement parce qu’il ne rapportait plus rien financièrement. Les produits phare de la société étaient le Bomis Babe Report (Le rapport Bomis des poupées) et Bomis Premium donnant accès à un contenu explicite. Le webring du site conduisait également vers des sites plus abjects tels que Planet of Teens, NN Teenies, Teen Model Magazine, etc.

Jimmy Wales, co-fondateur de Wikipedia, posant avec des modèles du portail pornographique Bomis. Auteur indéterminé, image publiée sur différents sites web sans copyright.

Exemple du contenu Bomis premium commercialisé par Jimmy Wales en 2001, à l’époque des débuts de Wikipedia.

Les trois trentenaires co-fondateurs de Bomis – J. Wales, Tim Shell et Michael Davis – furent également les trois premiers membres du conseil d’administration de la Wikimedia Foundation (2003). Nous avons donc une équipe de trois hommes pour lesquels le corps de la femme est un objet à vendre et qui vont créer Wikipédia avec d’autres hommes.

Un exemple de l’état d’esprit qui règne parmi les premiers wikipédiens est conservé dans la mailing list (publique) de septembre 2002 où on peut lire ce commentaire du programmeur Jaap van Ganswijk :

It’s my oppinion [sic] that any matters of importance like those of politics, science, economics, philosophy should not be dicussed [sic] with women.

One should never engage in serious discussions with women anyway. They are not genetically equiped [sic] for it.

[…] But well, uhm, we guys, we like fighting, testing each other out, we will have to go hunt the next day to get the meat and we need to be able to rely on each other 100%. You women only have to dig up roots etc.

(« Mon opinion est que les sujets d’importance tels que la politique, les sciences, l’économie, la philosophie ne devraient pas être débattus avec les femmes. On ne devrait d’ailleurs jamais s’engager dans des discussions sérieuses avec les femmes. Elles ne sont pas génétiquement équipées pour ça. […] Mais bon, ehm, nous les mecs, on aime se battre, se tester les uns les autres, on devra partir à la chasse le lendemain pour notre viande et on doit pouvoir compter les uns sur les autres à 100%. Vous les femmes, vous n’avez qu’à creuser et récolter les racines etc. »)

Jaap Van Ganswijk « approfondit » sa « pensée » dans un petit pensum que l’on peut lire ici et il ne présentera pas d’excuses. Heureusement, d’autres hommes et des femmes participant à la mailing list réagissent et remettent Jaap à sa place. Cependant Jimmy Wales, qui participe activement aux discussions à un moment où le nombre de messages est faible et parfaitement gérable, ne réagit pas. Le lendemain, Jaap peut tranquillement proposer à Jimmy qui plaisante avec lui d’aller boire une bière.

« Une femme est un être humain, elle ont des cheveux et des yeux. » [sic]

Le 8 mars 2004, « Journée internationale des droits des femmes », les mâles wikipédiens francophones se défoulent et ébauchent une fiche « femme ». Après quelques éditions, notamment par César Alexianan/Céréales Killer (administrateur et bureaucrate), Frédéric Thuillier/Fred-th (administrateurs, futur membre du CA de Wikimédia France) on arrive à ça:

Une femme est un être humain (ça reste à prouver…) doué d’intelligence et doté de cheveux et d’yeux.

Femme

Certains pensent que les appendices capillaires peuvent provoquer des nuisances sociales qui justifient le port d’un foulard tandis que d’autres pensent que les appendices capillaires féminins doivent rester visibles de tous.

voir aussi: Femme de ménage

On note que le terme « intelligence » renvoie à la fiche « science-fiction », que l’image légendée « femme » est un nu (depuis supprimée) et que « femme de ménage » renvoie à la page personnelle de Florence Devouard/Anthere qui réagit à peine moins puérilement sur la fiche « homme ». Le 8 mars 2013, la fiche est encore principalement illustrée par un nu artistique.

Les wikipédiens reviennent rapidement à des considérations plus sérieuses mais on constate que la fiche « femme » a subi bien plus d’attaques que la fiche « homme », que la page de discussion est anormalement longue (11x celle de homme) et que la fiche est verrouillée en écriture (semi-protection longue).

Sur la fiche « féminité« , on est sidéré de trouver jusqu’en 2013 les paragraphes suivants (ndlr: la mise en gras est d’origine):

À la féminité, on peut adjoindre le qualificatif de féminin qui n’a pas la même connotation. Bien que les comportements masculins et féminins soient fortement marqués par l’éducation, certains traits de caractère semblent pourtant plus spécifiques aux hommes et d’autres plus spécifiques aux femmes. On recueille certaines indications intéressantes en observant ce que les hommes apprécient chez les femmes, qui concourent à les sentir vraiment femmes.

On reconnait comme masculines les qualités qui permettent d’aller vers un but déterminé, à la manière d’une flèche qui se dirige vers sa cible. On reconnait comme féminines les qualités qui permettent d’accueillir ce qui est et ce qui vient, à la manière d’une coupe largement ouverte sur l’univers.

Ces traits ne sont pas exclusifs à un sexe, mais seulement prédominants. Aucun trait n’est réservé à un sexe. Nous trouvons les traits masculins et féminins aussi bien chez la femme que chez l’homme. Les attributs plus spécifiques à la femme seraient: l’accueil, la réceptivité, l’altruisme, la tendresse, l’empathie, la sensibilité, la délicatesse, la patience, la compréhension et la collaboration. Le féminin accueille ce qui est sans jugement. La mère saine accueille son enfant et l’aime tel qu’il est. Lorsque l’enfant est blotti contre sa mère, il s’abandonne en toute confiance, il ne sent plus son être, il est hors du temps et de l’espace, il est fusionné à elle. Elle le nourrit par son lait sans attendre de récompense, gratuitement, généreusement. Les qualités du féminin sont amour, union, fusion, générosité, tendresse, compassion.

Le féminin est aussi l’énergie de vie. Lorsqu’une femme est enceinte, elle accueille la nouvelle vie en elle, elle s’offre à cette vie qui se développe par elle-même selon sa propre loi, sans que la volonté de la femme n’intervienne. Elle n’a rien d’autre à faire qu’accepter, prendre soin, favoriser. C’est une expérience du lâcher-prise, de l’abandon au courant de vie.

Ces assertions marquées par l’ignorance et la misogynie perdureront malgré quelques remaniements jusqu’en septembre 2016!

Le cas Jérémy Jähnick

Jérémy Jännick (ou Jérémy Günther Heinz Jähnick selon sa fantaisie) joue à Wikipédia depuis octobre 2007. Sur sa page personnelle très immodeste, il se déclare « historien spécialiste du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais » bien que son parcours scolaire se soit arrêté en BTS Comptabilité et Gestion des Organisations. Il y glisse aussi un petit message publicitaire:

Je suis joignable sur ma page de discussion pour les Wikimédiens à propos de mes contributions sur Wikipédia, Wikimedia Commons et Wikinews, et via Facebook pour les tiers concernant l’utilisation de mon travail sous d’autres conditions que les licences imposées, ou tout autre projet. Notez que dans ces cas, je me fais payer. Inutile donc de me contacter s’il n’y a pas de budget.

Au sujet de cette dernière phrase, on lira l’analyse du système Jähnick concernant les licences et la manière de les exploiter tout en profitant de l’infrastructure Wikimedia Commons en lisant Licence libre payante sur le blog Ainsi va Wikipédia de Hamelin de Guettelet qui a quitté Wikipédia en laissant « avec indifférence les égos-boursouflés-qui-se-la-pètent-en-étant-des-encyclopédistes-égoïstes« .

Par ailleurs, Jérémy n’aime pas les journalistes qu’il peut traiter de « connard » ou « connasse » à l’occasion : « Cette année, je passe à l’étape Wikipédia, média majeur, où je vais rabattre le caquet à certains de ces journalistes, et leur montrer que malgré toute la débauche de matériel qu’ils utilisent, ils font de la merde par rapport à moi qui travaille comme MacGyver. Jérémy-Günther-Heinz Jähnick (discuter) 12 janvier 2015 à 19:16 (CET) » Il semblait pourtant ravi de son quart d’heure de gloire dans le sujet qu’Envoyé spécial a consacré à Wikipédia en novembre 2012.

« Je laisserai une trace après ma mort » Jérémy Jännick © Envoyé spécial/France 2 (émission diffusée le jeudi 8 novembre 2012).

Jérémy Jähnick affiche ses sympathies pour le Front National et dit même en être membre. Il téléverse sur Wikimedia Commons des centaines de photos et de vidéos relatives aux activités du FN dans sa région, y compris ses selfies avec Jean-Marie ou Marine Le Pen.

Outre sa grossièreté, ses opinions d’extrême droite, son infatuation, Jérémy Jähnick révèle aussi une vision particulièrement abjecte de la femme. Sur le Bistro et dans la page de discussion d’un wikipédien dépressif et au bord du suicide, il écrit ceci :

Quand on est surdoué comme l’est Strologoff, c’est vraiment déprimant de ressentir constamment cette impression de côtoyer 98 % des gens qui ont un niveau intellectuel plus faible que le sien, incapables de mener quelque chose à bien, d’être parfaitement efficaces… Le pire étant qu’il a perdu ses proches ses dernières années. Le meilleur conseil que je pourrais lui donner, c’est de se trouver une conne, de la mettre enceinte, et de garder les gosses. Il se reconstituerait ainsi un nouveau noyau familial et pourrait éduquer ses enfants comme il le souhaite. JÄNNICK Jérémy (discuter) 4 septembre 2013 à 19:10 (CEST)

Propos effacés en lousdé le lendemain par l’administrateur Binabik. Ce n’était pas sa première intervention du genre. En juillet 2013, dans une discussion à propos des requêtes aux administrateurs, il écrivait: « Wikipédia:Bureau des pleurs me semble tout à fait approprié. Il y an [sic] a déjà dans chaque entreprise, où l’employée couarde vient faire la victime à la moindre occasion, et la lèche-bottes par la même occasion. JÄNNICK Jérémy (d) 20 juillet 2013 à 12:32 (CEST) » Tout cela lui a valu ses trois premiers jours de blocage, peine très légère quand on connait les habitudes wikipédienne pour des délits anodins.

Autre conséquence, l’administratrice Emmanuelle Martaud/Euterpia ou Polymnia crée un blog éphémère (2 billets en septembre 2013) salué par Pierrot le Chroniqueur, où elle s’interroge sur les réactions de certains, notamment l’argument que la misogynie est une opinion et qu’elle ne tombe pas sous le coup de la loi française :

Il est très probable que si je m’évertue à violer le bandeau R3R, ça ne tombe même carrément pas sous le coup de la loi française. Pourtant des gens se font bloquer pour ça. My point is : sur Wikipédia nous avons des règles, la loi est effectivement supérieure à ça, mais les règles, recommandations et autres essais et pignolages sur Wikipédia sont un cadre en plus. Ce n’est donc pas parce que la misogynie est autorisée (enfin, dans une certaine mesure seulement) par la loi française, américaine, ou du Tuvalu, qu’on a le droit, sur Wikipédia, de qualifier le genre féminin de moule à gaufre, qui va te sortir gentiment une gaufre, et que tu peux prendre ta gaufre et te barrer, parce que bon, c’est con un moule à gaufre.

Enfin, Jérémy n’aime pas les vieux et il l’exprime très clairement dans un message presque immédiatement effacé par Benoît Prieur/Agamitsudo (ancien administrateur alors membre du CA de Wikimédia France et amateur de cyclisme tout comme Jérémy) :

Si vous le souhaitez, je peux me charger de résoudre le problème suivant mes préceptes de la diplomatie Wikipédienne. Vu comment il écrit, et cet aspect buté, l’IP est forcément un vieux, et les vieux, ça ne comprend par expérience que la manière forte. Si vous laissez une possibilité de discussion, il va s’engouffrer dans la brèche et n’entendre que ce qu’il veut bien. Jérémy-Günther-Heinz Jähnick (discuter) 11 mai 2015 à 18:33 (CEST)

Néanmoins (après un signalement sur IRC?), Racconish dépose un message d’avertissement très très léger sur la page de discussion de l’intéressé :

Ce diff me paraît contraire aux Règles de savoir-vivre et à l’Esprit de non-violence. Merci d’y veiller. Cordialement, — Racconish 📥 11 mai 2015 à 19:38 (CEST)

C’est ce que je croyais au début, mais mes propos sont conformes à l’exception de vérité : beaucoup de vieux sont têtus et la ferment quand ils trouvent plus fort qu’eux, je l’ai encore vérifié durant ma course de la semaine où à deux reprises des vieux sont venus me chercher des noises, et ils sont finalement repartis quand ils ont compris qu’il y avait un risque pour leur intégrité physique (notamment celui de se faire gazer). Curieusement, je portais une boucle d’oreille et un tee-shirt fluo, ce qui a surement dû leur laisser croire que j’étais une victime idéale. Je n’ai donc pas manqué de remercier mon meilleur copain qui m’a offert ce cadeau (s’inquiétant pour ma sécurité) dont je suis inséparable. Pour l’exemple qui nous intéresse, le vieux continuera à harceler tout le monde tant qu’il n’aura pas reçu de réponse ferme, parce que les Wikipédiens sont trop diplomates envers des gens qui ne mériteraient que du mépris. Je l’ai déjà dit et je le redis, quand quelqu’un pose problème, il ne faut pas se laisser emmerder mais foncer dans le tas. Jérémy-Günther-Heinz Jähnick (discuter) 11 mai 2015 à 20:03 (CEST)

Retirez ces propos ou je fais une RA. Cordialement, — Racconish 📥 11 mai 2015 à 20:05 (CEST)

Agamitsudo prévient l’administrateur Jules78120/Jules Xénard, alors salarié par Wikimédia France. Les administrateurs de Wikipédia finissent par discuter du cas et Jérémy est condamné à la peine la plus lourde qu’il ait connu à ce jour : une semaine de blocage dont l’intéressé se fiche éperdument et contourne facilement avec l’aide d’un complice ou en créant un faux-nez. Cela aurait valu à n’importe quel péon un blocage de plusieurs mois voir indéfiniment mais les administrateurs de Wikipédia ont voulu ne pas « taper dans le portefeuille » de Jérémy. Ils ne sont donc pas vraiment indisposés des propos misogynes, anti-presse, antivieux et bien au courant de ses éditions rémunérées.

Le QI des femmes, le ménage et on en passe

Hautbois, cerbère des articles sur la musique classiques où rien ne peut se faire sans son approbation, est un wikipédien genre reverteur qui n’apporte presque aucun contenu. Depuis 2006, il annule à tour de bras les modifications qui ne lui plaisent pas sans rien apporter lui-même, la plupart du temps sans aucun commentaire ou alors avec des remarques désobligeantes. Ainsi ce commentaire de diff : « oui, c’est une {{Ébauche}} merci de compléter plutôt que de barioler :)) » assez typique du personnage.

Hautbois est par contre un pilier de l’Oracle où il perd son temps en bavardages prétentieux ou misogynes. Ainsi cette intervention :

Existe-t-il des études (sérieuses) ayant mesurées le QI d’hommes et de femmes (séparément) sur un échantillon représentatif et surtout dans un même environnement. Si oui, comment se situe la moyenne des QI des hommes / celui des femmes et surtout j’aimerais connaitre les 2 écarts types de l’échantillon. Skiff (discuter) 18 janvier 2015 à 10:15 (CET)

… j’ai bien une idée sur la question… et sans étude ! Le phallocrate de service [canqueter] 18 janvier 2015 à 10:46 (CET)

De tels propos auraient valu au moins un avertissement à un simple péon. Pour les wikipédiens réguliers la mansuétude est immense.

Lors de la cooptation d’Harmonia Amanda en tant qu’administratrice de Wikipédia, Gustave Graetzlin approuve mais ne peut s’empêcher d’ajouter : « Vu ma date de naissance, je pense qu’il est très bon qu’une jeune fille à marier aime à faire le ménage. Son mari sera un homme heureux. Gustave G. (d) 7 mai 2009 à 16:00 (CEST) »

En janvier 2015, je remarque un ajout dument sourcé (mais pas formaté en code wiki) de Ragondindanslherbe au sujet des propos outrageusement misogynes tenus par Antoine Compagnon, professeur au Collège de France, dans Le Figaro ainsi que les 7 reverts de Celette et de son aide de camp JLM qui se relaient pour échapper à la R3R. Je devine que Ragondin est un néophyte en wikipédie et qu’il ne comprend rien au jargon accompagnant les annulations de Celette & co. Surtout la source du passage qui hérisse Celette disparaît dans les tentatives de restauration. Je décide alors d’intervenir sous le pseudo Klkktk pour ajouter et diversifier les sources et le ballet Celette/JLM reprend de plus belle, bientôt aidé par Jules78120 qui fini par protéger Celette/JLM en plaçant la fiche sous semi-protection. De mon côté je suis aidé par des IP ou des pseudos enregistrés sans aucune solliciation de ma part (ce que confirme la RCU éhontée de Celette, agacé(e?) surtout parce que j’imite son style et reprend ses propres éléments de langage). La page de discussion conserve la trace de nos échanges qui ont abouti à la quasi-conservation du paragraphe initial quoi qu’en dise Celette. Ce qui m’avait par contre frappé à l’époque c’était l’acharnement de Celette à faire disparaître les propos misogynes d’Antoine Compagnon à la manière d’un firme de comm’. Oh ironie, Celette continue à construire son personnage en participant au « projet Femmes » et « Les sans pagEs ».

En avril 2015, je tente sous le pseudo Zaïn Katan (le pseudo Zaïn Gadol étant déjà pris) quelques autres expériences dont le sauvetage de la fiche consacrée à l’association Zéromacho « des hommes contre la prostitution et pour l’égalité ». Bien que j’apportais de nombreuses références sur la PàS, l’association est virée de Wikipédia qui n’hésite pourtant pas à faire la pub amicale des associations libristes et de leurs leaders. Les sources centrées n’ont fait qu’augmenter depuis et toujours pas de restauration.

En janvier 2017, Tsaag Valren ouvre une discussion de Bistro sur le sexisme dans Wikipédia. Le lendemain, à l’initiative de Siren, les wikipédiens illustrent leur Bistro d’une manière qui en dit long :

Capture d’écran du Bistro du 24 janvier 2017 — Wikipedia®

En janvier 2018, Jean-Jacques George (allié de Celette pas encore banni) demande une vérification de compte sur base d’allégations antiféministes et sans aucun diff à l’appui.

Raison de la demande : censure d’images sur divers wikipédias et sur wikidata, me faisant beaucoup penser au militantisme pseudo-« féministe » dévoyé auquel se livrait le troll Deuxtroy/Tibauty… Quoi qu’il en soit, je soupçonne très fortement « Brigitte Neuschwander-Kasselordner » – nouveau compte étonnamment au fait du fonctionnement des projets wikimedia – d’être un faux-nez. Merci.

Les Check Users s’exécutent sans se poser aucune question (résultat négatif). Être un homme pilier de Wikipédia donne des passe-droits, même quand la forme est misogyne.

L’impact est général

Nous venons de discuter le fait que les contributrices étaient anormalement peu représentées, que certains contributeurs avaient un comportement misogyne mais qu’en est-il du contenu des Wikipedias?

Une étude(2) relatée en février 2015 dans le MIT Technology Review (Computational Linguistics Reveals How Wikipedia Articles Are Biased Against Women) est particulièrement intéressante car elle ne se focalise pas seulement sur le nombre de pages consacrées à des femmes. Les chercheurs ont mis en évidence ceci :

[…] la diversité étroite de la communauté des éditeurs de Wikipedia peut potentiellement introduire des biais systémiques tels que les biais de genre dans le contenu de Wikipedia. […] Nous constatons que si les femmes sur Wikipedia sont couvertes et bien présentées dans de nombreuses langues d’édition de Wikipedia, la manière dont elles sont décrites est très différente de celle des hommes.

Les mêmes auteurs affinent leur recherche l’année suivante(3) :

Nous constatons que (i) les femmes sur Wikipedia sont plus notables que les hommes, ce que nous interprétons comme le résultat d’un subtil effet de plafond de verre; (ii) les sujets liés à la famille, au genre et aux relations sont plus présents dans les biographies de femmes; (iii) les biais linguistiques se manifestent sur Wikipedia, puisque les termes abstraits ont tendance à être utilisés pour décrire les aspects positifs des biographies d’hommes et les aspects négatifs dans les biographies de femmes; et (iv) il existe des différences structurelles en termes de métadonnées et d’hyperliens ce qui a des conséquences sur les activités de recherche d’informations. Bien que certaines différences soient attendues en raison de contextes historiques et sociaux, d’autres différences sont imputables aux éditeurs de Wikipedia. […] Nous espérons que le présent travail contribuera à une prise de conscience accrue, d’une part, des questions relatives à l’égalité des sexes dans le contenu de Wikipedia et, deuxièmement, des différents niveaux sur lesquels les préjugés sexistes peuvent se manifester sur le Web.

Une étude de 2018, The Gender Gap in Wikipedia Talk Pages (4), conclu également à une sous-représentation des femmes dans les pages de discussion de Wikipedia.

Le problème du biais de genre sur Wikipédia étant de plus en plus médiatisé, les wikipédiens ont fini par créer une page sur le sujet en avril 2014 en anglais et seulement en mai 2016 en français; la dernière édition significative de cette fiche date de mars 2017 alors que la WMF a publié une nouvelle étude en 2018.

La surreprésentation masculine dans la communauté wikipédienne n’est pas la seule distorsion identifiée : Wikipedia est aussi très occidentalo-centrée, « blanche », offre un miroir déformé de la recherche universitaire, est essentiellement consacrée aux sports etc. C’est ce qui arrive quand il n’y a aucun projet éditorial et que les faits sont soumis au vote.

WMF: les proclamations vs. les actes

La stratégie globale du mouvement wikipédien définie en 2017 proclamait :

En tant que mouvement social, nous centrerons nos efforts sur les connaissances et communautés qui ont été écartées par les structures basées sur le pouvoir et le privilège. Nous accueillerons les personnes de tous horizons en vue de construire des communautés solides et diverses. Nous briserons les barrières sociales, politiques et techniques qui empêchent les personnes d’avoir accès aux contenus et de contribuer à la connaissance partagée.

Ce vœu pieu ne sera sans doute qu’une énième stratégie vaticane de diversion. Rémi Mathis, président de Wikimédia France d’avril 2011 à octobre 2014, quitte l’association dont il était membre depuis huit ans et dénonce le double langage de la Wikimedia Foundation :

[…] Pour des raisons très diverses, plusieurs groupes de membres de l’association ont critiqué le travail de la directrice exécutive, Nathalie Martin. Plutôt que d’en référer à son employeur, le Conseil d’administration, des accusations publiques, souvent très graves, souvent diffamatoires, parfois sexistes et parfois ordurières ont été portées en public. Les membres du CA qui l’ont protégée, que ce soit par reconnaissance de son travail ou par obligation légale (en tant qu’employeur) ont à leur tour été attaqués.

[…]

Au-delà des outrances individuelles, cet épisode pose surtout la question du rôle et des responsabilités de la Wikimedia Foundation. Il est des comportements que l’on peut pardonner à des individus, mais qui ne sont pas acceptables quand il s’agit d’institutions ou d’organisations. Mon départ est ainsi largement lié à ce qui se passe actuellement au sein de l’instance internationale — qui n’est plus pour moi capable d’être la garante du bon fonctionnement des activités du mouvement.

Le fait que le président de la Wikimedia Foundation, Christophe Henner, soit sous le coup d’une procédure judiciaire, pour harcèlement sexuel, de la part de la directrice exécutive — dont il était l’employeur jusqu’en 2016 en tant que président de Wikimédia France, aurait dû inciter à une grande prudence.

Pourtant, dès le printemps 2017, la Foundation a mené un jeu dangereux d’ingérence et de déstabilisation de Wikimédia France. Quand la crise a éclaté, pendant l’été, les interlocuteurs de San Francisco ont semblé être plus inquiets des actions judiciaires engagées par les victimes pour se protéger que par la violences des bourreaux.

La Wikimedia Foundation ne pouvait pas ignorer le risque que représentait la nomination de Christophe Henner en tant que président du Board of Trustee le 23 juin 2016 (5). La Wikimania de 2016 avait fait remonter les inquiétudes relatives à la manière dont les fora de jeuxvideo.com (propriété de Webedia où Ch. Henner était deputy Chief Executive Officer) était gérés, laissant se développer sexisme, harcèlement, homophobie etc. Le problème n’est d’ailleurs pas une exception de ce site ni de Wikipedia (6). On a par contre de très sérieux doutes sur la capacité des wikip/médiens de rendre leur jeu en ligne moins misogyne.

 

(1) La couleur rouge fait ici allusion aux liens en rouge dans Wikipedia qui pointent vers des fiches à créer.

(2) Claudia Wagner, David Garcia, Mohsen Jadidi, Markus Strohmaier, It’s a Man’s Wikipedia? Assessing Gender Inequality in an Online Encyclopedia, The International AAAI Conference on Web and Social Media (ICWSM2015), Oxford, May 2015.

(3) Claudia Wagner, Eduardo Graells-Garrido, David Garcia, Filippo Menczer, Women through the glass ceiling: gender asymmetries in Wikipedia, EPJ Data Science March 2016 5:5

(4) Benjamin Cabrera, Björn Ross, Marielle Dado, Maritta Heisel, The Gender Gap in Wikipedia Talk Pages – Department of Computer Science and Applied Cognitive Science, University of Duisburg-Essen 2018 | International AAAI Conference on Web and Social Media, At Stanford, California

(5) Depuis juillet 2018, Christophe Henner est vice-président, remplacé avant la fin de son mandat par María Sefidari.

(6) cfr. France Culture 14 nov. 2017, Du grain à moudre « La lutte contre le cyber-harcèlement est-elle vouée à l’échec?« 

Publié dans Analyses, éditions rémunérées, Droit d'auteur, extrême droite, J. WALES | 4 commentaires

Choupette, la chatte de Karl Lagerfeld, est dans Wikipédia, l’encyclopédie de la bêtise

On trouve souvent des photos de chats pour illustrer les propos de bistro de Wikipédia. La page du 20 février 2019, au lendemain de la mort de Karl Lagerfeld, met en vedette un félin très particulier.

La fiche, qui a déjà près de 4 ans, avait été créée par Dinkley/Jean-Marie David (librairie Sauramps à Montpellier) qui ne manque pas d’humour puisque sa page personnelle présente les avertissements suivants :

Wikipédia – « organe de référence anonyme et vulnérable à toutes les manipulations » (dixit Daniel Schneidermann) – ne peut qu’être un point de départ dans une recherche et non une finalité.

Wikipédia pêche par la bêtise de quelques-uns et le contrôle exercé par des groupes d’intérêt sur certains articles.

La connerie est-elle wikipédienne ?

Philip Roth, écrivain américain, dans une lettre ouverte à Wikipédia, publiée par The New Yorker, le 7 septembre 2012 explique qu’il voulait rectifier une erreur concernant la source d’inspiration de La Tache dans la notice consacrée à son roman. Il s’est vu répondre par the English Wikipedia Administrator qu’il n’était pas une source crédible : « Je comprends votre point de vue selon lequel l’auteur fait autorité sur son travail mais nous avons besoin de sources secondaires. »

Information relayée dans la revue Livres Hebdo n° 921, 14 septembre 2012… Une aberration !

Jean-Marie s’y connait en manipulations puisqu’il n’hésite pas à se citer lui-même dans Wikipédia (comme ici) ou à créer une fiche pour booster les ventes de Thitaume après une séance de dédicace dans la librairie où il travaille.

Revenons-en au félin dont la biographie wikipédesque s’étale sur 3.000 mots (pour le moment, mais ça pourrait augmenter empirer). À titre de comparaison, on constate que la fiche de Jean Le Rond d’Alembert, obscur encyclopédiste pour lequel les sources sont rarissimes, atteint elle péniblement les 2.673 mots. Les misérables Anglo-saxons, qui n’ont bien entendu pas le sens français de la grandeur, ne consacrent que 611 mots au glorieux félin. Les Teutons sont encore plus désinvoltes avec un sujet d’une telle importance : 421 mots seulement. Quelle indignité !

Choupette a hélas dû affronter un pénible débat en admissibilité. Alors que sa renommée est internationale, que son importance pour le savoir humain est indiscutable, ses défenseurs ont dû sortir les griffes et lutter vaillament (50.976 octets, soit le double de l’espace de la fiche) pour que son nom figure dans le plus grand projet de l’humanité. Car l’administrateur Sebk, qui n’a rien compris à la profondeur de l’oeuvre de Choupette, ose prétendre ceci : « Animal qui doit sa notoriété uniquement car il est le chat de Karl Lagerfeld » [sic]. C’est donc que Choupette est notoire ! Pourquoi donc cette tentative de supression sinon par pure méchanceté ?

Heureusement que SammyDay, aspirant administrateur, est là pour éclairer le débat avec une immense lucidité : « c’est assez rare d’avoir un animal qui est le sujet d’autant d’articles centrés (sans compter sa bio). Notoriété + vérifiabilité = conservation ». La démonstration est sans faille, digne d’une médaille Fields.

Les ennemis de la pauvre chatte sans défense ne reculent devant aucune cruauté. Ainsi Heddryin appelle à la « dézinguer » ce qui lui vaut une juste RA déposée par Point de bascule. Mais le complot anti-Choupette parvient par de sombres manigances à faire bloquer indéfiniment le valeureux défenseur de la cause et à invalider son vote en conservation.  Ensuite SebK, de concert avec Heddryin, attaque frontalement Dinkley dans une odieuse RA afin de l’empêcher de défendre Choupette.

Finalement, après une lutte acharnée, la biographie de Choupette est conservée. Il reste maintenant à classer cette page dans le savoir humain. Heureusement, Wikipédia permet grâce aux catégories cachées, de rattacher n’importe quelle fiche à une grande catégorie du savoir humain. Ici ce sera à la fois les « sciences » et la « biologie » :

La fiche de la chatte de K. Lagerfeld est liée au portails biologie et sciences. CC Wikipédia

On comprend mieux la soudaine « explosion » du nombre de fiches consacrées aux sciences : il ne s’agissait pas seulement de création de fiches par des bots exploitant des bases de données mais aussi d’un abus massif de catégorisation trompeuse.

D’autres chats wikipédesque sont aussi classés dans les portails « sciences » et « biologie »: India ou Mrs. Chippy. Ce dernier ne doit son immunité en suppression qu’au fait qu’elle a été créée par un administrateur, DocteurCosmos/Nicolas Guilmain.

Pendant que les wikipédants jouent avec les biographies de chats, on estime qu’il manque 40.000 biographies de scientifiques, notamment de femmes scientifiques. Il faut dire qu’il y a bien peu de place pour ces gens-là dans l’encyclopédie de la bêtise.

Publié dans Analyses, conflit d'intérêt, Les vrais échos d'en bas | 12 commentaires

L’auto-promotion sur Wikipédia 5. Petits services entre libristes

Wikipédia n’est pas seulement un écrin de choix pour publi-reportages discrets remontés en haut de l’affiche par Google. C’est aussi une tribune et un instrument de propagande pour le mouvement libriste qui propulse ainsi la notoriété toute relative de ses membres. Voici un petit florilège de libristes qui ne doivent leur place sur la prétendue encyclopédie qu’à leur acoquinement avec les wikip/médiens.

On a aussi établi fastidieusement des critères de notoriété, qui doivent normalement trancher dans les discussions concernant la présence ou non d’un article. Mais il me semble que bien souvent on oublie que, derrière la notoriété, il y a l’encyclopédicité (oui je sais, je fais d’affreux néologismes). C’est à dire que, notoire ou non, aujourd’hui, demain ou dans 10 ans, si un sujet n’a aucune raison d’avoir un traitement encyclopédique, il ne restera pas autre chose qu’une fiche.

| in Notoriété et encyclopédicité, Serein/Adrienne Alix, administratrice de Wikipédia, son blog Compteurdedit 1er juillet 2008. CC-BY-SA

Les wikipédiens ont une chose en horreur : l’autopromotion. C’est le cas
pour les articles sur les personnes, ça l’est aussi pour les entreprises.

| in Wikipédia: quels apports à l’e-réputation et au community management ? interview de Serein/Adrienne Alix, présidente de Wikimédia France, blog Cadd-e-Réputation 25 janvier 2011

Dans notre série consacrée à l’auto-promotion des wikip/médiens, voici un genre particulier, celui des libristes. Peu importe « les critères très stricts » tant vantés dans la presse incompétente, complice parfois ou tout simplement incapable d’ouvrir les yeux. Certaines personnes ont droit à leur fiche wikipédante du seul fait de leurs relations.

LiberTIC

Il se passe des choses extrêmement importantes à Brocas (792 hab. en 2016). Par exemple, les 6 et 7 avril 2013, Benoît Prieur, alors membre de Wikimédia France et mieux connu sous le pseudo Agamitsudo, rencontre (entre autres) Claire Gallon de la micro-association LiberTIC (10 membres et 1 visite par jour selon Alexa). Deux jours plus tard, il crée la fiche dans Wikipédia sans aucune source centrée. La référence du Monde du 11 mars 2001 est trompeuse : il s’agit d’une tribune écrite par LiberTIC même qui n’hésite pas à se qualifier de « source indispensable en France sur la question de l’ouverture des données publiques ». Aucun débat en supression.

Les volontaires de l’Opération Libre de Brocas, en partant du haut et de gauche à droite : Jean-­Christophe Elineau, Tangui Morlier (Tanguim/Tmorlier), Sylvain Machefert (Symac/Iubiyo), Sébastien Dinot, Laurent Guerby, Marin Dubroca-­Voisin (Kvardek du), Solène, Jean-­Baptiste Ingold, Benjamin Ooghe-­Tabanou, Rémy Lombard, Maryse, Claire Gallon (LiberTic/CeGall), Benoît Prieur (Benoît Prieur €/Agamitsudo), Frédéric Rodrigo, Thomas, Louis­-Julien de la Bouëre (Ljbouere), Clément Coubronne (X-Javier), Christian Quest, Rafael Sánchez (Chougnawiki), Léa Lacroix (Auregann), Samuel Goeta. CC BY-SA 2.0 Christian Quest (Openstreetmap France)

Tangui Morlier aka Tmorlier

Lors du même weekend à Brocas (cfr. supra), Benoît Prieur est accompagné de deux personnes qui allaient faire parler d’elles quelques années plus tard: Benjamin Ooghe-­Tabanou et Tangui Morlier (u:Tmorlier ou Tanguim). La présentation de ce dernier sur Commons est plus à jour que celle sur fr:WP:

Je contribue principalement de manière anonyme et occasionnelle sur la Wikipédia francophone et de manière épisodique sur Commons.

Par mes implications passées (April) et actuelles (Regards Citoyens et de manière très légère à OpenFoodFacts et OSM), j’interagis régulièrement avec wikimedia france ou valorise les contributions aux projets Wikipedia (via des contributions, des actions de lobbying ou des évènements genre Opération Libre). J’ai également été actif dans la valorisation des licences libres aussi bien lors des premières années de la dynamique Copyleft Attitude/Licence Art Libre) que plus récemment lors de la stabilisation du paysage Open Data français.

Tangui Morlier (consultant en informatique) et Benjamin Ooghe-­Tabanou (chargé de recherche au MédiaLab de Science-Po) sont parmi les co-fondateurs de l’association « Regards Citoyens » (4 visiteurs par jour selon Alexa). Le Point les qualifie en 2011 de « Big Brothers de l’Assemblée ». Ils évoluent dans bien des cercles dont les couloirs de Wikimédia France (WMFr) dont ils sont membres. Tangui Morlier travaille même sur la problématique des conflits d’intérêt au sein de l’association lors de la crise de 2017: surtout pour les conflits d’intérêt des autres.

Regards citoyens a bien sûr droit à une fiche wikipédienne rédigée par un ami de longue date: Benoît Prieur/Agamitsudo qui en est l’auteur principal (66,9% du texte). L’association satisfait bien au critère d’admissibilité ad hoc, encore que l’on soupçonne fortement certains articles de presse cités d’avoir été téléguidés par l’association mais il faut bien cela pour se faire connaître. Il y a aussi une erreur flagrante dans la référence no.8 qui ne vient pas du Nouvel Observateur mais de L’Express (que les wikipédiens corrigeront après avoir lu ce billet, Comme d’habituuuuuûûûû-de … merci d’avance de mentionner Wikibuster dans le commentaire de diff).

C’est encore Benoît Prieur qui assure la couverture photographique du cinquième anniversaire de l’association Regards citoyens organisé le 5 novembre 2014 dans les locaux de Mozilla à Paris où l’on croise Jérémie Zimmerman de La Quadrature du Net et Samuel Le Goff, alors fraîchement élu au conseil d’administration de Wikimédia France. La petite fête a pu être financée après un très généreux don de 9.600€ de la part de la Direction régionale des finances publiques d’Île-de-France et de Paris: vive l’indépendance que procure l’argent public!

Quant à la fiche consacrée à Tangui Morlier nous sommes par contre face à un exemple type de complaisance crasse car il ne satisfait pas du tout aux critères de notoriété imposé au vulgus pecum. La fiche est créée le 14 septembre 2010 par Copyleft qui a pris soin de faire effacer l’historique de sa PU où figurait sans doute son identité. La section « notes et références » mentionne alors le trombinoscope de l’association April (source primaire) et un papier du Monde qui est en fait une interview non centrée; donc aucune source attestant la notoriété de cette personne au sens wikipédesque du terme. Le lendemain, l’administrateur et bureaucrate Chaoborus « n’étant, selon ses dires, véritablement compétent dans aucun domaine » (Wikipédia a particulièrement besoin de ce genre de profil sans risque), appose le bandeau d’admissibilité qui est enlevé le 12 juillet 2011 par une IP sans que cela ne pose ne fut-ce qu’un début de questionnement. Pareil agissement sur une page quelconque de Wikipédia aurait valu un revert dans la minute. Ici pas!

Le reste de l’historique de la page nous montre tous les complices de ce petit arrangement entre amis wikip/médiens: Coyote du 57/Alexandre Chapus (administrateur, membre de WMFr et chroniqueur chez Pierrot), Jastrow/Marie-Lan Nguyen (admin’, membre de WMFr), Jean-Frédéric/Jean-Frédéric Berthelot (membre du CA de WMFr de 2012 à 2017), Sebleouf/Sébastien Gathier (admin’, membre de WMFr), Mazuritz/Benoît Soubeyran (membre de WMFr) et quelques pseudos ou IP à usage unique. La seule règle wikipédienne qui fut appliquée lors de toutes ces révisions à l’édification du portrait de Tangui Morlier fut le bon plaisir qui nait de l’entre-soi : nous le connaissons, il est donc admissible.

Le 26 novembre 2017, Arroser appose le bandeau qu’on attendait depuis plus de 7 ans : « Cet article ou cette section ne s’appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (novembre 2017). » La modification suivante est celle d’un bot puis le bandeau est retiré en lousdé par Benoît Prieur le 22 juin 2018 sans qu’une seule nouvelle source ne soit apportée et une page de discussion qui reste vierge. Car il n’y a bien entendu rien à discuter: la biographie encyclopétante de Tangui Morlier doit figurer sur Wikipédia.

Lionel Maurel aka Calimaq

La fiche wikipétante consacrée à Lionel Maurel (u:Calimaq) suit un parcours similaire bien qu’un peu plus sinueux. Ce conservateur à la BNF, ancien coordinateur scientifique du projet Gallica en droit et politique, est contre le droit d’auteur ou plutôt pour un domaine public volontaire.

Sa fiche est créée le 24 juillet 2013 et son admissibilité est questionnée dans l’heure. Le bandeau trainant, une IP provenant de la BNF et qui semble bien connaître les procédures propose la suppression le 2 octobre 2013 et est revertée dans la minute par l’administrateur Enrevseluj; l’IP défait le revert dans la minute suivante et ouvre le « débat » en suppression dans la foulée. Les arguments avancés pour la conservation y sont absolument édifiant!

  • Pixeltoo ouvre le bal 4 jours plus tard : « Lionel Maurel n’est pas un blogueur ordinaire mais un expert en ce qui concerne le droit d’auteur.« 
  • Le créateur de la fiche intervient le 8 octobre : « […] je reconnais en lui un très bon penseur, original, qui ne reprends pas l’actu comme le fond certains mauvais blogueurs. Rien que pour son travail récent http://scinfolex.com/2013/10/02/apollinaire-et-le-domaine-public-pourquoi-il-faut-que-ca-change/ [ndlr: source primaire]. Il mérite de figurer sur Wikipedia. » Etc.
  • « Je lis depuis bien longtemps ces écrits, et confirme que sa défense des biens communs et du domaine public, le nombre d’écrits qu’il publie et poste en la matière (même si pas toujours sur des livres en bois d’arbre avec ISBN etc.) me font dire qu’il est déjà en l’état suffisamment important pour qu’une page puisse lui être consacrée ici. (disclaimer: j’ai participé à le faire entrer au CA de La Quadrature du Net en 2013, justement pour apporter à LQDN la valeur de ses réflexions) » u:Benjamin renommé Benjamin-Vinci/Benjamin Sonntag 10 octobre 2013 à 22:58 … lui-même immortalisé par Wikipédia, ça ne s’invente pas (cfr. infra).
  • « Personnalité médiatique, éditant un blog notable et initiateur d’une structure associative reconnue (Savoirscom1). » u:Alexander Doria/Pierre-Carl Langlais 12 octobre 2013 à 17:03. Eh oui, il n’y a pas de limite:  la fiche wikipétante de l’association de Lionel Maurel sauvée grâce à PCL et quelques autres contre toute attente.
  • « Pour les mêmes raisons qu’Alexander Doria + passage à Place de la toile (France culture [ndlr: ici]). » u:Edoli 12 octobre 2013 à 18:22 (CEST) qui est comme Lionel Maurel … bibliothécaire.

Il n’y eu aucun vote pour la suppression. Malgré l’absence totale (à ce jour encore) de sources secondaires centrées, malgré les arguments recevables et parfaitement censés de l’IP, la fiche est conservée le 16 octobre 2013 par un administrateur étudiant en informatique. Ici aussi, les wikipédiens se sont fait plaisir à conserver une fiche qui ne le devrait pas.

Benjamin Sonntag aka Benjamain-Vinci

Benjamin Sonntag est un entrepreneur du web membre fondateur de l’association La Quadrature du Net. Sa fiche wikipédante nait le 26 août 2013 et son admissibilité est questionnée dans la minute. Benjamin retouche sa fiche lui-même dès le lendemain ! Jeremy77186/Gombiis lance la page à supprimer le 18 juillet 2014 et la page reste une semaine sans aucun vote.

Le bloggeur Autheuil/Samuel Le Goff, ancien assistant pour des députés UMP et qui sera bientôt membre du CA de WMFr, est le premier à soutenir la conservation le 25 juillet 2014: « activiste connu dans le secteur du logiciel libre. Jéremie Zimmeramnn et Philippe Aigrain ont bien leur fiche [cfr. infra], pourquoi pas lui ».

Le lendemain, un habitué des page à supprimer, Schlum/ℳ𝒄𝓛𝒖𝒔𝒉FR/Silvain Combis-Schlumberger (voir aussi L’auto-promotion sur Wikipédia. 4 Moi et mon entreprise) lance très justement un pavé dans la mare: « Pas trouvé de sources pertinentes, indépendantes et centrées dans des médias notables ; me semble nettement Hors-critères Hors critères Notoriété des personnes. »

Le deuxième vote en faveur de la conservation vient de Siltaar/Simon Descarpentries qui ne cache pas son implication au sein de La Quadrature du Net : « il a écrit (comme il l’annonce sur Twitter) des livres (AlternC, SSLVPN) : https://www.google.com/search?tbs=bks:1&q=%22Benjamin+Sonntag%22 sinon la requête suivante https://www.google.fr/#q=%22Benjamin+Sonntag%22+site%3Alaquadrature.net présente +3800 occurrences de « Benjamin Sonntag » sur lqdn.fr dont une large majorité d’articles de presse écrite traditionnelle nationale et internationale, généraliste et spécialisée, passages radio, TV, conférences … » Vote immédiatement déplacé par Schlum dans les « non-décomptés » pour participation insuffisante au jeu Wikipédia (moins de 50 parties).

Le troisième vote de conservation vient de Wikinade/Nadine Le Lirzin, futur membre du CA de WMFr qui allait participer au même atelier sur les conflits d’intérêt que Tangui Morlier (cfr. supra): « Sonntag étant l’un des co-fondateurs de la Quadrature du Net, qui n’est pas rien dans la défense de nos droits numériques (et plus, puisqu’affinités), l’existence de cet article me semble légitime et pertinente » (31 juillet 2014).

Schlum revient dans la discussion avec une remarque qui vaut son pesant de bitcoins : « Il y a vraiment un biais sur le sujet du libre ; je connais peu de sujets où les biographies sont considérées comme admissibles sans aucune source indépendante (et à priori au mépris des critères WP:NPER) » ( 31 juillet 2014).

Et Lomita d’opiner à la suppression: « Aucune source centrée pouvant prouver l’admissibilité de cet article – Notoriété ? » (31 juillet 2014).  EoWinn, qui a depuis cessé de jouer à Wikipédia, la suit.

L’administrateur Jean-no/Jean-Noël Lafargue (voir aussi L’auto-promotion sur Wikipédia. 3 Canonisation encyclopédante entre potes) avance un argument imparable: « Benjamin Sonntag est une personnalité bien connue du net, très souvent interviewé à propos de ses positions, co-fondateur de la Quadrature, etc., il me semble qu’un article a tout à fait sa place sur Wikipédia » (31 juillet 2014).

L’administratrice Espri Fugace/Blinking Spirit/Akwasibo etc. aka Lucie Deroo est d’accord avec Jean-no : « Même s’il y a peu de sources sur lui, sa visibilité médiatique me semble suffisante pour justifier un article » (1 août 2014).

Suprememangaka, chroniqueur chez Pierrot avec Schlum, suis son camarade bloggeur: « Pas de sources. Et être cofondateur d’un mouvement libriste qui n’est connu que parmi un cercle restreint en France n’est pas du tout suffisant pour être gage de notoriété » (2 août 2014).

Kumkum se range du côté de la conservation avec une prophétie uchronique qui ne s’est pas réalisée: « L’article pourrait s’étayer avec le temps » (2 août 2014). Kumkum a depuis quitté le jeu wikipédia sans étayer la fiche mais en laissant un message on ne peut plus clair :

La sortie théâtralisée de KumKum, message apprécié par Benoît Prieur. ©Twitter

La fiche Benjamin Sonntag est ainsi conservée! À ce jour, elle ne contient pas une seule source secondaire centrée.

On pourrait faire une analyse similaire pour d’autres personnes associées à La Quadrature du Net:

Adrienne Charmet aka Serein

Adrienne Charmet a fait une belle carrière dans le courant libriste: wikipédienne sous le pseudo Serein (même Wikidata le dit) depuis janvier 2006, administratrice en octobre 2007, présidente du CA de Wikimédia France à partir de mars 2009, elle démisionne en juin 2011 (remplacée par Rémi Mathis), car on a vient de créer pour elle le poste rémunéré de Directrice des programmes de WMFr qu’elle occupe jusqu’en mars 2014. Elle perd son statut d’admin’ en avril 2013 et cesse quasiment toute contribution à fr:WP à partir de mai 2013. En février 2015, en pleine affaire des Pierrots, elle écrit enfin ce qu’elle pense de Wikip/média: « […] c’est ce genre d’ambiance déplorable qui m’a fait quitter Wikipédia ». D’avril 2014 à août 2017, elle est Coordinatrice des campagnes pour La Quadrature du Net où elle se fait remarquer dans la campagne contre la loi sur le renseignement. Elle est alors invitée en septembre 2015 à la 2e édition du Monde Festival ayant pour thème « Changer le monde » où l’on croise des personnages aussi divers que le ministre de l’économie Emmanuel Macron, le moine Matthieu Ricard, le chef d’orchestre Jordi Savall etc. ce qui lui vaut un portrait dans Le Monde du 29 juillet 2015 où elle compare LQN à Wikip/média: « par rapport à Wikimedia, le travail est « beaucoup plus politique, plus défensif, plus dur moralement, plus riche intellectuellement – avant de gueuler, on prend le temps de réfléchir ! » » Les wikip/médiens apprécieront ce juste miroir qui leur est présenté. Depuis septembre 2017, certains mauvais esprits disent qu’elle est passée à l’ennemi en devenant chargée de mission pour l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information.

Pas rancuniers, les wikipédiens créent sa fiche le 31 juillet 2015 grâce à l’effet Monde. En moins de 4 heures, deux membres de Wikimédia France s’attaquent à la fiche : Lomita dépose un bandeau questionnant l’admissibilité, suivie par Kvardek du/Marin Dubroca-Voisin qui ouvre un débat en suppression « préventif ». L’IP ayant créé l’article et avec moins de 50 contributions vote pour la conservation sans que cela ne gêne personne (post scriptum: cfr. le premier commentaire à ce billet pour plus d’informations). La procédure est clôturée après 3 jours seulement (au lieu des min. 7 jours réglementaires) sans la moindre réaction :

Conservation traitée par El pitareio (discuter) 2 août 2015 à 18:41 (CEST)
Raison :
Aucune chance que le consensus soit inversé vu l’existence de sources centrées.


Faut le faire ! Surtout quand la fiche ressemble à ça. Depuis, quelques autres sources secondaires sont apparues et font que la fiche satisfait aux critères de notoriété de Wikipédia. Mais on repense aux propos de l’intéressée cités en introduction sur la différence entre notoriété et encyclopédicité.

Alexis Kauffmann aka FramaKa

FramaKa est très clair sur sa PU : « Alexis Kauffmann (alias aKa), à l’initiative de Framasoft, de Romaine Lubrique et du 1er Festival du Domaine Public » (ndlr: les liens publicitaires on été retirés).

L’examen de l’historique de sa fiche encyclopédante montre qu’elle est créée le 13 juin 2005 par S3b qui dit sur sa PU être lié à Framasoft. Ce sera sa seule création dans une carrière wikipédienne longue de 38 éditions dont 6 consacrés à Kauffmann.

La fiche a été supprimée une première fois en décembre 2005. Le premier non-débat (à l’époque, on ne se foule pas trop pour argumenter) est intéressant du fait qu’A. Kaufmann intervient directement : « Je vote pour… ma suppression ! Je ne suis strictement pour rien dans la création de cette page que j’ai découvert bien après sa mise en ligne. Cela flatte certes mon ego mais cela ne me convient pas quand bien même l’intention était sympathique. » Juste avant sa suppression, la fiche ressemblait à ça avec 0 référence bien entendu.

En 2014, l’administrateur wikip/médien Alexander Doria/Pierre-Carl Langlais demande la restauration de la fiche d’Alexis Kauffmann qu’il a certainement croisé dans ses aventures wikip/médiennes. La fiche passe donc à un deuxième vote qui est cette fois unanime pour la conservation. À ce moment, la fiche est dans cet état avec 1 seule source centrée, des sources primaires et secondaires non-centrées. Avec son vote, P-C. Langlais écrit : « On a de quoi construire un article vérifiable (je vais essayer de m’y atteler dans les jours qui suivent) ». Alexander Doria n’y reviendra plus. Par contre, FramaKa prendra le relais et sera beaucoup moins modeste concernant sa biographie jusqu’à en devenir l’auteur pour près de la moitié! Quelques IP bien renseignées suivront ainsi que le profil jetable Jean Bernabe pour faire diversion. Mais toujours pas de deuxième source secondaire centrée à ce jour.

On est en plein dans l’autobiographie promotionnelle gonflée à l’air libre. À titre de comparaison, la biographie du Prix Nobel de littérature Octavio Paz est de 15.092 octets pour 15.277 consacrés à l’illustre Alexis Kauffmann et 20.781 pour le chat de Karl Lagerfeld (voir aussi : Choupette, le chat de Karl Lagerfeld, est dans Wikipédia, l’encyclopédie de la bêtise).

 

Ce billet fait partie d’une série:

Publié dans conflit d'intérêt, Propagande, Wikimafia | 6 commentaires

Wikipédia dénoncé par les wikipédiens

Certains Wikipédiens, passée la naïveté des premières contributions, se rendent progressivement compte du panier de crabes dans lequel ils sont tombés. Cette prise de conscience peut parfois être rapide ou prendre des années. Souvent, les déçus quittent le jeu sans faire de bruit ou en laissant un message d’adieu en forme d’avertissement. Parfois – les joueurs les plus cyniques –, ils émettent quelques critiques dans un recoin de leur page de discussion ou plus témérèrement sur le Bistro mais continuent à jouïr de leur divertissement pervers.

Voici un florilège de ces commentaires, parfois très anciens. Toute ressemblence avec une situation actuelle sur Wikipédia est hautement probable.

Ce billet est dédié à tous ceux qui, de bonne foi, ont perdu ou perdent encore leur temps sur Wikipédia,  jeu pour asociaux et emballage pour publireportages.


Jean-Jacques Georges et son dernier faux-nez TuhQueur ont été bannis de Wikipédia le 19 février 2019 suite à ça, cela et ceci. Avant de se faire bannir, le condamné a eu le temps de faire deux dernières déclarations :

« Je ne souhaiterais que de pouvoir me concentrer sur le seul travail rédactionnel, mais du fait du fonctionnement de Wikipédia comme de mon propre tempérament, cela me paraît quasiment impossible si je continue à contribuer de manière régulière. J’estime par conséquent inutile d’infliger des moments pénibles aux autres et à moi-même. » TuhQueur (discuter) 14 février 2019 à 09:05 (CET)

« La vie est trop courte pour la gâcher – et gâcher celle des autres – sur des projets virtuels. » TuhQueur (discuter) 17 février 2019 à 11:35 (CET)


« Le climat de Wikipédia est détestable. L’élitisme n’est pas nécessaire, la médiocrité n’en est pas moins insupportable, au-dessus d’une certaine dose. Or Wikipédia est sous la coupe d’une minorité qui se l’est appropriée, et qui censure, ampute, étouffe les opinions qui lui déplaisent, ou qu’elle ne peut simplement pas concevoir. Cette junte s’est fait une idée figée de ce qui est encyclopédique, neutre, et exclut toute réflexion, abusant de bannières, de votes, de violences diverses et génériques. C’en est pitié… Marc Girod 6 jan 2005 »


« J’ai déjà arrété de contribuer à wikipédia en créant de nouveaux articles, suite à l’intervention de Céréales Killer [ndlr: César Alexanian], qui dans sa grande mansuétude m’a autorisé à reconnaître soir  »avoir tort et puisqu’il a forcément raison »(il a raison puisqu’il modifie discretions les conventions pour que ce soit le cas) ou à quitter wikipédia. J’ai moi aussi été confronté à une recherche de la perfection et un élitisme qui ne sont pas de mise dans une encyclopédie, ainsi qu’a la médiocrité de plusieurs wikipédiens qui nourrissent le troll, ou tout simplement interviennent pour donner leur opinion sans même comprendre de quoi il est question, sans avoir pris la peine de se renseigner sur le sujet, et en statuant que leur opinion à valeur de règle.J’ai aussi vu des décisions prises sur une dizaine de votes alors que la communauté compte quelques milliers de wikipédiens, et j’ai aussi vu des décisions prises allant à l’encontre du bon sens. Il ressort souvent une idée d’un wikipédia, un projet fini (par opposition à infini) qui n’évoluera que peu désormais. Pour justifier une opinion certains se basent sur ce qui existe actuellement dans le wikipedia français qui n’en est qu’a ses balbutiements. L’utilisation des résultats de google pour déterminer un usage courant global ou une typographie exacte, ou d’autres approximation du même ordre nivellent par le bas le contenu des articles. le wikipedia fr me parait teinté de POV à tous les niveaux, certains principes de base de wikipédia ne sont pas respectés ici comme celui d’effacer le moins possible, ou de ne pas corriger ses propres erreurs (notamment en refusant de les reconnaître). Tout cela nuit à wikipédia et à son développement, Il suffit de comparer comment se développent les autres wikipédia non anglophones pour voir que la version française manque de dynamisme. Combien ont remarqué que wikipédia fr semble fonctionner sur quelqu’un propose quelque chose et d’autre viennent donner leur POV et si il y a plus POV dans le sens de la proposition alors elle est acceptée. Wikipedia n’est pas une démocratie mais un projet auquel travaille une communauté; il y a des choses qui font partie du savoir encyclopédique qui déplaisent à la majorité mais qui se doivent de figurer dans wikipedia. Le wikipedia français auquel j’ai été confronté est un wikipedia qui s’est éloigné du concept d’encyclopédie et qui s’en éloigne encore. A quand le retour du bon sens sur wikipedia fr? Izwalito 12 fev 2005 à 14:02 (CET) »


« Après un mois de présence sur Wikipédia, je préfère me retirer pour les raisons suivantes :

  • trop d’articles sans sources, sans références et de qualité médiocre.
  • tout le monde s’improvise spécialiste et donne son avis sur tout.
  • des contraditions flagrantes entre la volonté d’un système ouvert et une volonté de certification par des ensiegnants d’université. Cela conduit à des prises de positions contradictoires de la part de la même personne, tout dépend de l’interlocuteur.
  • beaucoup d’attaques peronnelles entre les différents administrateurs dont les pouvoirs de décisions sont dictatoriaux et pris sans aucune concertation.
  • les pages discussions servent à tout sauf à discuter de l’article et à le faire progresser.

Partant de ces considérations, je préfère partir dans mon jardin jouer tout seul, mais sans pertes de temps inutiles à suivre les conflits de personnes, d’intéret. Je viendrai de temps à autre faire un tour pour voir la suite du projet qui ne manquera pas de perdre sa crédibilité contrairement à la croyance de certains. Reynier 10 avr 2005 à 09:55 (CEST) »


Avant d’être vandalisée par des wikipédiens hargneux blanchie, la PU de Maffemonde contenait ce texte au 1er janvier 2009:

« Ceci est le fruit d’une longue observation des pratiques wikipediennes qui souvent ont plus à voir avec le formalisme communautariste qu’avec la recherche de la connaissance qui devrait pourtant être l’alpha et l’omega de toute communauté encyclopédique. Je ne suis pas la seule à faire ce constat navrant. D’autres avis sont consultables, par exemple celui-ci: Utilisateur:Keriluamox/Le Jargon du Diable. Mais comme WP souffle le froid mais aussi le chaud, voici une opinion cette fois-ci positive et elle émerge d’un observateur extérieur[1]

De l’art d’insulter sur Wikipedia

On n’a le droit d’insulter les autres sur WP que si on maitrise la novlangue wikipedienne. Il ne faut pas dire plouc ou pauvre en neurones mais troll. Un enquiquineur qui cochonne votre travail sans raison est un vandale pas un casse-couille de première ou un ignorant revanchard. Les insultes les plus courantes sur WP sont pov (acronyme de point of view, point de vue) qui signifie ce que tu dis va à l’encontre de mes préjugés ou pire encore pov-pushing (à traduire par entrisme), ça c’est très grave!! c’est un peu comme si dans une réunion du PCF dans les années 1950, un militant se faisait traiter publiquement de titiste ou de trotskyste. Le pov-pusher est une sorte de vandale sournois. Chose étonnante, les fervents militants d’une idée religieuse ou politique, les thuriféraires des concepts novateurs mais injustement méconnus, les adeptes de la théorie du complot sont les premiers à lancer les accusations de pov-pushing contre ceux qui cherchent à remplacer l’article qui glorifient leurs croyances par des propos moins déraisonnables.

Comme insulte, il y a aussi assertion (de plus en plus en vogue) qui veut dire tu ne possèdes pas la vérité contrairement à moi. Moi j’ai déjà été accusée d’écrire des assertions litigieuses et des assertions anti-historiques. Bref « j’assertionne » beaucoup. Enfin, non, pour être plus juste, ce sont les universitaires dont j’utilise les articles qui font des assertions litigieuses ou anti-historiques. Quand on cherche bien, on trouve aussi des critiques hilarantes et malheureusement récurrentes sur WP. La plus drôle que j’ai lue est; il faut internationaliser l’article, critique faite au sujet de l’article, la Première Guerre mondiale. Internationaliser la Première guerre mondiale! Whouarf!! Etonnante lapalissade ou nouvelle manière de prendre les autres pour des abrutis?

Quand on ne maitrise pas la novlangue wikipedienne, on commet des impairs. Ainsi j’ai une fois dit à un autre qu’il se comportait comme un plouc. Je l’ai donc insulté. Aidé d’un autre contributeur, le p… en question a exigé des excuses en me traitant de vandale, de plagiat, de copyvio pov, autant d’insultes wikipediennes autorisées. Si j’avais dit qu’il avait la culture d’un troll, je n’aurais pas été insultante. Je ne suis pas sûre qu’être comparé à un troll soit particulièremenr flatteur mais c’est permis, alors que plouc, c’est interdit. Dura Lex sed lex.

Revenons au pov-pushing. Le pov-pusher refuse le plus souvent de faire publiquement son auto-critique. Alors là, il risque de voir le contributeur qui s’oppose à lui porter l’affaire devant le comité d’arbitrage. C’est comme un procès. Chacun expose ses griefs contre l’autre, plaide. il y a des témoins qui accusent ou défendent. et bien le comité rend sa décision. Le plus drôle c’est que souvent le plaignant s’en prend souvent autant dans les trous de nez que « l’accusé », car il a oublié que dans un conflit, il faut être deux et qu’il avait certainement sa part de responsabilité si le conflit a duré et s’est enflé. Y’a quand même toujours des pauvres trolls pour demander un arbitrage quand ils s’engueulent avec quelqu’un.

La mouche du coche est la personne la plus respectée sur WP

Il ne faut pas oublier non plus que quoi que fasse le rédacteur d’un article (on dit contributeur en fait), il peut être mis en défaut par un troll. La phrase ne comporte pas de note et hop une accusation de TI (travail inédit, c’est interdit sur WP, les rédacteurs doivent partir de livres ou de sites reconnus. C’est pour garantir le sérieux de WP) ou un petit refnec, une petite pollution visuelle à la fin d’une phrase de l’article qui est là pour que le lecteur se demande s’il n’est pas en train de lire n’importe quoi. Si le contributeur soumis ajoute les références demandées, il peut alors se faire accuser de plagiat ou de copyvio (c’est à dire de ne pas avoir fait de TI) ou alors s’il n’a utilisé qu’un livre, il ramasse dans les dents un dédaigneux : t’as que Machin comme source?. Y’en a même qui toute honte bue, contredisent le travail d’un universitaire renommé dans son domaine en le traitant d’un méprisant et définitif pov. Comment ça!! Machin dit que telle œuvre est un chef d’œuvre! c’est une assertion, c’est pov!!! Retirez moi ce mot chef d’œuvre que je ne saurais voir!!.

Y’a un autre truc génial sur WP, pour faire son important en deux clics: les bandeaux. Le rédacteur s’échine comme un oiseau au printemps pour construire un article avec des connaissances grappillées deci delà, et un coucou vient pondre un oeuf, comme ça, juste en passant. Et hop, un petit bandeau l’orthographe est à vérifier, manque de sources, la pertinence de cet article est remise en cause, à illustrer… Debrouille-toi avec ça coco! Il y a 14 bandeaux qui permettent d’apprécier de manière négative l’article en question. Je hais les bandeaux. On devrait les interdire, les mouliner, les pulveriser, les escamoter enfin bref les envoyer au diable. Un beau jour d’été, un contributeur zélé a apposé sur un de mes travaux orthographe à vérifier. Comme je lui demandais pourquoi il ne le faisait pas lui-même au lieu de mettre ce stupide bandeau en tête d’article, il m’a répondu, je n’ai pas le temps quelqu’un d’autre le fera. Ben, voyons! Passons sur le bandeau manque de sources apposé à un article de 26 844 octets qui avait déjà 40 notes et références. Là, on atteint les sommets de l’absurdité. Toi, innocent lecteur qui passe par là, sache que sur WP francophone, le slogan Do it yourself qui guidait les pionniers a disparu. Le mot d’ordre est: fais ce que je dis.

Enfin sur WP, ceux qui dénigrent ont toujours raison. Ils n’ont à justifier leurs accusations par aucun argument rationnel, c’est à l’accusé de faire preuve de son innocence et il faut être gentil avec les champions du dénigrement; et oui, ils sont là pour faire progresser l’encyclo contrairement à ceux qui rédigent des articles qui n’écrivent que dans le but de faire du TI, des assertions ou du plagiat et qu’il faut donc surveiller étroitement, non mais!. Y’a rien de pire que ceux qui se sont autoproclamés spécialistes d’un sujet et qui dénigrent avec l’archarnement d’une hyène sur un animal bléssé, tout ce que le malheureux rédacteur écrit (pourquoi , ils ont pas fait l’article avant s’ils savent tant de chose?)
Par contre, les journalistes qui critiquent WP sont méchants. Ils ne sont animés que par la volonté de nuire à la réputation de WP et ils se mèlent de choses qu’ils ne connaissent pas. Les contributeurs qui dénigrent WP sont, eux, gentils, ils connaissent tous les sujets dont ils se mèlent et on doit être gentil avec eux quand on est un rédacteur; et moi je suis méchante avec eux; je n’ai donc pas l’esprit communautaire.

Comme on dit, Il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne sont jamais critiqués. Un beau jour, je finirai par ne plus rien écrire. »


Alvaro Salvat, qui participait aux premières AG de Wikimédia france, résume sobrement sa position sur sa PU de fr:WP :

« Je fis connaissance de WP en français vers octobre 2002, fis quelques (dizaines de) contributions sous ip en novembre, m’inscrivis sous ce pseudo en mars 2003. Je fus admin, bubu, arbitre, vérificateur d’adresses IP ; je renonçais à toutes ces charges pour différentes raisons, notamment le dégoût et le manque de temps. À suivre. Alvar☮ ☎ 4 avril 2010 à 18:26 (CEST)  »

Par contre, sur en:WP, il se lache …

« L’auto-marginalisation… elle est à l’oeuvre perpétuellement ; combien de gens, d’admins, ne participent plus sur le BA, combien de gens ne participent plus aux PàS ? aux débats sur les AdQ ? L’immense majorité des gens ne sont pas sur WP pour batailler et préfèrent battre en retraite face à des gens qui voient ça en terme de guerre ; oui, oui, j’ai vu l’expression écrite « si tu veux la guerre, tu l’auras. » Et quand on en a marre de ne plus participer à ça, à ça, puis à ça… on quitte WP, le plus souvent sans rien dire, l’écoeurement gagne petit à petit et il suffit d’un événement, très souvent insignifiant (au moins aux yeux des autres) pour faire déborder le vase. Alvar☮’s saloon. 16:14, 21 September 2009 (UTC) »

Alvaro a cessé de contribuer à fr:WP en avril 2011 (mais s’est opposé à la nomination de Schlum en tant qu’administrateur: «  »’Absolue confiance »’ quant à la partialité et les pratiques de copinage de Schlum & consorts, grandement responsables de mon départ (et de ceux de combien d’autres ?) ») et à en:WP en décembre 2015.


La glaneuse a résumé son expérience sur Wikipédia dans un mémo dont une trace est conservée ici.

« J’ai été accusée de manière totalement arbitraire d’être Alithia dont le blog s’occupe de dénoncer le mythe de la neutralité de wikipedia. […] Encore une calomnie supplémentaire de wikipedia, chose dont les administrateurs n’ont aucune raison de se retenir, après avoir déclaré que la notion de calomnie n’existe pas. C’est assez logique et c’est pourquoi ils pratiquent calomnie et diffamation à tour de bras sans se gêner. Et voilà pourquoi et comment wikipedia ne peut comporter en son sein de professeurs ni de contributeurs qualifiés qui au contraire s’enfuient rapidement devant le constat de pareilles méthodes pratiquées dans cet univers étrange où l’on protège les points de vue partisans et où on ignore l’objectivité élémentaire.

Tout ce qui donne raison à Larry Sanger : une encyclopédie doit comporter un comité éditorial et un comité de lecture, supervisant les articles pour qu’ils ne connaissent pas les dérives constatées sur wikipedia qui a bien mérité son nom de dictature des incompétents. la Glaneuse »


« Cela fait un an que je participe à wikipédia, et donc un an qu’on me serine que je dois obéir à tout un tas d’acronymes lesquels formeraient les principes fondateurs et règles de wikipédia… Sur la page de discussion de Gilles Fumey, j’ai découvert que ces acronymes-principes-règles ne s’appliquent que si on le veut bien, en fonction de l’humeur des uns ou des autres (Celette ou Dereckson en l’occurrence). Au moins Rigoureux a eu le courage et la cohérence d’aller jusqu’au bout de la démarche : il a tout simplement demandé l’abrogation de la règle qui le dérangeait!

Des règles arbitraires que l’on peut appliquer arbitrairement? Cela ne définit pas vraiment une communauté à laquelle je souhaiterais appartenir. […] Plus au fond des choses, je pense que le pseudos et l’anonymat mènent à ce fantasme de toute puissance et d’impunité que peut ressentir une contributrice comme Celette (« il est irrecevable de se soumettre à des êtres extérieurs à WP » a fait beaucoup rigoler une copine psy). »

sur la PdD de TiboQorl


Sur la page de discussion de l’élection la cooptation de l’administrateur Super Bazooka, on trouve une réflexion intéressante d’un « nouvel utilisateur » qui est très certainement un faux-nez dont le style ressemble drôlement à Popo le chien

« Je suis un tout petit contributeur, sous IP en plus, mais depuis au moins 2004. Et franchement depuis quelques mois il semble qu’il soit devenu impossible de contribuer. Les contributions sont effacées a la louche et les motifs donnés généralement faibles, trop souvent éditoriaux et parfois discrétionnaires. Exemples: « vous n’avez pas le droit de créer une page », « vous n’avez pas compris le principe de wikipédia », « vous vous cachez derrière une IP », puis suivent des liens vers des « recommandations » présentées comme paroles d’évangile; enfin avoir réussi le tour de force de formuler l’adage « nul ne peut exciper de la turpitude d’autrui » en une vexatoire invective « défense pikachu » est un fait d’arme hautement encyclopédique et certains ne s’y trompent pas, qui l’emploient systématiquement quand ils croient avoir affaire a un nouveau. Bref, il semble toléré de se comporter comme un inspecteur du fisc d’une république bananière, tout en se référant a des principes fondateurs grandioses…Alors oui, je m’interresse à la gouvernance de ce machin qui s’appelle Wikipédia et qu’on m’a vendu il y 10 ans comme la Rolls-Royce de la co-construction collaborative, et depuis que je m’y suis un peu sérieusement penché, je fais un constat un peu rude: autant pisser dans un violon. Je n’avais rien contre le candidat, mais quand on voit en PDD qu’il veut passer mon vote nul en catégorie neutre, qu’il développe des stratégies de multiples comptes et prends toujours soin d’être ambigu sur sa signature, que ses haut faits d’arme portent sur les projets « Simpson » et « hockey sur glace »,je me pose des questions; va t il trouver les sujets qui m’interressent moins encyclopédique que le hockey sur glace et se croire autorisé a supprimer ce qu’il ne comprends pas ou ne connait pas ? A t il intégré le B.A BA du suffrage universel, ou va t il continuer a confondre nul et neutre ? Va t il participer aux discours obscurantistes sur « l’anonymat » sous IP qui entrainerait une nouvelle catégorisation entre contributeurs et sous-contributeurs ? J’ai bien compris que la tâche des administrateurs est ardue et que la bonne tenue globale des articles du WP francophone est a leur crédit. Cependant WP me semble fait pour qu’on y contribue et qu’on y trouve de l’info, pas pour qu’on l’administre. Merci de m’avoir lu.–Kiwi (discuter) 26 avril 2014 à 22:28 (CEST) »


L’administrateur Alchemica (Julien Roturier, qui admet publiquement avoir été alcoolique pendant sa période active sur fr:WP), est particulièrement lucide dans un message à Thib Phil :

« Ah, cette ambiance de merde, on est nombreux à la déplorer, et bien peu nombreux à oser l’évoquer publiquement. C’est rigolo, chaque fois que je suis un peu « rentré dans le nez » d’un admin qui, à mon sens, abusait un peu ou beaucoup, j’ai reçu plein de mails de soutien me disant que j’avais bien fait, genre « on est tous avec toi », mais seuls un ou deux courageux – et ce sont toujours les mêmes – ont également osé poster un message allant dans mon sens sur le bulletin des administrateurs.

En gros, ça va, ça vient, certains qui étaient bien en verve il y a quelques mois se sont assagis et sont plus humains, mais d’autres ont pris le relai et ainsi va le monde… En attendant j’essaierai d’être toujours là un minimum pour défendre les contributeurs qui, comme toi, se font bannir pour avoir osé parler à ces gens comme on le ferait dans la vraie vie, sans être protégé par des « règles de savoir-vivre » qui, bien souvent, ne sont invoquées qu’au bénéfice d’une minorité, et bafouées allègrement le reste du temps. L’esprit de la loi n’est pas respecté sur Wikipédia : quand ça arrange certains, on rappelle qu’il n’y a pas de règle mais juste des recommandations, et quand il est pratique de faire appel aux recommandations pour se débarrasser de quelqu’un, on les présente comme des règles. C’est assez cocasse.

Très sincèrement, la plupart des gens réellement au-dessus du lot intellectuellement parlant mais un peu anticonformistes, comme toi et quelques amis, ne font malheureusement pas de vieux os ici. On ne demande aux contributeurs que de savoir recracher bêtement de la source secondaire et respecter les règles, sans faire de vagues. Si un vieux un peu influent comme moi se permet de proposer des options divergentes, on l’écoute parfois, un peu, pour être poli, mais les nouveaux comme toi on leur dira plutôt que s’ils ne sont pas contents, personne ne leur a demandé de venir, ni ne les retient.

Malgré tout, il y a des gens de valeur ici, et ce projet a de la valeur lui-même. Alors ça vaut le coup de se la jouer Don Quichotte, jour après jour, dans l’espoir de faire des émules de temps en temps…

Voilà le nid de guêpes dans lequel tu t’es engouffré, et dans lequel je volète depuis trois ans. Amitiés ! Alchemica (d) 9 octobre 2009 à 15:43 (CEST) »

Le Bureau des Administrateurs du 19 février 2010 est très révélateur du climat qui peut régner entre caïds administrateurs. Suite à ces échanges, Alchemica ira présenter sa démission sur le Bistro du lendemain … mais ne la rendra pas effective.

« […] il semble que, maintenant, être en désaccord avec quelqu’un et le dire en toute franchise soit une attaque personnelle passible d’un blocage. Allez, on se fait tous des sourires polis, et on ne dit plus rien. Je n’ai plus du tout le sentiment de représenter une quelconque « communauté » en tant que bureaucrate frais émoulu, mais un immense bordel dans lequel chacun cherche à défendre ses intérêts et ceux de ses petits camarades. Je vais donc rendre les outils de bureaucrate, et peut-être aussi ceux d’admin, parce que traîner dans ces pages commence à me donner la gerbe. Alchemica (d) 20 février 2010 à 10:45 (CET) »

Depuis 2014, Alchemica confesse sur sa page utilisateur (PU):

« Je suis désormais plutôt « rangé des bagnoles » en ce qui concerne la cuisine interne, les conflits de personne et la politique menée par les personnages principaux de la véritable saga online qu’est Wikipédia en Français : à moins que je ne saute au plafond devant une énormité et ne vienne à en ressortir exceptionnellement ma plume, je tâche autant que possible de me maintenir à l’écart de ce bouffe-temps aussi vain que frustrant, préférant de loin consacrer mes brefs passages à ce qui compte vraiment, à savoir le contenu. »


Au Bistro  :

« Témoignage personnel. Je suis universitaire et je contribue activement depuis quatre ans. Il y a six mois, après avoir beaucoup tergiversé, j’avais envisagé d’intégrer Wikipédia à mes pratiques pédagogiques (en histoire de l’art et archéologie) et je m’étais même créé un faux nez ad hoc. Mais aujourd’hui je jette l’éponge avant même d’avoir commencé et je reconsidère même toute ma participation au projet. La faute en revient à la fois à l’attitude résolument anti-universitaire d’une partie de la communauté qui a l’impression qu’on veut lui confisquer son jouet et refuse tout instrument sérieux de validation des contenus (comité de lecture), et d’autre part à la réforme en cours des universités qui va rendre très difficile de justifier un investissement officiel ou officieux dans un projet de ce genre. Dommage pour tout le monde. Marsyas|Μαρσύας 6 janvier 2009 à 16:12 (CET) »


Agatino Catarella conteste les méthodes inquisitoires du CU/admin Akeron :

« […] une aristocratie indéboulonnable s’est installée sur Wikipédia et se tient les coudes. Tout le monde fait des erreurs, certes, mais certains s’assoient sur les remarques qu’on leur fait et continuent de plus belle. S’opposer à cette aristocratie expose à des emmerdes incroyables, comme l’affaire Crozian2B [Krosian2B] ou mon avertissement le montrent. Sache que je m’interroge très sérieusement sur ma participation au projet. Autant le projet est noble, autant cette oligarchie hautaine m’est devenue insupportable. En toute franchise, –Catarella (discuter) 19 décembre 2015 à 21:59 (CET)

J’ai créé une adresse mail spécifique à Wikipédia avec préservation de mon anonymat. Nous sommes nombreux à faire ainsi, péons comme admin. Sinon, comme déjà dit, je comprends tes réactions. Prends du recul, et un wikibreak si besoin. De toute façon, je ne pourrais pas changer les choses car je ne suis qu’une goude d’eau dans l’océan (comme on me le dit IRL). — Superjuju10 [Aubline à votre disposition], le 20 décembre 2015 à 00:33 (CET)

Pour ma part, je viens même de virer complètement mon adresse email du site. Plus aucune confiance depuis ce qui s’est passé, et pas envie de gérer encore une adresse de plus. Le wikibreak c’est bien joli, et c’est d’ailleurs un peu ce que je fais cette semaine (fêtes obligent), mais quand je reviens, je retombe à chaque fois sur les mêmes qui manœuvrent pour asseoir leur pouvoir. Il y a aussi la technique de l’autruche : se dire que l’on est ici avant tout pour contribuer, et ne plus prêter attention aux petits chefs. Ça marche aussi pendant un certain temps, mais avec la même limite, c’est à dire qu’ils font reparler d’eux avec une régularité de métronome, et qu’on finit donc par lever la tête du guidon et par refaire les mêmes constats. Une autre chose que je ne supporte plus cette hypocrisie : dire par exemple que les administrateurs peuvent être révoqués à tout moment. L’histoire récente a montré qu’ils peuvent faire n’importe quoi en dehors de toute règle, ne pas tirer les conséquences de leurs erreurs, et être reconduits haut la main. Cette histoire de révocation est une bouffonnerie et ils l’ont compris puisqu’ils continuent de plus belle à jouer au shérif. Ce qui s’est passé, et surtout l’absence complète de mea culpa (*), est suffisamment grave pour que je me dise que ça suffit, et que je peux mieux utiliser une heure par jour de travail. Je me laisse encore jusqu’à la nouvelle année pour prendre une décision. –Catarella (discuter) 20 décembre 2015 à 07:28 (CET)

(*) sauf de ta part : « Désolé de l’erreur, trop de précipitation, pas assez de réflexion de ma part, mais une entière envie de vérité qui l’a emportée. » Au moins il y a une remise en question, au lieu de répondre par des accusations (de faire du wikidrama, pour prendre un exemple). Au passage, ces explications n’excusent pas à mon avis ce que tu as fait, ni ce qu’ils ont fait. –Catarella (discuter) 20 décembre 2015 à 07:46 (CET) »


Avant de quitter définitivement Wikipédia suite à l’affaire Grimlock, l’ex-administrateur Kõan s’exprime.

« Antrandus : « Les contributeurs problématiques gâchent plus de temps de la communauté que les vandales (…) C’est une conséquence de la fascination de certains pour la controverse. Gérer efficacement les contributeurs problématiques est l’une des meilleures façons d’améliorer le projet »

Dans ma compréhension, les administrateurs avaient en charge la protection de l’encyclopédie au moyen de leurs outils. Mais la protection d’une collaboration constructive m’apparaît absolument défectueuse. Sous divers prétextes, la gestion de quelques désorganisateurs notoires bien établis (pouvant incidemment être des contributeurs corrects et anciens, ceci expliquant cela pour certains) est aberrante depuis des années. Après quatre ans de pratique, parfois intensive, du microcosme wikipédien, je constate qu’un petit noyau d’utilisateurs(trice) entretient la zizanie sur Wikipédia, de manière professionnelle et sans véritable proposition ni le moindre profit pour le projet Wikipédia. Ces utilisateurs donnent lieu cycliquement à des discussions interminables et pathétiques, des atermoiements incroyables autour de leur nuisance assumée. En conséquence, l’ambiance est souvent épouvantable et les coulisses de WP ressemblent à un prétoire où n’importe qui pourrait défendre n’importe quoi, accaparant le temps de ceux qui ne sont pas venus ici pour batailler en permanence. La réponse globalement laxiste, attentiste (voire protectrice) des administrateurs à cette situation m’est donc incompréhensible, d’autant plus qu’un grand nombre de contributeurs et d’administrateurs en ont fait les frais d’une façon ou d’une autre (départ, dégoût).

[…]

[1] « Si je lâche les outils (et donc principalement la lecture des BA/RA et la connaissance dispensable des conflits purulents ou sournois), ce n’est pas la facilité que j’abandonne, mais les complications. Je suis, comme beaucoup sans doute, arrivé sur Wikipédia pour participer à quelque chose de sympathique et d’ambitieux, culturellement. Les prises de tête cycliques autour de cinq ou six maîtres du chaos qui semblent mériter des égards, que beaucoup de bannis instantanés, n’ont pas eu sont aberrantes. Il faudrait penser à faire à nouveau de Wikipédia « quelque chose de sympathique ». Je pense que ça doit passer par une attitude moins complaisante avec ce petit courant pubère anarchisant qui veut faire passer son idée de la démocratie (« j’ai bien le droit de dire ce que je pense », « personne ne m’empêchera de tout critiquer », « Je suis le roi de LiveRc, ça me donne le droit d’emm… tout le monde ») avant la maintenance d’une collaboration principalement centrée sur les articles. Un des rôles « des administrateurs » est, à mon sens, de veiller à cette priorité et pas de se laisser déborder par une défense légaliste chaque fois que l’on prend un troll avec les doigts dans la confiture de venin. C’est ce courant qui est parvenu à faire du corps des administrateurs – justement – une entité maléfique, et développe une Prise De Décision pour la surveiller dans un esprit de bouc émissaire (même si la PDD n’est en soi pas une mauvaise idée), qui finit par rendre les administrateurs impuissants (ou à leur faire perdre leur temps à l’infini, voir la discussion interminable de g. [ndlr: Grimlock] avec M. [ndlr: Meodudlye] sur sa pdd, pour se justifier), ainsi que les arbitres. Ce qui se met en place est nuisible pour Wikipédia. Je marquerai mon désaccord complet, à l’occasion de ce laxisme vis-à-vis de G., en lâchant les outils »

« [2] (c’est) dans le fait qu’un crédit de jeu est redonné en permanence à une poignée de malveillants qu’il faut trouver mon souhait de ne plus être complice, par association. Wikipédia devrait éviter de sombrer dans les travers d’Internet en laissant importer l’esprit blog/forum/twitter dans ses espaces de discussion. C’est aux administrateurs à y veiller et pour l’instant, si un contributeur plaide l’intouchable liberté d’expression (sur une encyclopédie !) et est très actif sur LiveRc (et pense ainsi avoir gagné sa médaille de contributeur utile), il peut se permettre à peu près ce qu’il veut. La dictature des trolls triomphera sans moi »

[3] « Une petite bande d’agités est consacrée à faire perdre son temps à tout le monde, avec des montages en épingle, tournures de phrases procédurières, du coupage de cheveux en quatre et une mauvaise foi à faire battre des montagnes »

Conclusion d’un arbitrage, ménageant toujours un peu trop la chèvre et le chou

Conclusion (décembre 2011)

[4] « je pense qu’il faudrait poser une limite à ce laxisme à l‘égard du besoin de tout le monde et de n’importe qui de donner son avis (besoin générationnel/twitt/facebook/sms/blog à mon avis) à tout bout de champ (sur un projet d’encyclopédie (devenu un « groupe de parole » !). La difficulté des (maîtres du chaos) repose principalement sur leur difficulté à remettre en question leur mode de communication de « chiens fous dans un jeu de quilles », et pas forcément sur le contenu de leurs suggestions. La difficulté/souffrance générale des discussions sur Wikipédia tient à ces incessants combats stériles. Certains auraient besoin d’apprendre un peu l’humilité et les autres d’être bloqués quand ils persistent à nous rebattre les oreilles avec les solutions qu’ils proposent aux problèmes qu’ils ont créés »

Pas plus les sysops que les contributeurs actifs sont disposés à une réflexion sur ce système anarchique générant des comportements nuisibles à la collaboration (donnant parfois libre court à des attitudes délirantes de personnalités borderline). Je me suis interrogé sur la possibilité que beaucoup, dans l’esprit des jeux vidéos (il faut qu’il y ait toujours des méchants pour pouvoir se battre), préfèrent finalement qu’ils existent, faute de quoi la participation à Wikipédia deviendrait trop ennuyeuse ? Quoi qu’il en soit, je ne saurais, par le fait de rester membre de ce corps des administrateurs, cautionner plus longtemps ce que je considère comme une politique incohérente, en contradiction avec l’objet de Wikipédia. En plus du fait que les agressions répétées ne sont pas la rétribution attendue d’une activité bénévole et que cela ne peut que décourager de s’investir (la force vive de Wikipédia, c’est le coeur (à l’ouvrage) des wikipédiens, et les coeurs sont trop souvent blessés pour que la dynamique ne s’étiole pas rapidement, même chez les plus volontaires).

Pour ces raisons, j’ai donc demandé mon desysopage. J’ai retiré BA/RA de ma liste de suivi (ainsi que toute page ayant un rapport quelconque avec la maintenance). Le mode de fonctionnement de Wikipédia n’étant pas près de changer, je n’aurai aucune raison de redemander les outils en question. Bon courage à tous.

Le point 1 an plus tard

Même si un certain progrès est notable depuis un an, rien n’a vraiment changé


La page utilisateur de Madelgarius contient ce petit résumé qui décrit assez bien le merveilleux monde du jeu Wikipédia:

  • « L’accueil des nouveaux (y compris des IP) est souvent trop abrupt et nombre de contributeurs renoncent dès leurs premières contributions .
  • Ceux qui s’accrochent apprennent à se « blinder » et à maîtriser les règles de WP oubliant qu’il ne s’agit que de recommandations. Les échanges sur WP sont donc fréquemment polis (quoique) mais « rugueux ».
  • Le fait d’atteindre le statut d’autopatrolled (et donc a priori d’être reconnu comme étant un contributeur non nuisible) ne change rien à la donne, au contraire. Il n’existe pas de « communauté wikipédienne », les valeurs supposées être partagées n’étant fédératrices de rien.
  • Les logiques collaboratives sont mal comprises sur WP et de nombreux contributeurs sont piégés par la volonté d’avoir raison superordonnante selon eux (mais ils n’en sont pas conscients) par rapport à toute tentative d’objectivation.
  • Une fracture de plus en plus importante existe entre les contributeurs du « main » qui font évoluer les articles sans se préoccuper des coulisses et les contributeurs « du dedans » qui font mumuse. Certains contributeurs n’interviennent qu’au-dedans (pdd, bistro, liveRC, pàs,…) et à cette occasion de temps en temps dans le « main ». Un poison pour l’encyclopédie.
  • Des enjeux de pouvoir existent dans les deux catégories mais pour des motifs différents. Les premiers se jettent régulièrement dans des guerres d’édition, les seconds se livrent à des « jeux politiques » pour gravir des échelons (inexistants au demeurant) dans la «colonie » (oui, exactement comme chez le babouin ou le chimpanzé).
  • En raison de ceci, de nombreux contributeurs cessent de penser par eux-mêmes et donnent raison ou soutiennent leurs alliés indépendamment des contenus débattus. À l’inverse, ils attaquent et tentent de discréditer leurs « rivaux » (ou perçus comme tels, cela suffit) qu’ils aient raison ou tort, la question n’est plus là. Ceci invalide totalement l’émergence d’une intelligence collective.
  • Certains administrateurs qui devraient être les ferments et les ardents défenseurs des logiques collaboratives sont eux-mêmes empêtrés dans ces dynamiques nauséabondes (mais en tant que simple contributeur, hein ? …La chose est commode).
  • Il n’y a aucun endroit pour discuter ces points méta sur WP. Surtout, de grâce évitez le Bistro…
  • Quand bien même y en aurait-il qu’ils s’enliseraient rapidement dans un magma informe de considérations éparses, d’attaques personnelles, au sein desquelles seront disséminés les avis pertinents qui auront perdu tout relief. Lorsque l’on est « dominant » (ou que l’on a l’arrogance et la bêtise de le croire), le maintien du statu quo est primordial.
  • Le plus fondamentalement: les contributeurs « honnêtes » se refusent à utiliser certaines armes que d’autres moins scrupuleux vont user sans vergogne et avec malice. Les premiers se détourneront de WP ou, plus simplement de la discussion en cours, les seconds continueront de dégrader l’encyclopédie pour des enjeux de bas-étage.»

Certains utilisateurs, et même certains administrateurs, quittent Wikipédia en laissant une PU très critique sur le pillage intellectuel que constitue Wikipédia. Ainsi l’administrateur Graoully laisse ce message :

« Voilà quelques réflexions personnelles concernant les violations de copyright :

C’est selon moi le problème fondamentale [sic] de wikipedia. De nombreux textes présents dans l’encyclopédie violent des droits d’auteur; repérer ces textes est difficile en particulier lorsqu’ils ne proviennent pas de « sources internet » mais de sources papier. Ces copyvio sont dangereux pour la crédibilité de wikipedia et doivent être purgés le plus vite possible.

Encore plus dangereuse est la reformulation passive des sources. Un article basé sur une unique source (ou un faible nombre) de laquelle (desquelles) toutes ses informations sont tirées est pour moi presque aussi « répréhensible » qu’un simple copier-coller. Prendre un texte (de taille conséquente) dans un ouvrage, le reformuler et introduire le texte qui en résulte sur wikipedia n’est pas acceptable. Il y a appropriation du travail du véritable auteur, une négation de son travail de recherche. Il est en effet assez facile de réécrire un texte en récupérant toutes les données sur une seule et même source. Je crains malheureusement que de nombreux articles, dont des bons articles, soient dans ce cas.

C’est pourquoi il est important selon moi que les articles (et surtout les AdQ et les BA) présentent un nombre conséquent de source. Il faut au minimum qu’un important travail de synthèse soit effectué par le rédacteur pour que l’article qui en ressorte ne soit pas que la simple reformulation d’un unique ouvrage du commerce. Toute la difficulté de la rédaction d’un article se trouve ici car il faut conjuguer à la fois le respect du travail des auteurs et l’interdiction des travaux originaux sur wikipedia. »


L’utilisateur non-anonyme Pierre-Yves Lambert :

« Contributeur non anonyme et hostile à l’anonymat, j’ai quitté wikipédia et je me consacrerai désormais à mon propre wiki Suffrage Universel, loin des vandales, des ignorants et de certains administrateurs malhonnêtes.

Wikipédia pourrait devenir un projet valable et une source plus fiable s’il était administré honnêtement et sérieusement et avec une forte limitation des contributeurs: suppression de l’anonymat, interdiction des contributeurs sous IP, mise sur pied d’une période d’essai pour chaque nouveau contributeur enregistré pendant laquelle chaque modification doit être validée, imposition de choix de domaines d’intérêt et de compétence et interdiction d’éditer ni de participer aux prises de décision (suppressions d’articles e.a.) hors de ces domaines.

Six ans de contributions sur les wikis francophone et anglophone m’ont finalement convaincus que le projet dans son état actuel ne vaut pas le temps que j’y ai consacré.

Pierre-Yves Lambert, 12 août 2011 »


L’ancien administrateur Traroth (Alexis Dufrenoy), après un conflit d’édition avec Jean-Jacques George :

« Je pense que je serais toujours nostalgique de la Wikipédia qui fut. Vous savez, au début… Nous étions une poignée, tout était à faire, ça foisonnait, ça partait dans tous les sens, on décidait tous les jours de ce qui allait devenir Wikipédia. Entre deux modifications, on rafraîchissait fiévreusement la page des Modifications récentes en attendant qu’il y ait enfin une nouvelle modification. Ce qui pouvait prendre plusieurs minutes. On espérait que quelqu’un avait lu, modifié, enrichi ce qu’on avait soi-même écrit. Parce qu’à cette époque, où tous ou presque se connaissaient, le sens du partage, de la collaboration et de l’entraide étaient une réalité, sur Wikipédia. Chacun était heureux de voir que ce qu’il avait écrit était considéré comme suffisamment important et intéressant pour que quelqu’un d’autre ait envie de le lire, de le modifier, de l’enrichir. C’était très satisfaisant. Nous n’avions pas peur de nous tromper et de nous excuser de nous être trompé. On réparait et on continuait. De cette période, j’ai gardé des amis. Ils ne sont plus très nombreux à encore contribuer, mais certains sont toujours là, solides. Je leur tire mon chapeau. Certains sont partis pour toujours.

De nos jours, quand je contribue, ça se termine toujours de la même manière : que je créé un nouvel article ou que je n’ajoute que deux mots, ma modification empiète sur ce que quelqu’un considère comme son domaine, et ça dégénère en conflit, parce que je ne me laisse pas faire. Je suis bien trop orgueilleux pour ça, bien sûr. Il appelle ses copains administrateurs et ça se termine par des cris et des grincements de dents. Et généralement, à la fin, personne n’est content. Et je m’en vais pour un an ou deux pour lécher mes plaies…

L’ambiance de camaraderie et de collaboration est partie pour toujours, j’en ai bien peur. Mais ça n’a pas toujours été comme ça, je vous assure ! Moi, je me rappelle… [20 mai 2015] »

« Après avoir supporté trop de comportements détestables sur Wikipédia pendant des années, négocié et fait des compromis avec toute sorte de personnages sans intérêt voire nuisibles, je ne contribue plus à Wikipédia qu’à mes propres conditions, car j’ai conscience que contribuer, c’est accepter d’apporter quelque chose, ce que rien ne m’oblige à faire.

Autrefois, quand je croyais profondément au projet, j’y travaillais pour le faire avancer. Maintenant, j’utilise simplement sa notoriété pour faire avancer d’autres projets.

En conséquence, je respecte les règles. Mais je ne suppose pas la bonne foi, je ne fais pas de compromis quand j’estime avoir raison et je ne suis ouvert au débat que dans une mesure très limitée. En particulier, je ne supporte pas les mouches du coche et les emmerdeurs. D’une manière générale, je n’ai aucune raison d’être gentil avec ceux qui ne m’apportent rien, et absolument rien ne m’interdit de ne pas l’être.

Tant pis pour ceux à qui ça déplait… [1er septembre 2010] »

« Il n’y a plus rien ici à quoi je désire être associé. En conséquence, je cesse définitivement toute activité liée à tout projet de la Wikimedia Foundation ou à Wikimédia France. Bonne chance aux personnes de bonne volonté qui restent pour essayer de changer les choses, et il y en a, mais c’est peine perdue selon moi. Traroth | @ 13 mars 2008 à 17:16 (CET) »


Sur sa page personnelle, l’utilisateur Jean-Jacques Milan écrit:

« J’ai beaucoup donné ici du « capital-vie » qui reste au presque vieil homme que je suis, et je ne le regrette pas, mais les discussions stériles et les conflits incessants avec des contributeurs dont l’obstination et l’agressivité n’ont d’égale que l’incompétence m’ont progressivement dégoûté de contribuer à l’enrichissement des articles là où j’aurais pu être le plus efficace. Je me contenterai donc désormais de suivre les pages qui sont « dans mes cordes » et d’en retirer toutes les âneries que j’y trouverai. C’est déjà un gros travail.

Tout professeur un tant soit peu expérimenté le sait bien : il existe un petit nombre d’étudiants avec lesquels aucune discussion ne doit être prolongée, sous peine d’y perdre son temps et son énergie. Je commence à croire que ces gens-là ont trouvé au sein de Wikipédia une niche écologique à la mesure de Sara Azadine et de leur pouvoir de nuisance, car j’en ai davantage rencontré ici en deux ans qu’ailleurs en trente-huit ans de vie professionnelle.

[…]

Les articles de WP ne peuvent être fiables et robustes que s’ils sont rédigés par des personnes compétentes et protégés de toutes les formes de vandalisme, au premier rang desquelles on peut classer les interventions incessantes des individus à la fois agressifs et incompétents que j’évoquais plus haut.

Ce problème est particulièrement aigu dans des domaines à la fois vastes, complexes et surtout mal connus comme la photographie ou la tribologie, pour ne citer que ces deux exemples. La photographie est largement diffusée au sein de la population et, outre ses aspects techniques, elle a pris une importance sociale et culturelle considérable. La tribologie, que tout un chacun pratique comme M. Jourdain pratiquait la prose, est intéressante sur le plan scientifique mais elle revêt aussi une énorme importance économique et politique.

Ces domaines ont deux points communs : d’une part ils sont peu ou pas enseignés et d’autre part, la connaissance que peut en avoir le grand public comporte un nombre considérable d’idées préconçues toutes aussi fausses les unes que les autres. Face à des centaines d’interventions intempestives, il devient impossible de travailler sérieusement et les quelques personnes qui pourraient apporter des informations utiles jettent l’éponge. Les articles sérieux qui avaient été rédigés au début de WP, livrés en pâture à une meute d’ignorants, sont alors charcutés, allégés d’idées essentielles et enrichis d’âneries.

Pour WP, dans ces domaines, disons-le tout net, c’est FOUTU. Les rédacteurs sérieux du début ne reviendront pas. »


Celette attaque frontalement Lambdapedia (RA du 2 juin 2014) pour avoir osé soulever un rapprochement de point de vue avec FloFlo62. Sur la PdD de Lambdapedia, une réflexion très intéressante de Xav :

« Ce qui est frappant à voir, c’est la différence entre la version d’origine de Wikipedia is not a democracy et sa version française. La VO dit « its primary (though not exclusive) means of decision making and conflict resolution is editing and discussion leading to consensus—not voting » – ce que faisait bien Lambdapedia, (quoiqu’en ne cherchant pas suffisamment les points à la décharge de JFCopé!). La version française récuse la démocratie et la dictature, et oublie le consensus qui est tout de même d’essence démocratique. La version française censure carrément le Wikipedia is not a bureaucracy. Et l’assez anarchique Ignore all rules devient Wikipédia:Interprétation créative des règles. Donc apparemment WP:FR a herité d’une culture plus bureaucratique et normative que le WP d’origine. La faute à Colbert, Combes, de Gaulle et Marchais réunis, probablement.

Pour revenir à JF Copé on a pris 3 semaines en mars à écrire 2 lignes. Le sujet semble concentrer à la fois de fortes critiques et de fortes protections. Mais cela va évoluer. –Xav [talk-talk] 26 mai 2014 à 23:35 (CEST) »

Puis :

« La question était plutôt d’avoir d’autoriser les points de vue, mais en les équilibrant par rapport à la moyenne des médias français. D’ailleurs WP:NPOV ne parle pas de consensus obligatoire, mais dit: Respecter la neutralité de point de vue ne consiste pas à adopter un point de vue intermédiaire, mais à présenter et clairement identifier chaque point de vue et La neutralité de point de vue n’est aucun des points de vue présentés. Elle consiste plutôt à présenter chaque point de vue pertinent avec la même distance. Ce qui était bien sûr bloqué tant que la majorité des collaborateurs sur l’article JFC était sympathisant UMP. Lambdapedia, tu es (probablement?) un partisan de la formule La sociologie est un sport de combat. Cette formule ne peut être appliquée à Wikipedia. Il y a de la sociologie, mais on a affaire à des bénévoles avec des motivations à géométrie variable pour lesquels il faut mieux s’appuyer sur leurs qualités, parfois à découvrir, que sur leurs défauts. Donc Wikipedia doit plutot être un art collaboratif. […].–Xav [talk-talk] 4 juin 2014 à 00:15 (CEST) »


L’utilisateur Simon Villeneuve a écrit un essai (archive) sur Wikipédia qui n’a pas du tout plu à l’administratrice wikimédienne Lomita qui l’attaque très agressivement sur sa PdD puis sur le Bulletin des administrateurs.


Clem23 (Jean-Clément Martin) a discrètement quitté Wikipédia début 2011 avec un laconique « manque de temps ». Il n’a cependant pas laché ses privilèges d’administrateur. Son manque de clairvoyance à propos de Nicolas Ray est, rétrospectivement, touchant …

« Suite à quelques hésitations et messages contradictoires de ma part je vais donner une petite explication. Depuis quelques semaines je pense que je commence à atteindre les limites de ma participation à WP. J’ai perdu toute motivation pour contribuer (moins de 10 modifs mineures par jour dans l’espace encyclo), je supporte de plus en plus difficilement les règlements de comptes et les parlottes à n’en plus finir autour de sujets qui me paraissent de plus en plus décalés et de plus en plus futiles par rapport à la vraie vie. J’ai suivi avec un grand regret le départ de Nicolas Ray qui était sans aucun doute un des contributeurs pour lequel j’avais le plus d’estime et je comprend très bien sa décision. Hier j’en étais aussi à rédiger mon message de départ, pour des raisons infiniment proches des siennes, mais je trouve qu’il a bien mieux trouvé les mots que moi.

C’est donc mon tour de m’éloigner (ou au moins de très fortement réduire ma participation) avant d’atteindre le point où le [sic] serai complètement dégoûté; mais ne me demandez pas pour combien de temps, je n’en ai aucune idée. WP est uniquement un loisir, à partir du moment où ça devient une corvée ça ne vaut plus le coup. Peut être que je réduirai mon activité pendant un gros mois, peut être que je ne reviendrai pas, je n’en sais rien à l’heure actuelle. À ce jour la seule chose qui me retient de faire exactement la même chose que Nicolas (à savoir requête sur Meta et blocage illimité) est mon engagement récent en tant que CU et mes promesses de rendre service à ce niveau là. Il est possible que ce soit d’ailleurs ma seule forme de contribution à WP au cours des prochains mois car je ne veux pas faire peser sur les 3 autres volontaires une trop grande charge de travail, le traitement des requêtes étant parfois longues et complexes.

Quoi qu’il arrive je continue à croire en ce projet, j’ai rencontré (seulement virtuellement hélas à part de trop rares exceptions) des personnes exceptionnelles, et pour certains d’entre eux j’espère sincèrement garder contact. Bonne chance à tous, et pensez avant tout à vous faire plaisir. WP est un projet dévoreur de temps, parfois un sacrifice, mais j’ai beaucoup de chance d’y avoir participé à ce niveau depuis près de 2 ans. Clem23 11 janvier 2008 à 13:34 (CET)»


Nicolas Ray, administrateur d’avril 2006 à janvier 2008, co-fondateur de Racosch, qui éditait déjà Wikipédia contre rémunération, ne manque pas d’humour lucide à l’occasion.

« Tout a un début, tout a une fin, et c’est aujourd’hui que se termine pour moi l’aventure Wikipédia.

Les raisons de ce départ ? Un gros, très gros, trop gros raz-le-bol. Raz-le-bol de tous ces frustrés prêts à tout pour obtenir ici la reconnaissance qu’ils sont incapables d’obtenir dans la vraie vie. Raz-le-bol des exaltés défenseurs de la Vérité (de leur vérité en tous les cas), et pourfendeurs du Mal (de leur triste et étroite vision du mal en tous les cas) , mais surtout, surtout raz-le-bol de tous ces pédants imbéciles, connus ou inconnus, enregistrés ou anonymes, qui savent mieux que quiconque ce qui est juste ou faux, bien ou mal, ce que vous devez faire ou pas, ce que vous auriez du faire ou pas et tellement, tellement prompts à vous le faire savoir.

Aucun risque que je me mette soudainement à critiquer et descendre Wikipédia en flammes : je crois en ce projet, je suis absolument persuadé qu’un long et glorieux futur lui est promis. L’idée est bonne, les bases sont bonnes, les gens vont et viennent.

Je tiens ici publiquement à m’excuser auprès de toutes celles et de tous ceux à qui j’ai pu promettre quelque chose que je n’ai pas (ou pas totalement) terminé. Je présente particulièrement mes plus plates excuses à mes filleuls et prie un parrain ou une marraine généreux(se) de les prendre sous son aile protectrice.

Ce que je garderais de ce projet ? Quelques articles dont je suis fier, quelques idées dont certaines ont pu se réaliser, quelques échecs retentissants, mais surtout, l’impression d’avoir, pendant quelques temps, fait partie d’une véritable communauté, d’avoir eu la chance et le privilège de côtoyer des personnes intéressantes, ouvertes et intelligentes.

Si mon plus grand regret sera probablement de ne jamais pouvoir partager une vraie bière avec certains d’entre-vous avec qui j’aurais beaucoup aimer échanger plus que quelques octets, j’ai eu la chance de rencontrer plusieurs personnes que j’ai beaucoup apprécié et de partager avec eux de longues discussions, plusieurs soirées relativement arrosées, quelques fondues, des matins difficiles, de beaux éclats de rire et plusieurs moments de franche déconnade. Certains, qu’ils soient tuniso-genevois, genvo-lyonno-lausannois, proto-fribourgeois ou jurassiens-qui-s’ignorent sont même devenus des amis et, je l’espère du moins du fond de mon cœur, le resteront encore très longtemps ! [10 janvier 2008] »


Happyhippie :

[à Harmonia Amanda] : « Pourquoi ce fut à moi de justifier ces refus de vandalisme, et de demander un débat sur ces suppressions massives qui revenait sur le travail de la communauté ? Pourquoi n’avez vous pas arrêté ce qui relève de vandalisme, alors que c’était votre rôle ? Mais l’utilisateur wp concerné a l’avantage d’être bien introduit auprès de certains administrateurs, qui le dispense d’argumenter ses suppressions et ses créations d’article HC. On est dans le cas typique où l’aspect réseau social/skyblog qu’est Wikipedia prend le pas sur le sérieux et les règles communes qui devraient régner. D’où le blocage une semaine après, sans avertissement ni dialogue préalable. C’est un peu pathétique. Bon je vous laisse entre copains (oui je suis un peu amer :)). 5 ans que je fais partie des contributeurs anonymes d’une encyclopédie dont la communauté se réduit à mesure que le nombre d’articles et le rôle des administrateurs croissent. –Happyhippie (d) 30 juillet 2013 à 21:58 (CEST) »

Suite à son opposition à l’élection de Clem23 au poste de bureaucrate, Happyhippie se fait attaquer sur sa PDD par Like Tears In Rain :

« Bonjour Happyhippie, peux-tu me certifier que tu n’est pas un ancien contributeur banni ?  »'[[Utilisateur:Like tears in rain|Like tears in rain]] »’ <sup>[[Discussion Utilisateur:Like tears in rain|{-_-}]]</sup> 3 août 2008 à 12:05 (CEST) »

« Je n’ai jamais été banni. Je ne peux pas le certifier. Mais je trouve ta question médiocre. Cette façon de délégitimer tout porteur d’une opinion contraire c’est nauséabond. Surtout pour un collaborateur qui a en plus le statut d’admin (et ce quoique tu pense de ce que j’ai écris, preuve que les admins ne s’interessent moins au fond d’une info/opinion qu’au collaborateur qui l’a écrit). Le réseau social des happy fews de wikipedia qui impose ses règles à l’ensemble du reste de la communauté (y compris dans des conflits d’édition, même et surtout, lorsqu’ils n’y connaissent rien) a visiblement de beaux jours devant lui… Vous me faites penser à ses gars de Science Po qui croient tout connaître en n’ayant lu que de sombres fiches de lectures. –[[User:Happyhippie|Happyhippie]] ([[User talk:Happyhippie|d]]) 3 août 2008 à 12:13 (CEST) »


David Monniaux, administrateur de Wikipédia de 2005 à 2017, membre et propagandiste très actif de Wikimédia France dont il fut un moment porte-parole (il est cité par Pierre Assouline dans la préface à La Révolution Wikipédia, p. 20-21) est très fortement démotivé par Wikipédia. Il commet un essai:

« […] J’ai parfois l’impression que certains considèrent que Wikipédia est une sorte d’expérimentation démocratique, ou peut-être un lieu où ils veulent réaliser une sorte d’utopie démocratique qu’ils ne trouvent pas dans la vie réelle. De là les demandes incessantes de votes pour des sujets divers et variés, les hurlements quand des décisions sont prises par des représentants (Fondation, comité d’arbitrage etc.), et les accusations perpétuelles de « cabale », de complots.

Je pense que, contrairement à ce qui se dit parfois, c’est justement l’avalanche des « prises de décision » et autres « décisions démocratiques » qui crée la cabale. La plupart des éditeurs de Wikipédia s’intéressent à l’écriture d’articles, à la réalisation d’illustrations, etc., et considèrent que l’administration de Wikipédia est un moyen pour faciliter ces activités. Ils n’ont pas le temps de discuter à l’infini sur des « prises de décision », surtout si les discussions afférentes sont pleines de logorrhées mal écrites et sans intérêt.

La conclusion est que ces discussions, prises de décision etc. laissent un champ libre à ceux qui n’ont que cela à faire : les bavards professionnels, ceux qui ne contribuent pas au contenu, mais font de la « politique ». On les repère facilement : ceux qui écrivent largement plus dans le méta-contenu (pages de discussion) que dans le contenu.

Bref, ce n’est pas la démocratie. C’est le règne des cliques de médiocres. […]

Certains, avec des accents volontiers poujadistes, semblent vouloir se venger des gens mieux éduqués qu’eux, ou qui écrivent dans un meilleur français qu’eux. On voit alors fleurir les accusations d’élitisme, de cabale, etc. [1] […]

Wikipédia n’est pas un lieu pour régler des comptes, des problèmes qu’on a dans la vie réelle. On peut concevoir que certains aient des goûts, des dégoûts, des phobies ; ils doivent les mettre de côté pour contribuer efficacement à Wikipédia.

Parfois, certains sur Wikipédia, au vu des agissements de certains éditeurs visiblement obnubilés par certains sujets, sont tentés de leur laisser le bénéfice du doute, de dire que leur situation s’améliorera. Or, Wikipédia n’est pas un lieu de thérapie de groupe. Il existe d’autres lieux plus adaptés pour cela. […]»


User:Daniel Quinlan/gaming nous donne une vision humoristique du jeu Wikipédia:

« Get someone else to trigger the 3RR – Don’t revert NPOV changes made by other people. Instead, make your own changes that other people will want to revert. Then, you can report them for violating 1RR or, even better, 3RR.

Diversions – It’s important to divert attention from any edit you make so partisans won’t be able to suppress your information. One good way to do this is to make a series of edits, especially mixing in some grammar and spelling fixes. Putting a minor edit on top can’t hurt, so do that too. A lot of people just check the top edit.

Be nice – Always be painfully nice to anyone who disagrees with you. Remember, like any game, the point is to let the other team foul more often than you foul. If you have conviction and belief in your edits, someone who doesn’t will probably get angry at you because they failed to suppress your information. And someone who is angry is much less likely to get in your way. Why? Because emotional people can’t be bothered to follow the rules and they always get in trouble.

Blocking – It’s always important to bring in a neutral third party, ideally a friend, to block anyone the moment they violate a rule. Once they’ve been blocked, it will be very hard for them to suppress your information. »

Publié dans Les vrais échos d'en bas, Observations | 18 commentaires

Léon Smet, père de Johnny Halliday, n’est plus encyclopédique

On a déjà vu que confier la rédaction d’une encyclopédie à des informaticiens pouvait mener à un chamboulement des hiérarchies classiques. À l’occasion du décès de Johnny Hallyday, on peut mettre en évidence un autre phénomène : la vengeance des fans et le « nettoyage » supposé pro domo des fiches de Wikipédia.

L’effet charognard a tourné à plein régime sur Wikipédia lors du décès de Jean-Philippe Smet aka Johnny Hallyday, 110 millions d’albums vendus. La fiche dédiée est passée du très honorable 190.942 octets et 302 « notes et références » le 3 décembre 2017 à  219.080 octets avec 410 « notes et références » le 20 décembre auxquels il faut ajouter l’indispensable et hautement encyclopédique Mort et obsèques de Johnny Hallyday (déjà près de 48 494 octets et 72 « notes et références »), notable puisque « vu à la TV » (1).

C’est déjà plus que Napoléon 1er (215 040 octets) … Mais ne soyons pas cruels restons fair-play et comparons dans la même catégorie musique. La fiche consacrée à Johnny Hallyday présente donc beaucoup mieux que celle de Nana Mouskouri (350 millions d’albums vendus, toujours vivante) et ses misérables 16.056 octets ou ce minus d’Elvis Presley (plus d’un milliard de disques vendus, bien mort, mais il y a trop longtemps pour piller la presse en ligne) et ses 83 116 octets avec 158 notes et références seulement, battu de peu par W. A. Mozart (plusieurs milliards d’albums vendus) avec 85 295 octets mais seulement 52 références (il n’y a sans doute pas assez de littérature fiable sur le sujet).

Mais on est toujours le pauvre d’un plus riche que soi et Johnny est toujours moins bien traité par les encyclopétants que le chanteur bretonnant Alan Stivell : 246 142 octets et 297 notes et références … Qu’en sera-t-il à sa mort? Doublera-t-on la longueur de sa fiche?

Le Johnny fan club a quand-même réussi à lier dans un portail encyclopédique 356 fiches dont celle dédiée à son géniteur, Léon Smet (historique) qui n’a été encyclopédique que pendant 5 mois. La procédure de suppression a été initiée par PHIL34, fan de Johnny (des dizaines de pages créées)(2) qui voulait sans doute, ne fut-ce que symboliquement, « tuer le père indigne » par procuration. Les paragraphes « essentiels » sont tout de même conservés dans la fiche consacrée à « la » Famille Smet (alors qu’il y en a des dizaines en Belgique).

Sur le fond, l’existence de la page Laeticia Hallyday (13 621 octets, soit déjà plus qu’un Prix Nobel de littérature 1961), dont on cherche en vain un quelconque élément de « carrière » au sens des CAA, n’est pas plus justifiable que celle sur Léon Smet. Mais la page de suppression lancée par Pierre-Yves Baudouin (Pyb, ancien et nouveau président du CA de Wikimédia France, grand amateur de fromages) n’a pas réussi à fusionner sa fiche à celle du mari.

Quant à la deuxième épouse Babeth Étienne, elle est sujet encyclopédique depuis 10 ans grâce à deux mois de mariage mais aurait aussi pu tomber dans les oubliettes de Wikipédia grâce à un procès en suppression initié selon les mêmes procédés fanatiques par le gardien du temple PHIL34, pensant sans doute éliminer l’ancienne épouse éliminable et ne laisser de trace que pour l’ultime élue qui n’a que le seul fait d’avoir été l’épouse de Johnny Hallyday pour toute plume à son chapeau … Las! Babeth Étienne fut quand-même actrice et sa biographie est solidement construite grâce à deux paroles de l’idole et trois titres de films où elle a figuré, copiés-collés depuis l’inépuisable imdb.com.

Cependant les cerveaux des geeks trentenaires qui fabriquent Wikipédia comme on fabrique du cervelas Migros sont moins portés sur le rock des années 60 est ses queues de comète que leurs ainés. Ils préfèrent les Pokémons qui ont des kilomètres d’octets d’avance sur les illustres personnages cités plus haut.

Sic transit gloria mundi.

(1) Bizarreries wikipédiennes: la page Mort de Michael Jackson (101 893 octets à ce jour), bien que vouée à la suppression, est toujours bien en ligne et même régulièrement modifiée. David Bowie n’a pas (encore) la sienne; les sources ne manquent pourtant pas. Celle sur les funérailles d’Elisabeth II n’est pas encore en préparation alors que la presse y consacre des articles depuis des années.

(2) Par exemple la fiche fanzine hautement encyclopédique ‘Liste des chansons écrites par Michel Mallory pour Johnny Hallyday‘.

Post scriptum et mise en abime: il arrive que Wikipédia ne soit pas très critique avec les sources et que les journaux ou les écrivains reprennent les erreurs qui y figurent comme source fiable, tout comme les journalistes, mêlant paresse et incompétence; erreurs qui deviennent sources grâce aux principes de fonctionnement de Wikipedia, phénomène de plus en plus fréquent.

Publié dans Analyses | 2 commentaires

Le comité Théodule de Wikimédia France

En mars 2016, nous attirions déjà l’attention sur l’enfumage que constituait la création d’un Conseil Scientifique par Wikimédia France. Un an et demi plus tard, les wikip/médiens nous donnent raison.

Psychodrame wikimédien

Énième développement du scandale Wikimédia France, Rémi Mathis annonce sa démission de l’association le 17 octobre 2017 non pas sur Wikipédia (où il ne met guère plus les pieds) mais sur un site commercial. Morceaux choisis: « La toxicité (violence, sexisme…) d’une partie de la communauté ne me permet pas de rester à Wikimédia France. […] ayant perdu espoir d’être entendu en interne, je quitte Wikimédia France, et dénonce fortement le comportement irresponsable et toxique de la Wikimedia Foundation […]. J’ai décidé de quitter Wikimédia France — après y avoir oeuvré plus de huit ans, cinq au conseil d’administration, trois comme président, trois au conseil scientifique. […] Mon départ est ainsi largement lié à ce qui se passe actuellement au sein de l’instance internationale — qui n’est plus pour moi capable d’être la garante du bon fonctionnement des activités du mouvement. […] Je prends acte que la structure est le lieu de luttes de pouvoir qui ont des conséquences humaines que je refuse. Je prends acte que quelques dizaines de membres, toujours les mêmes, font tout pour rester entre eux, dans un fonctionnement qui n’a plus rien à voir avec la vraie vie, les besoins des contributeurs et des lecteurs, la loi française ou tout simplement le minimum de courtoisie qui permet à une société de vivre, à des humains de collaborer. »

Le lendemain, il publie un résumé en anglais sur la liste publique de la Wikimedia Foundation en ajoutant un fait nouveau: la démission de trois autres membres du Conseil Scientifique, Frédéric Martel, Laurent Le Bon et Cédric Villani (élu député LREM depuis juin 2017), soulignant ainsi que ces personnalités y « siégeaient » surtout grâce à lui. Enfin ce n’est pas si sûr pour Cédric Villani qui ne figure pas sur les photos de la seule réunion (15 janvier 2015) connue à ce jour.

Les wikip/médiens avouent

Après cette annonce, on se lâche sur la mailing liste parralèle créée par Anthère/Florence Devouard (fondatrice de Wikimédia France, présidente de la Wikimedia Foundation Inc. de 2006 à 2008). Alphos/Roger Gotlib (assesseur de l’AG extraordinaire de Wikimédia France du 09/09/17) porte le premier coup:

Je vais encore passer pour un con, et pour un détail, mais de mon côté, ce que j’ai personnellement le plus de mal à comprendre, c’est l’utilité du conseil scientifique. J’ai eu beau chercher sur le Wiki membres et sur Meta, je n’ai pas trouvé grand chose, hormis ces deux mentions :

* lors du WE Stratégie de 2016, on pensait lui avoir trouvé une utilité : « Axe 3 — Promotion et défense des projets » > « Types d’actions susceptibles d’entrer dans ce périmètre » : « Actions du Conseil scientifique« 

* lors du WE Stratégie de 2017, on s’est apparemment rendu compte qu’en fait non, on avait [sic] pas trouvé, et qu’il fallait qu’on se remette à chercher, du coup : « Axe 3. Promotion et défense des projets » : « Trouver qqch à faire au Conseil scientifique : WP en 2030, fiabilité, place de WP dans l’éduc, conservatisme de WP »

Du coup, il apparaît que « membre du Conseil scientifique de Wikimédia
France », c’est un titre ronflant, au sens qu’il faut surtout ronfler. J’ai bon ?

Caroline Becker/Léna, administratrice sur Wikipédia et membre démissionnaire du CA de Wikimédia France (WMFr) renchérit:

Lors de la première réunion CA physique, j’avais proposé, avec d’autres, que comme le conseil scientifique n’avait pas produit grand chose, il serait mieux de le supprimer, au moins un temps, quitte à le reformer au moment où son besoin s’en ferait ressentir. Emeric [Vallespi, président démissionnaire du CA de WMFr et attaché parlementaire LREM] et Nathalie [Martin, Directrice exécutive démissionnaire de WMFr attaché parlementaire LREM] et avaient beaucoup insisté pour le garder et je n’avais pas bien réalisé pourquoi. C’est en relisant qui en est (était?) membre, notamment Cédric Villani, médiatique député d’En Marche, que j’ai enfin eu une hypothèse plausible.

Insinuations démenties par Samuel Le Goff, président par intérim de WMFr, à qui Caroline Becker/Léna répond vertement: « Emeric et Nathalie étaient déjà membres d’En Marche Poissy dès ce week-end CA au point de consulter le groupe Facebook pendant les réunions. Peut-être que c’est une coïncidence pour Villani, tu avoueras que c’est troublant. »

Samuel Le Goff fini par lâcher:

Pourquoi ce conseil scientifique a été maintenu ? Au fond, on s’en tape complément ! Cet organisme n’a rien couté, ni en argent ni en temps salarié ou bénévole. Son existence n’a pas nui à l’association même s’il n’a pas apporté grand chose à part une très fine couche de « respectabilité » en affichant quelques parrains prestigieux.

Caroline revient à l’essentiel:

Je pense que c’est un problème de garder le conseil scientifique pour deux raisons:

_ peut-être que vous voyez les couts comme négligeables, mais ils ne sont pas nuls: il y a eu le temps de faire la page sur meta, sur le site web…
Il y a surtout la charge mentale de le garder et de se demander régulièrement quoi en faire. Je ne comprends pas d’ailleurs qu’on depense de l’energie à empecher de supprimer quelque chose d’inutile (ce n’est pas une manière détournée de dire que les personnes tenant cette position ont tord: ça m’est juste vraiment *incompréhensible*)

_ c’est donner de l’importance et une caution à des inconnus «gratuitement». Je me fiche qu’ils s’en servent pour leur carrière. Mais cela donne du poids, d’un point de vue extérieur, au message de Rémi. Et, réciproquement, des bénévoles qui font réellement des choses pour faire avancer l’asso n’ont pas cette reconnaissance.

Des inconvénients (qu’on peut trouver +/- graves), 0 avantage.
Supprimons-le.

Charles Aurraie/Conteur momentanement indisponible (et bien d’autres pseudos sur Wikibuster), membre de Wikimédia France, avoue enfin :

le conseil scientifique devait remplir plusieurs buts:
1/ donner à ceux qui dirigeaient l’association un semblant de respectabilité scientifique, dans un contexte où les partenariats étaient en train de battre de l’aile
2/ Permettre à certains de se faire un carnet d’adresse dans le contexte politique de la fin du quinquennat Hollande (là, je dois dire chapeau pour avoir misé sur le bon cheval)
3/ Permettre de générer des financements publics en cas de baisse de la subvention de la fondation (une association à visée culturelle avec un conseil scientifique, ça en jette auprès des institutions dispensatrices de fonds)

Le comité Théodule vit encore

Malgré ces aveux bien tardifs et le départ des trois personnes vraiment notables du « Conseil scientifique », malgré trois années d’inactivité, le nouveau CA de Wikimédia France maintient la structure croupion (3 « conseilleurs ») qui a encore sa page sur le site de l’association « pour faire sérieux ».

On est en plein dans le ridicule.

Clap de fin

Consulté en février 2019, le site web de Wikimédia France ne mentionne plus aucun Conseil Scientifique sans publier une seule explication ni une seul archive des ses phantomatiques travaux.

Publié dans Analyses, Wikimedia, Wikimensonges | 6 commentaires