Swiss Papers: un scandale de plus sur Wikipédia

Jouer à Wikipédia est une activité addictive très chronophage qui ne rapporte rien financièrement parlant. En principe … Les wikipédiens expérimentés savent toutefois que des personnes ou des entreprises attachent de l’importance à leur fiche sur Wikipédia et ceci fut publiquement débattu lors de la WikiCon2012. Celles-ci, après s’être cassé les dents en essayant d’éditer elle-mêmes, sont à présent prêtes à payer des pros pour y figurer sous un jour favorable. Comme ils l’avoueront bien plus tard, les interventions rémunérées des associés de Racosch remontent à au moins décembre 2014 pour le compte de l’entreprise Romande Energie (plus de 90% du texte). Pour une société, sortir du cash est un problème ; payer une facture émise par une société pour des activités de « promotion » ou de « consultance » est plus pratique. Reste donc à créer la-dite société pour transformer le temps passé à jouer à Wikipédia en activité lucrative.

Le 25 février 2015, alors que les wikipédiens sont encore traumatisés par les révélations sur les identités multiples de « Pierrot le chroniqueur », trois éminents membres de Wikimedia Suisse résolvent le problème de la rémunération de leurs éditions payantes en enregistrant la société Racosch S.à.r.l. au registre de commerce du Canton de Vaud. Les statuts sont très vagues :

Racosch Sàrl, à Lausanne, avenue de la Gare 22, c/o Stéphane Coillet-Matillon, 1003 Lausanne, CHE-230.626.317. Nouvelle société à responsabilité limitée. Statuts: 25 février 2015. But: la société a pour but d’offrir des services de relations publiques; ses clients naturels sont des associations, sociétés, entreprises et particuliers (pour but complet cf. statuts). Obligation de fournir des prestations accessoires, droits de préférence, de préemption ou d’emption: pour les détails, voir les statuts. Capital social: CHF 20’000 [ndlr. ~18.000 €]. Associés-gérants avec signature individuelle: Coillet-Matillon Stéphane, de France, à Lausanne, avec 98 parts de CHF 100, président, Ray Nicolas, à Arzier-Le Muids, avec 51 parts de CHF 100, et Schütz Frédéric, à Chavannes-près-Renens, avec 51 parts de CHF 100, tous deux de Genève. Organe de publication: Feuille officielle suisse du commerce. Communications aux associés: par écrit ou par courriel. Selon déclaration du 25 février 2015, la société n’est pas soumise à une révision ordinaire et renonce à une révision restreinte.

Créer une telle entreprise ne se fait pas sur un coup de tête. C’est le fruit d’une évolution personnelle de trois personnes qui ont, un temps, cru être des encyclopédistes 2.0 puis se sont rendu-compte de l’impasse éditoriale du projet et finalement réalisé qu’il y avait un profit à en tirer. Attardons-nous un peu sur ces trois profils.

Les acteurs

Stéphane Coillet-Matillon, l'administrateur Popo le chien, du temps où il avait encore la foi lors d'une cabale romande (11 mai 2007) CC-BY-SA-2.5 Auteur: Ludovic Péron aka Ludo29.

Stéphane Coillet-Matillon, l’administrateur Popo le chien, du temps où il avait encore la foi lors d’une cabale romande (11 mai 2007) CC-BY-SA-2.5 Auteur: Ludovic Péron aka Ludo29.

Stéphane Coillet-Matillon est un Lyonnais installé en Suisse. Après un master de biochimie, il s’oriente vers les sciences politiques à l’Université de Genève. Il effectue sa première expérience professionnelle dans le cabinet d’avocats Bär & Karrer puis se met au service du cigarettier Philip Morris (relations publiques) pendant 6 ans. En 2013, il prend un congé sabbatique pour étudier le chinois. Sa carrière wikipédienne commence officiellement le 21 janvier 2005 ; ses premières contributions se dispensent naturellement de sources. Il est coopté administrateur à peine un an plus tard, le 5 février 2006. Popo le chien sert fidèlement Wikipédia et présente une brève allocution au World Summit on the Information Society organisé par les Nations Unies à Genève le 18 mai 2008. Ayant gagné toute la confiance de Wikimedia, il devient bureaucrate le 15 août 2008.

Petit accident de parcours le 27 janvier 2010 : il téléverse un montage vidéo audacieux « Hitler et les élection sur Wikipedia.fr » qui révèle une attitude extrêmement critique envers Wikipédia :

« On a 40% d’articles de 2 lignes sur des connards qui tapent dans une balle. […] Il faut savoir si on vise une encyclopédie ou une annexe de France Football. […] Il y a des jours où j’ai vraiment l’impression de faire du social avec ceux qui font plus de discussions que de contributions. Saint Jimbo priez pour nous ! […] Quand je pense que je pourrais être pénard à mettre à jour des infoboxes ou virer toutes ces listes recopiées de Pokémon.com. […] Que quelqu’un efface la page Wikipedia : n’hésitez pas ! Si on me recherche, je serai sur Knol. […] Et bloquez aussi mon faux-nez. »

Désenchantement ? Lucidité ? Cela aurait pu lui coûter très cher … Il se fait pourtant coopter au Comité d’arbitrage en mars 2010 mais ne renouvelle pas sa candidature en septembre 2011. Ses activités déclarées sur Wikipédia chutent brutalement à partir de janvier 2012 : à peine 89 éditions en 2012, 76 en 2013, moins de 500 par an depuis ; il ferme également son blog Le choix du chaos ouvert en 2008 et consacré à Wikipédia mais continue épisodiquement sur CHwiki (son dernier post ne manque pas de piquant). Il renonce à ses privilièges d’administrateur et de bureaucrate en janvier 2012. Perte de motivation en relation avec le constat accablant fait dans sa vidéo de janvier 2010 ? Le grand inquisiteur le soupçonne d’avoir un autre compte principal depuis lors sans dire lequel ; son fidèle bras droit dépose même un demande de vérification d’adresse IP qui reste naturellement sans suites.

« Wikipedia fait le trombinoscope des parlementaires européens » ©F3 Alsace 6 février 2014. Lors du WIKI loves Parliaments : European Parliament le 4 février 2014.

« Wikipedia fait le trombinoscope des parlementaires européens » ©France 3 Alsace, 6 février 2014. Lors du WIKI loves Parliaments : European Parliament le 4 février 2014.

À la veille des élections parlementaires européennes de mai 2014, il organise une séance photo au Parlement européen. On se doute bien que ce genre d’évènement ne sert pas seulement à prendre des photos pour illustrer Wikipédia. Ce qui se discute en off c’est le contenu des fiches consacrées aux députés et à la politique en général. « Comment faire pour améliorer ma page Wikipédia ? On peut en discuter Mr le député. » etc. Tout a un prix, n’est-ce pas ?

« Wikipedia fait le trombinoscope des parlementaires européens » ©F3 Alsace 6 février 2014. Lors du WIKI loves Parliaments : European Parliament le 4 février 2014.

©France 3 Alsace, February 6, 2014.

Dans un langage plus codé, Catherine Trautmann déclare : « Permettre aux parlementaires d’être mieux connus et de pouvoir être présents, grâce à Wikipédia, dans la campagne électorale,
c’est une très belle initiative. »

Malgré sa très faible implication apparente dans le main, on ne sait par quel miracle Stéphane Coillet-Matillon est élu membre du conseil d’administration de Wikimedia Suisse en mars 2014 et en devient même le directeur exécutif ad interim pendant plus d’une année. Cela lui donne l’occasion de rencontrer le gourou Jimmy Wales :

Le plus beau jour de la vie de Stéphane Coillet-Matillon ©Twitter

Le plus beau jour de la vie de Stéphane Coillet-Matillon ©Twitter

Ayant fait le tour des coulisses de Wikipédia, il s’attaque à présent aux coulisses de la « banque » … Lors d’une interview à la RTS en décembre 2015, il quémande des dons pour Wikimedia alors qu’il critiquait sur son blog ces mêmes appels. Lors de l’assemblée générale 2 avril 2016 où on le questionne sur Racosch, il ne se représente pas mais, selon Gabriel Thullen (aka GastelEtzwane), aurait été réélu sans problème s’il s’était porté candidat; mais il déclara préférer se consacrer entièrement à son nouveau business.

Le 20 mai 2015, en réponse à un débat de blocage le concernant, Popo le chien écrit sans sourciller: « Vu le prix que je suis payé (rien) pour contribuer [… Racosch a été créé trois mois plus tôt] » et parle « des accusations de faux-nez infondées – maintenues en dépit de mes dénégations (je crois que dans l’absolu et dès lors c’est bien de la diffamation) […] ». Le 5 juin 2015, Stéphane Coillet-Matillon, aka Popo le chien, crée au moins un nouveau faux-nez : Leo Fischer qui ne sera renommé Pplc que le 30 mars 2016 … lorsque l’affaire Racosch sera en passe d’être révélée aux wikipédiens lambda.

Nicolas Ray, du temps où il avait encore la foi, brandissant son arme d'administrateur lors d'une cabale romande (1er déc. 2007) CC-BY-SA-3.0 Auteur: Oblic.

Nicolas Ray, du temps où il avait encore la foi, brandissant son arme d’administrateur lors d’une cabale romande (1er déc. 2007) CC-BY-SA-3.0 Auteur: Oblic.

Nicolas Ray aka Manoillon est d’origine genevoise et fait partie d’une profession qui a littéralement pris le contrôle de Wikipedia : les informaticiens. Son parcours professionnel croise celui de Stéphane Coillet-Matillon : après deux années dans une boîte d’informatique, il travaille de juillet 1998 à mars 2014 pour le cigarettier Philip Morris. Sous l’étiquette Vert’libéraux, il est élu au Conseil communal d’Arzier-Le Muids en 2011 (il est d’ailleurs l’auteur principal de la fiche de cette commune) et n’hésite pas à aller troller les pages des concurrents alors qu’il dénonce les manipulations des fiches wikipédiennes des politiciens suisses dans la presse le 10 juin 2015 (après avoir déploré en 2007 qu’elles étaient le point faible de Wikipedia).

Sa carrière wikipédienne commence le 10 janvier 2005 sous le « pseudo » Nicolas Ray avec lequel il est coopté administrateur le 12 avril 2006. Il obtient ensuite un renommage transitoire en Nicoray (qu’il ne faut pas confondre avec l’ancien administrateur Nicolas Raymond). C’est à cette époque qu’il semble mettre déjà le doigt dans le pot de confiture avec par exemple sa protection des contributions rémunérées pour le groupe suisse Migros. Un dialogue avec un employé de ce groupe ne laisse aucun doute :

Bravo pour ton travail sur Migros, j’ai l’impression qu’on va faire quelque chose de bien avec cet article ! Autre chose, si jamais on fait un journée rencontre WP-Romandie le 22 septembre et tu es bien entendu le bienvenu si cela t’intéresse. Nicolas Ray 3 septembre 2007 à 11:39 (CEST)

Oh, merci de m’avoir indiqué cette rencontre, mais malheureusement, comme tu le sais désormais, je bosse pour Migros, et qui dit cette grande boîte, dit bosser le samedi. D’autant plus que c’est inventaire le 22 septembre. Merci quand-même ! Kestral 3 septembre 2007 à 11:45 (CEST)

Uh uh… en farfouillant les métas pages, je viens d’apprendre qu’il faut demander à un admin pour renommer une page ! (se rappelle avoir renommé Migros => Fédération des Coopératives Migros sans rien demander à personne…) Kestral 3 septembre 2007 à 12:31 (CEST)

Normalement tu peux renommer tout seul… A part si la page cible existe déjà… Dommage pour le 22. Tu ne peux même pas venir manger la fondue le soir avec nous ? Nicolas Ray 3 septembre 2007 à 12:54 (CEST)

Faut que je regarde si mon amie bosse ce soir là, si oui, pourquoi pas, mais inventaire + déplacement Lôzanne à Genf, ça risque de faire tard… Pour le moment je me suis mis comme pas possible cette fois sur WP-Romandie, je modifierai si les circonstances me le permettent.Kestral 3 septembre 2007 à 13:05 (CEST)

Les associés de Racosch reviendront régulièrement sur les pages consacrées au Groupe Migros.

Nicolas Ray met les voiles le 10 janvier 2008 et abandonne ses privilèges d’administrateur après une énième altercation avec un nouveau et un coup d’éclat chez les wikipompiers en laissant ce message :

Les raisons de ce départ ? Un gros, très gros, trop gros raz-le-bol. Raz-le-bol de ce [sic] tous ces frustrés prèts [sic] à tout pour obtenir ici la reconnaissance qu’ils sont incapables d’obtenir dans la vraie vie. […] surtout raz-le-bol de tous ces pédants imbéciles, connus ou inconnus, enregistrés ou anonymes, qui savent mieux que quiconque ce qui est juste ou faux, bien ou mal, ce que vous devez faire ou pas, ce que vous auriez du faire ou pas et tellement, tellement prompts à vous le faire savoir.

Aucun risque que je me mette soudainement à critiquer et descendre Wikipédia en flammes : je crois en ce projet, je suis absolument persuadé qu’un long et glorieux futur lui est promis. L’idée est bonne, les bases sont bonnes, les gens vont et viennent. […]

Bigre ! Quelle rancœur accumulée à l’encontre du jeu Wikipédia et de ses joueurs ! Son absence dure … deux semaines. Il revient en catimini le 25 janvier 2008 sous le pseudo Manoillon et se fait parrainer par son vieux complice Ludovic Péron (Ludo29) qui n’ignore rien du passé de ce « péon ». Il va même jusqu’à récupérer temporairement ses outils d’administrateur de mai à octobre 2011 grâce à l’appui de … Popo le chien, son associé en affaire !

Membre de Wikimedia Suisse, il réussi à faire embaucher son épouse Sabine Ray comme « Administrative Assistant » (de septembre à décembre 2014 0,2 FTE), puis « Administrative Manager » (0,7 puis 0,5 FTE depuis janvier 2015). C’est d’ailleurs sa seule expérience professionnelle. On est en plein dans le népotisme. Merci les gentils donateurs!

Frédéric Schütz, membre fondateur de Wikimedia Suisse en novembre 2012. CC BY-SA 3.0 Ludovic Péron aka Ludo29.

Frédéric Schütz, membre fondateur de Wikimedia Suisse en novembre 2012. CC BY-SA 3.0 Ludovic Péron aka Ludo29.

Frédéric Schütz aka Schutz a étudié la biologie, les mathématiques et surtout l’informatique ; il est maître d’enseignement et de recherche au Centre Intégratif de Génomique (Faculté de biologie et de médecine) de l’Université de Lausanne et statisticien à l’Institut Suisse de Bioinformatique. Oh ironie, il critique le lobby cigarettier qui a longtemps employé ses potes …

Il débute sur Wikipedia en anglais le 3 mars 2004 et sur la version française le 18 décembre 2004. Il n’est pas un grand contributeur mais il est coopté administrateur sur Wikipedia en anglais le 15 août 2007. Son activité chute sur les deux projets en 2010 et il n’y compte que 500 éditions depuis 2012.

À Wikimedia Suisse, il est membre fondateur en mai 2006. Porte-parole francophone à partir du 30 juin 2011 puis vice-président de l’association à partir de septembre 2013, il en devient le secrétaire à l’assemblée générale de 2014 et est réélu le 2 avril 2016, malgré les révélations sur Racosch, avec une marge confortable. Sur une vidéo de 2011, il n’hésite pas à appeler aux dons : « Wikipédia restera gratuite et sans publicité », mais pas sans publireportages payants …

Le 21 août 2015, Frédéric Schütz utilise une vieille ficelle que tous les wikipédiens connaissent : il crée en douce au moins un faux-nez (Wicodric) qu’il laisse dormant jusqu’au 11 février 2016, date à laquelle il l’utilise pour des contributions rémunérées.

La bande Racosch compte au moins un autre membre en appui freelance : Imogen Hitchcock. Son parcours professionnel croise celui de Stéphane Coillet-Matillon et Nicolas Ray chez le cigarettier Philip Morris où elle travaille de septembre 2007 à mars 2015 au département des relations publiques. En juillet 2015, elle crée Beaumont, une société de consultance basée à Lausanne. Racosch écrit dans sa page de témoignage : « Working with Imogen is a real pleasure – she’s sharp, quickly understands the issues and works fast. I was particularly impressed at how hard she tries to understand her clients’ mindset and identify their specific needs. » Comme c’est joliment dit …

$ $ $ $

Nous avons donc trois vétérans qui sont, à un moment ou un autre, arrivés à un point de rupture et de désillusion sur « le plus grand projet de l’humanité ». Il maîtrisent les subtils rouages de la machine infernale, ont disposé des outils de contrôle principaux, tant au niveau éditorial qu’au niveau financier. Ils connaissent parfaitement les principes fondateurs, les us et coutumes de Wikipédia.

Et ils sont sans morale.

Après tout, faire la promo de la cigarette ou des publireportages pseudo-encyclopédiques … quelle différence ?

 

Marketing

Pour développer une nouvelle entreprise telle que Racosch il faut avant tout la faire connaître et cela de manière ciblée. En mai 2015, les trois associés créent leur site web racos.ch (ils sont également propriétaires de racosch.com). Les évènements organisés par Wikimedia Suisse sont un excellent moyen d’attirer du monde et de placer en douce un petit mot sur Racosch et les façons « d’améliorer » une fiche WP. Cela ne suffit pas bien entendu ; il faut aussi atteindre les professionnels de la com’.

Le 16 avril 2015, Stéphane et Frédéric présentent au SwissMarketing Vaud un atelier intitulé Comment faire bon ménage entre Wikipédia et Marketing? : « Lors de cet atelier, nous examinerons les coulisses du site web […]. Vous repartirez avec des bonnes pratiques pour vous permettre de remplir en toute quiétude des informations qui ont de la valeur pour le public. » Et surtout vous repartirez avec la carte de visite de Racosch en poche 😀

Le 14 mai 2015 Stéphane anime une conférence ironiquement intitulée Comment faire la paix sur Wikipédia ?: « Comment se décide l’avenir d’un article controversé? Qui fait la médiation dans les conflits et veille sur les principes de neutralité de l’encyclopédie? Quelles sont les méthodes de rédaction et d’évaluation des contenus des articles? »

Le 9 septembre 2015, Stéphane Schütz et Nicolas Ray participent au Net-Academy Camp 2015 à Nyon (le district électoral de N. Ray), « une journée complète d’immersion dans le web social contemporain ». Ils y présentent la façon intelligente de « mettre en valeur une entreprise ou un produit ». Edith Page, la co-fondatrice et directrice de cet institut de formation en communication digitale et réseaux sociaux a égelemtnfondé In-fuseon, une agence de communication spécialisée dans les Cleantechs. Elle signe quelques semaines plus tard la chronique Réussir la page Wikipedia de son entreprise dans une revue suisse spécialisée dans la communication : « Bénéficier d’une page Wikipedia sur son entreprise fait partie d’une des techniques de communication digitale incontestées pour augmenter son référencement naturel et être indexé systématiquement en première page du tout puissant Google Search, ainsi que dans le moteur de recherche de Facebook. » Elle conclut : « En bref, réussir votre page d’entreprise sur Wikipedia ne relève pas du hasard. Vous avez trois solutions : vous vous attelez à la tâche en utilisant l’espace Aide proposé par Wikipedia (7), vous vous formez chez des professionnels ou vous faites appel à des experts » … en mentionnant Racosch bien entendu.

Frédéric Schütz (Racosh) et Stéphane Coillet-Matillon (Racosh) à l'Hôtel de la Paix, Lausanne 25 nov. 2015 ©Facebook

Frédéric Schütz et Stéphane Coillet-Matillon en représentation pour Racosh à l’Hôtel de la Paix, Lausanne 25 nov. 2015 ©Facebook

Le 26 novembre 2015, les représentants de Racosch participent à un séminaire sur la communication de crise organisé par la Société Romande de Relations Publiques (SRRP) à l’Hôtel de la Paix à Lausanne. Ils y retrouvent entre autres Karin Devalte (Romande Energie) avec qui ils sont en relation d’affaire, comme le confesse bien tard Nicolas Ray sur une sous-page de sa PU, depuis le 15 décembre 2014.

 

Le 30 mars 2016 à San Francisco, Sétphane Coillet-Matillon présente Kiwix lors d’une conférence intitulée Breaking Barriers: New Frontiers of Connectivity and Access. Qui paye le voyage ? Pas Racosch … Il est accompagné d’Adele Vrana, Interim VP of Partnerships de la Wikimedia Foundation qui organise l’événement.

Le 16 juin 2016, les associés de Racosch reviennent à la Société Romande de Relations Publiques pour une conférence marketing : « Venez découvrir quelques aspects de cette encyclopédie et comprendre à l’aide d’exemples concrets, comment le monde de l’entreprise et des relations publiques peut utiliser et profiter de cette visibilité inégalée lors de ce workshop suivi d’un cocktail dînatoire pendant lequel vous aurez la possibilité d’échanger [vos cartes de visite] avec des spécialistes du domaine [càd. Racosch]. »

Confidences et recrutement

Le 1er juin 2015, Stéphane Coillet-Matillon et Frédéric Schütz annoncent au CA de WMCH la création avec un troisième associé d’une société de relation publique sans mentionner le nom Racosch ni le fait qu’elle édite Wikipédia. Il semble que certains aient été dans la confidence quant aux tenants et aboutissants de cette « société de relation publique », mais pas tous comme le clame Gabriel Thullen, un autre membre du CA de l’époque. La directive sur les conflits d’intérêt de Wikimedia Suisse dit pourtant ceci: « Puisque les conflits d’intérêts ne peuvent être évités […] » (ndlr: avec un postulat de départ pareil, c’est déjà mal parti) […] « Quiconque a un conflit d’intérêt permanent ne devrait pas être membre du Conseil d’administration ou du Management exécutif. » Là c’est très clair: quand on dirige une société de relations publiques qui édite Wikipédia contre rémunération, on ne peut pas diriger Wikimedia Suisse. Les personnes concernées doivent en avertir le président (Patrick Kenel) ou le vice-président (Frédéric Schütz). On ne sait pas si le président fut mis dans la confidence; quant au vice-président ou le directeur exécutif  faisant fonction, ils étaient précisément les associés de Racosch. Bien entendu, cette pseudo-annonce reste sans conséquences mais servira plus tard à faire croire à de la transparence.

Le 15 août 2015 se tient une rencontre Festicabales à Genève à laquelle participent, entres autres, des administreurs tels que Moumou82 (Mourad Ben Abdallah, ancien président de Wikimedia Suisse), Pymous (Pierre-Yves Mével), Vigneron (Nicolas Belett Vigneron), Kelson (Emmanuel Engelhart), Floflo (Florian Pépellin) ; des ancien administrateurs tels Yann (Yann Forget), Popo le Chien (Stéphane Coillet-Matillon), Agamitsudo (Benoît Prieur, alors membre du CA de WMF); et des péonnes telles que Nattes à chat (Natacha Rault) ou LaMèreVeille (Marie-Pierre Vidonne) du projet biographie des femmes en Suisse qui bénéficie de l’aide financière de Wikimedia.

Entre « vieux d’la vieille » on se lâche et on se laisse aller aux confidences qu’on ne se permettrait pas sans une solide complicité forgée dans les anciennes batailles wikipédiennes. Les dirigeants de Racosch parlent donc de leur société avec certains comparses fiables comme Vigneron ou Ludo29 (Ludovic Péron), mais pas avec tous. Ainsi Natacha Rault et Marie-Pierre Vidonne, qui ont rejoint Wikipedia depuis peu, sont trop jeunes pour être totalement corrompues ; leur fidélité à la mafia n’ayant pas encore pu être éprouvée, elles sont tenues dans l’ignorance.

Quel est donc le but de cette révélation publique ? Un soudain accès d’honnêteté ? Une manœuvre de recrutement en fait. Les associés de Racosch savent, depuis le temps qu’ils y jouent, que le sort d’une fiche Wikipédia dépend avant tout du bon vouloir de la bande qui s’y intéresse. Les principes fondateurs et les règles ne valent que pour ceux qui y croient. Tout y est fonction de rapports de force entre joueurs assidus. Il faut donc se constituer une bande pour résister efficacement et discrètement aux attaques sans devoir mobiliser une armée de faux-nez, cible trop facile d’une vérification d’IP.

Le fil d’Ariane ou la wikitraque

Nattes à chat (Natacha Rault) et LaMèreVeille (Marie-Pierre Vidonne) préparent un atelier d’écriture sur des femmes suisses notables. Ce projet est bien accueilli à Wikimedia France mais provoque des réticences côté suisse où l’on craint une féminisation de Wikipédia. Alors que l’atelier a débuté, les tout nouveaux péons commencent à recevoir de nombreuses remarques négatives de la part d’un « wikipédien suisse très actif » … Nicolas Ray, aka Manoillon !

Comme tout wikipédien, même débutant, Natacha et Marie-Pierre se mettent en wikitraque, tombent sur Racosch et réalisent que les deux autres associés sont également membre du conseil d’administration de Wikimedia Suisse qu’elles viennent de rejoindre ! Alors qu’elles leur demandent comment ils font pour séparer leurs contributions bénévoles et celles rétribuées, elles se voient répondre qu’ils changent de casquette selon la personne à qui ils parlent. À moins d’être d’authentiques bipolaires, tout cela pue le conflit d’intérêt …

Lente sortie du bois, poussés dans le dos

Le 26 février 2016, Natacha Rault discute du problème Racosch avec Jules Xénard, aka l’administrateur et masqueur de modifications Jules78120, alors employé par Wikimedia France et promoteur du WikiMOOC (il faut voir sa vidéo amidonnée sur DailyMotion). « C’était la première fois que j’entendais parler de Wikipédiens expérimentés faisant des contributions rémunérées, j’ai donc fait des recherches sur Wikipédia à partir de leur pseudo » écrira plus tard Jules … Faut-il vraiment croire à cette naïve ignorance ? Toujours est-il que, en wikipédien expérimenté, sa wikitraque va bon train et les publireportages sont rapidement débusqués : les montres Mido (groupe Swatch), le groupe banquaire Pictet, Debiopharm et les faux-nez associés.

Jules contacte alors son collègue administrateur Kimdime, « un des Wikipédiens en qui j’ai confiance, pour avoir son avis sur la question. Il m’a conseillé très justement de contacter les intéressés dans un premier temps, afin d’essayer de régler la chose avec discrétion. » Entre les lignes on comprend que Jules ne fait pas confiance à tous les wikipédiens et qu’il préfère laver le linge sale à l’abri des regards. Dans ces conditions, les échanges d’e-mail les 29 février, 2 et 12 mars n’aboutissent naturellement à rien.

Affluence record à l'assemblée générale de Wikimedia Suisse. À gauche, on distingue Iolanda Pensa, Mourad Ben Abdallah, Ilario Valdelli et Micha Reiser. CC-BY-SA-4.0 Mauro Cassina (aka cassinam)

Affluence record à l’assemblée générale de Wikimedia Suisse (en général une trentaine de personnes). À gauche, on distingue Iolanda Pensa, Mourad Ben Abdallah, Ilario Valdelli et Micha Reiser. CC-BY-SA-4.0 Mauro Cassina.

Entretemps, Wikimedia Suisse est en assemblée générale le 2 avril 2016. Natacha Rault, Marie-Pierre Vidonne et Gabriel Thullen (le membre du CA tenu dans l’ignorance lors de la réunion du 1er juin 2015) sont présents et ont bien l’intention de discuter du problème Racosch.

Gabriel, qui avait à plusieurs reprises soulevé le problème des contributions rémunérées lors des élections fédérales suisses de 2015 et proposé une investigation dans les Wikipedia en allemand, français et italien, comprenait à présent pourquoi ses propositions étaient restées lettre morte : deux membres du CA était déjà impliqués dans des contributions rémunérées. « La réticence du conseil d’administration suisse à aborder le problème des contributions rémunérées n’est que l’indicateur d’un problème plus profond au sein du chapitre. Le manque de transparence, la confusion des rôles et les conflits d’intérêt ont tous contribué à déplacer le centre des activités du chapitre loin de sa mission première qui devrait être le soutient des éditeurs bénévoles locaux. Si les éditeurs commencent à être payés au lieu faire du bénévolat, cela n’affectera-t-il pas la manière dont le travail bénévole est perçu ? Cette attitude va directement à l’encontre des valeurs et la culture de Wikipedia. »

Frédéric Schütz et Stéphane Coillet-Matillon lors de l'assemblée générale de Wikimedia Suisse, 2 avril 2016. CC-BY-SA-4.0 Mauro Cassina (aka cassinam)

Frédéric Schütz et Stéphane Coillet-Matillon ravis lors de l’assemblée générale de Wikimedia Suisse, 2 avril 2016. CC-BY-SA-4.0 Mauro Cassina (aka cassinam)

L’assemblée générale de WMCH se passe dans de mauvaises conditions. Commençant relativement tard, les discussions s’attardent sur des problèmes de vote avec plus de votes que de participants … Par ailleurs, afin de ne léser personne parmi les italophones, germanophones et francophones, les débats de WMCH se tiennent en anglais … et on n’est pas sûr que tout le monde suive dans cette langue. Lorsque le problème des contributions rémunérées arrive enfin sur le tapis, Stéphane Coillet-Matillon et Frédéric Schütz (Nicolas Ray est absent : c’est son anniversaire) jouent profil bas et minimisent systématiquement leurs contributions rémunérées.

Les frondeurs font face à des wikimédiens crédules qui font bloc autour de ceux en qui ils avaient placé leur confiance. Les estomacs criant famine, les sujets délicats sont escamotés et tout le monde s’en va engouffrer une pizza en plein milieu de l’après-midi. La prochaine fois, WMCH ferait mieux de commander des sandwiches et de mener les débats jusqu’au bout …

Lunch des membres de Wikimedia Suisse après l'AG du 2 avril 2016. Les frondeurs Natacha Rault (aka Nattes à chat), Marie-Pierre Vidonne (aka LaMèreVeille) et Gabriel Thullen (aka GastelEtzwane) font la moue. CC BY-SA 4.0 Auteur: Muriel Staub (aka MurielDamiana)

Lunch des membres de Wikimedia Suisse après l’AG du 2 avril 2016. Les frondeurs Natacha Rault (aka Nattes à chat), Marie-Pierre Vidonne (aka LaMèreVeille) et Gabriel Thullen (aka GastelEtzwane) font la moue. CC BY-SA 4.0 Auteur: Muriel Staub (aka MurielDamiana). NB: le noir et blanc est de l’auteur de la photo.

Suite à ce cuisant échec, les frondeurs n’ont pas d’autre choix que le déballage public. Le soldat Jules s’en charge en mettant les pieds au bistro le 6 avril 2016, sans révéler de nom bien entendu. Ça c’est réservé aux initiés de la clique IRC.

Méthode Racosch

Dans le merveilleux monde de Wikipedia, plein de wikilove, dans « le plus grand projet de l’humanité », on sait comme s’y prendre pour … faire cracher au bassinet !

La méthode de travail prend simplement exemple sur la mafia. Menacer puis extorquer une « protection ». Ainsi fut-il fait pour la fiche consacrée à l’horloger Mido et originellement créée par un compte à objet unique. Dans un premier temps, Nicolas Ray (Manoillon) barde la fiche de {{refnec}} en décembre 2015 et indique en commentaire de modification : « Neutralisation – mise en forme – admissibilité très douteuse ». Chris a liege propose mécaniquement l’article à la suppression le 9 décembre : l’un des associé vote la suppression, l’autre la conservation. Racosch prend ensuite contact avec Mido et l’avertit du « danger » tout en lui proposant une « protection ». Leo Fischer/Pplc « améliore » ensuite l’article et Manoillon change son vote en neutre … L’article est conservé par Leo Fischer/Pplc, tout propret : Mido a payé.

Pour le publireportage sur Debiopharm, les joueurs sont plus nombreux. Dans l’historique de la fiche, on retrouve Manoillon et Wicodric mais aussi Emoso, compte à objet unique depuis août 2011, et Ibeldan,  compte rétribué pour la création de la fiche Jorge Cañete et intervenant de manière très sporadique, à la manière d’un faux-nez ou d’un homme de paille. Ensemble, ils sont responsables de plus de 91% du texte sur Debiopharm.

©Migros/Racosch avec la participation désintéressée de fr.wikipédia.org.

©Migros/Racosch avec la participation désintéressée de fr.wikipédia.org.

À ce jour, les associés de Racosch ont officiellement admis les publireportages suivants :

  • Romande Energie, depuis le 15 décembre 2014
  • Groupe Pictet & NPOV depuis le 18 juillet 2015
  • Mido (montres) & PàS en décembre 2015
  • Groupe Mirabaud, depuis décembre 2015
  • Debiopharm (& PàS) depuis le 13 janvier 2016
  • Fécondation in vivo assistée (depuis le 22 février 2016) pour le compte de In Vivo Clinic
  • Fondation Leenaards, depuis le 11 avril 2016
  • Infomaniak, depuis mai 2016
  • Association des banquiers privés suisses, mai 2016

On ne va pas ici détailler les péripéties de chaque article sur Wikipedia en français ou en anglais … On soulignera simplement que ces déclarations interviennent de manière extrêmement tardive et uniquement suite à la dénonciation de deux péonnes alors qu’au moins 7 (ex-) administrateurs, dont certains sont également membres des conseils d’administration de Wikimedia France et Suisse, sont au courant depuis le 15 août 2015. Ceci démontre encore une fois la dérive marchande des wikipédiens et wikimédiens, le manque total d’éthique et d’honnêteté intellectuelle, la pratique sans aucune honte du double jeu qui consiste à pourchasser les péons pour manque de sources, de neutralité ou faux-nez alors qu’ils recourent exactement aux mêmes méthodes.

Des conséquences ?

Faut pas rêver : on est sur Wikipédia, un village sicilien où tous les habitants savent qui fait quoi et pratiquent l’omertà. Les pratiques mafieuses y sont vues comme inévitables et sont de facto acceptées avec résignation.

Bien entendu: pas de requête officielle de vérification d’IP pour les comptes concernés.

Les wikipédiens vont tout de même organiser un micro-trottoir, histoire de prétendre que la communauté fait quelque chose. Résultat:

  • Est ce que les conditions d’applications sont suffisantes ? NON
  • Possibilité d’être admin, de s’exprimer dans les décisions communautaires (PaS…) NON
  • Quelles attitudes adopter en cas de contributions rémunérés sur un article ?
    1. Message « contributions rémunérés » sur la PDD du contributeur pour qu’il s’identifie (censé être obligatoire actuellement) OUI
    2. Bandeaux en haut des articles modifiés NON
    3. Catégorie cachée pour faciliter la maintenance [[Catégorie:Article sous contribution rémunérée]] NON
    4. Création de comptes dédiés (par exemple Monpseudo$, Monpseudo€ ou autre) OUI
    5. Blocage indéfini des contributeurs payés NON
    6. Obligation d’indiquer en pdd d’article que l’on a fait des modifications dans le cadre d’un travail rémunéré OUI
    7. Interdiction à un compte rémunéré de modifier un article pour lequel il a été payé (ou limitation du droit) OUI
    8. Pas de solution formelle 9 COMMENTAIRES

Le plus problématique dans ce « sondage » est le refus des wikipédiens de voir les articles concernés tagués d’une mention « publireportage » comme cela se fait dans la presse papier. Il semble que l’on s’oriente vers une relégation de ces informations sur les pages dont le lecteur lambda ne soupçonne même pas l’existence.

Épilogue

Merci à toi le péon qui passe des dizaines d’heures à apporter gratuitement du contenu picoré sur le net ou (beaucoup plus rarement) dans les bibliothèques. Ton travail bénévole et désintéressé n’est pas perdu pour tout le monde. Les administrateurs qui te censurent à longueur d’année et les wikimédiens qui collectent les fonds puis se servent dans la caisse, veillent à transformer ton travail en profit pour eux.

Wikipedia n’est plus qu’un emballage pour publireportages.

Post-scriptum 2017 : un an plus tard

La page de discussion de Popo le Chien a été nettoyée avec la complicité de Trizek/Benoît Évellin (salarié de la WMF) mais on retrouvent les archives ici … malgré la volonté claire de S. Coillet-Matillon de ne pas avoir de redirection comme il est d’usage. Le journal des blocages de Popo le Chien et de PPLC restent vierges.

La page de discussion de Manoillon a été archivée. Le journal des blocages de Manoillon est toujours vierge.

La page de discussion de Schutz ne contient rien à propos de Racosch. Son journal des blocage reste vierge aussi bien en Français qu’en anglais, de même que pour son faux-nez. Frédéric Schütz est toujours membre du conseil d’administration de Wikimedia CH.

Racosch va bien et continue à éditer Wikipedia, probablement avec des faux-nez inconnus à ce jour ou des hommes de paille. Il couvrent à présent le marché germanophone grâce à l’aide de leur complice Sucomo Consulting.

Après ces révélations, Wikimedia CH a tenu un premier atelier sur la gouvernance le 22 juin 2016; un deuxième a eu lieu le 14 juillet 2016 avec la « participation » d’un « expert ». Le compte-rendu contient des platitudes affligeantes mais le diamant est cette déclaration:

« Avoir un conflit d’intérêt n’est pas un problème. »

C.Q.F.D.

Advertisements
Cet article a été publié dans éditions rémunérées, conflit d'intérêt, Panier de crabes, Wikimafia, Wikimedia. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

25 commentaires pour Swiss Papers: un scandale de plus sur Wikipédia

  1. fermat2026 dit :

    J’y reviens quand même. Moi j’ai « passé l’âge » (je l’avais complètement cerné, maintenant c’est OK pour moi) de m’intéresser à ce « Lebob », mais 2 ou 3 choses à noter parmi tant d’autres : en Suisse il écrivait à partir de 2 IP différentes. Pour ceux qui ne le connaîtraient pas assez, une des choses les + intéressantes chez lui, ce sont ses commentaires acerbes et moqueurs dans les diffs des historiques. Son gros truc, sa marque de fabrique c’est la PROVOCATION. Pareil dans certaines discussions. Parfois aussi il cache son jeu, mais parfois aussi il ne parvient pas à éviter de se trahir. Il y a quelque chose dans sa tête… (Freud, vous connaissez ?……). Tout est dit. Même si plus on parlera de lui, et mieux ce sera ! 😉
    Claude Mariotti/lucabuster

  2. fermat2026 dit :

    @Nicolas. Ah ? « Lebob » a une adresse IP en France maintenant ? Je sais qu’à une époque, et pendant très longtemps, je localisais son IP en Suisse. Et oui, c’est vrai qu’il est malin comme un singe. Sa ruse suprême est de vouloir à tout prix rester simple péon : 1) il a le soutien de tous les admins maffieux, 2) son pseudo ne peut pas être cité en tant qu’admin bannisseur mafieux, 3) enfin, son travail de sape « souterrain » (bien que très visible) est bien plus efficace que celui des admins mafieux. Bref
    Bonne soirée,
    Luca

  3. Nicolas dit :

    @Lucabuster 🙂
    Merci pour vos encouragements.

    En ce qui concerne « Lebob et al », son adresse IP est clairement localisée en Île de France (je n’en dirai pas plus). Et comme je trouve les jeux de rôle agaçants, j’ai mis à jour l’introduction de Pierrot le fou critique Wikibuster pour démontrer sa duplicité.

  4. fermat2026 dit :

    @Nicolas. Ca paraît incroyable, pourtant je sais depuis longtemps qu’il faut s’attendre à tout de la part de Wikimedia et Wikipedia. On pourrait se demander pourquoi les gens acceptent avec autant de complaisance (avec une certaine jouissance même, parfois) toute cette immoralité. En fait c’est assez simple à comprendre, prenons par exemple ce joyau de Wikimedia CH : « Avoir un conflit d’intérêt n’est pas un problème », suivi de cette justification : « les membres du conseil qui ne le font jamais ne sont pas utiles (car cela signifie qu’ils n’ont aucune activité proche des sujets qui nous intéressent). » Cette justification trahit le « seule la victoire compte, peu importe les moyens employés ».
    Le type qui a l’impudence de dire cela laisse une impression de sincérité, de virginité presque, de sûreté en lui et de puissance surtout, de pouvoir (pouvoir tout faire impunément), bref d’invulnérabilité. Or à notre époque les gens, même si par exemple dans le domaine politique, la plupart sont dégoûtés et n’y croient plus (pas moi, hein !), aiment regarder des combats qui nous rappellent les combats de coqs où le « coq » qui terrasse l’autre, le plus fort donc, beaucoup de ces gens, désemparés, vont lui confiance pour mener le combat, en oubliant au passage toute moralité puisque ce qu’ils veulent, à tout prix, c’est la GLOIRE. Le désir de gloire, c’est aussi le moteur de Wikipédia – et c’est une raison importante de l’addiction des moutons wikipédiens à leur site.
    L’autre jour j’entendais un analyste politique qui répondait à cette même question : « Selon vous pourquoi les gens acceptent-ils avec autant de complaisance cette immoralité ? » Je n’ai plus les mots exacts mais le sens était ce que j’ai écrit plus haut.
    Pour revenir à Wikimedia CH, j’ai remarqué depuis longtemps que de nombreux wikipédiens aimaient bien faire leurs magouilles en Suisse. Et le célèbre « Lebob » qui vit en Suisse… Rigolo non ? Nicolas, je ne sais plus si je l’ai déjà fait, je te félicite pour la pertinence de tes analyses, pour le travail incomparable que tu nous livres, Bravo ! 🙂 Continue s’il te plaît, on adore !

  5. Nicolas dit :

    @Lucabuster 🙂

    J’ai ajouté un post-scriptum à l’article. Le plus ahurissant est qu’aucune sanction n’a été prise depuis un an. Racosch & co. font profil bas avec leurs comptes utilisateur connus de tous mais rien ne garanti qu’ils n’ont pas des dizaines de faux-nez à leur disposition. Dès lors nous ne pouvons émettre que deux hypothèses: soit les wikim/pédiens suisses et français sont d’une naïveté désarmante face à un Stéphane Coillet-Matillon que j’imagine très doué en enfumage, soit ils sont d’une façon ou d’une autre complices. Pas de théorie du grand complot ici; seulement un estompement de la norme jusqu’à la « génération spontanée d’une mafia » (Wikibuster) qui parvient encore à se dissimuler derrière un voile d’utopie « humaniste ».

    On voit surgir un peu partout dans le monde des lanceurs d’alerte (Wikileaks, Luxleaks, Swissleaks, Panama Papers, etc.) et des citoyens qui sont de moins en moins enclins à tolérer les écarts de ceux qui se croient au-dessus de la morale ou des lois. Ici nous dénonçons avec des moyens extrêmement limités la dérive croissante du mouvement wikipédien. Oui, tout se paie un jour ou l’autre. La seule question est celle du temps qui reste avant l’éclatement de la bulle Wikipedia. Tant que l’argent coule à flots (295 millions $ cumulés jusqu’à présent), il n’y a pas de raison que ça s’arrête.

  6. fermat2026 dit :

    Il est adorable le chien qui fait Popo devant tout le monde, il a réalisé son rêve ultime, enfin voir de ses yeux propres (pardon, de ses propres yeux) Son Altesse Sérénissime Jim le pornographe, et il exulte : « Le voir était le plus beau jour de ma vie, plus jamais je me laverai les yeux. » Je ne commente pas, désolé 😉

    A propos de cette grosse magouille dévoilée sur les contributeurs rémunérés, j’y vois un bon côté (suis un éternel optimiste), on voit qu’ils ont pris la grosse tête, aucune vergogne > ils dérapent de plus en plus > le panier de crabes ressemble de plus en plus à un élevage de crocodiles.
    Tout se paie un jour ou l’autre, très chers pseudos escrocs. Méditez si vous pouvez – vous ne pouvez pas ? Normal. Et le lendemain les moutons étaient toujours vivants – purée ! mais c’est la « Ferme aux animaux » encore une fois !! Quoique là elle est mutante avec ces crocos
    Lucabuster

  7. Ping : Les journalistes du Monde interdits de jouer à Wikipédia | Wikibuster : Les dessous de Wikipédia

  8. Ping : Pourquoi Wikipédia ne fonctionne pas | Wikibuster : Les dessous de Wikipédia

  9. Nicolas dit :

    En effet. Et cette tolérance ne peut s’expliquer que par la complicité. Pour les non-initiés, on rappellera que Schlum = un Pierrot = ℳcLush = MacBidouille et de nombreux faux-nez non-déclarés comme tout wikipédien avec un peu de bouteille. Quand on regarde les stats de l’article Hirslanden, on voit le compte monomaniaque Von Hagenn en 3e position et surtout Manoillon=Nicolas Ray=Racos.ch compte à visée ouvertement commerciale qui bénéficie de la bienveillance de la clique Wikipédia/Wikimédia. Bien sûr que c’est un publireportage mais il est approuvé par la clique.

  10. Deuxtroy dit :

    Wikipédia est de plus en plus tolérante avec les contributeurs rémunérés. Quand « Camille Soleroz, mariée, deux enfants » , devient subitement Romain,salarié du groupe Hirslanden et se fait prendre la main dans le sac pour bourrage d’urne lors de la procédure de suppression de deux des cliniques du groupe, que croyez-vous qu’il arriva ? Aucun blocage pour faux-nez, aucune mention sur la page de Camille Soleroz. Juste une intervention de Schlum, qui déplace les deux avis en demandant assez gentiment au double-je de <a href=" bien vouloir choisir lequel des deux avis il souhaite conserver. Ça fait peur, hein? Et donc, logiquement,  » rajouter d’un avis sur deux suite à la demande ℳcLush » !.
    Maman, ils sont vraiment trop méchants sur Wikipédia avec les contributeurs rémunérés. Enfin, il vaut mieux, quand on apprend hier qu’Anthere (ancienne présidente de la Wikimedia Fondation) s’est faite payer pour conseiller un salarié de Michel Ducros, en vue non seulement d’améliorer l’image du sus-dit, d’une de ses sociétés, Monaco Marinemais également pour enfoncer son prédécesseur à la tête du groupe Fauchon et peaufiner l’article correspondant.

    Sammyday semblait ne pas y croire, et se moquait de la victime (qu’il a abondamment reverté quand elle intervenait sur les articles) doutant qu’Anthère ait pu jouer les VRP pour Fauchon. Démenti de Jules 78120, qui a filé le diff qui va bien !

    Il faudrait faire une analyse intégrale des textes (on fait comment pour devenir auteur d’articles à part entière ?) mais disons-le tout de suite : non, Michel Ducros n’a par exemple pas fondé Monaco Marine en 1995, ils’est contenté de racheter en 2000 une société qu’il a renommé et dont il a étendu l’activité en rachetant d’autres entreprises. Et non, le chiffre d’affaires de la société Fauchon, n’est pas de 180 millions d’euros. Etc.

  11. Ping : Les vrais échos d’en bas – Saison 15, épisode 26 | Wikibuster : Les dessous de Wikipédia

  12. Ping : Payés pour contribuer à Wikipédia | Wikibuster : Les dessous de Wikipédia

  13. Ping : Les vrais échos d’en bas – Saison 15, épisode 23 | Wikibuster : Les dessous de Wikipédia

  14. Ping : L’auto-promotion sur Wikipédia. 1 La famille | Wikibuster : Les dessous de Wikipédia

  15. Nicolas dit :

    Bonjour Mr Thullen,

    J’espère que Celette vous remerciera. Mais je pense que cette fiche comme la plupart de celles qu’elle (admettons que ce soit une femme un instant) écrit/traduit ne lui importe absolument pas et ne servent qu’à faire tourner le compteur d’édition pour faire croire qu’elle « contribue à l’édification d’une encyclopédie ». Son travail essentiel sur fr.wikipedia.org est le POV-pushing politique, rien d’autre.

    C’est drôle de voir un utilisateur « Privatklinikgruppe Hirslanden » pourvoir modifier ses propres fiches alors qu’un écrivain comme Philip Roth ne le peut pas

    Mit freundlichen Grüßen, Nicolas

  16. gabe1290 dit :

    Bonjour,
    Suite à ton message, j’ai corrigé le typo de Celette. Nous allons voir si ma mise au point est acceptée.

    Je n’ai pas rectifié l’autre erreur signalée sur l’article consacré à la clinique de la Lignière. Je suis un contributeur bénévole, et j’évite, si possible, de corriger les erreurs des soi-disant « professionnels »… Je vais quand même leur signaler que le travail de rédaction n’a pas été fait en respectant les directives du projet Traduction de Wikipédia pour les articles traduits d’une autre langue (Projet:Traduction). Je cite:

    Wikipédia est distribuée sous une licence libre qui exige l’identification de ses auteurs. Aussi, lorsque vous traduisez un article d’une autre Wikipédia, vous devez créditer ses auteurs originaux à l’aide du modèle {{Traduction/Référence}} à insérer au bas de l’article, dans une section « Source » ou « Références », ou {{Traduit de}}, en haut de la page de discussion.

    Bon, d’accord, l’article allemand a été écrit par l’utilisateur « Privatklinikgruppe Hirslanden », je pense qu’il est très important de respecter les droits d’auteur du service de communication du groupe Hirslanden. Il est possible que la traduction des articles en français ait été rémunérée, et dans ce cas il faut être très exigeant quant au respect de recommandations de Wikipédia…

    Je ne parle pas des erreurs. Là c’est le groupe Hirslanden lui-même qui est assez stupide pour rémunérer des personnes qui écrivent n’importe quoi. Cela donne envie de se faire opérer chez eux!

  17. Nicolas dit :

    Bonjour Deuxtroy,
    Excellente trouvaille! Si vous en avez d’autres n’hésitez pas à le signaler, on en fera un florilège.
    Cette bêtise sur la « réadaptation ontologique » m’a immédiatement fait penser à une autre coquille sur le 2e article créé par Celette qui traduit « lung cancer » par long cancer ». Dans les deux cas, la coquille est toujours présente.

    Question subsidiaire: pourquoi revenez-vous toujours contribuer à Wikipédia alors que vos ennemis là-bas ne cesserons jamais de vous en chasser quelle que soit la qualité de vos contributions?

  18. Deuxtroy dit :

    Bah, au moins ces contributions rémunérées sont l’occasion de franches rigolades. Admirons par exemple les contributions d’une petite nouvelle, Camille Soleroz , passionnée par les différentes cliniques du groupe privé suisso-sud-africain Hirslanden. Certains brandiront l’excuse de la bonne foi : peut-être qu’après tout que « Camille Soleroz, 33 ans, mariée, 2 enfants » est un médecin ou une infirmière qui souhaite faire profiter l’humanité de ses connaissances ?

    Pas de chance, l’apprentie rédactrice a souhaité étaler sa culture, et fait preuve d’initiative. Au lieu de recopier bêtement le texte fourni par son client , il/elle a cru bon de faire cette remarquable correction. Et c’est ainsi que la clinique de la Lignière se retrouve avec un service de réadaptation ontologique. Manoillon, qui avait l’article en suivi pour y être intervenu, n’a pas pipé.

    C’est à peu près aussi sérieux que la fameuse fécondation in vivo pratiquée en éprouvette (article probablement destiné à l’édification des patientes de la clinique vendant sa soupe, dont Racosh a retiré le bandeau publicitaire ce matin, sans toutefois oser le publier dans l’espace principal).

  19. Ping : Les vrais échos d’en bas – Saison 15, épisode 22 | Wikibuster : Les dessous de Wikipédia

  20. Nicolas dit :

    Bonjour Madame Rault,

    Je viens d’apporter les corrections nécessaires. C’est vrai que j’aurais dû d’emblée utiliser le mot « péonne », moi qui n’ai aucun problème à écrire « écrivaine », « la ministre » etc. Vous aurez remarqué que la dernière chasse à Deuxtroy a précisément été déclenchée autour d’un conflit de ce type, sans aucun égard pour ses contributions. Vous remarquerez également à cette occasion le glissement de plus en plus fréquent de « compte bloqué indéfiniment » à « compte banni ». Il y a encore beaucoup à dire sur le « surveiller et punir » sauce wikipédienne.

    L’objet unique du billet est Racosch, ses contributions rémunérées et les collusions avec d’autres membres actifs de Wikipedia/Wikimedia, pas le gender gap de Wikipédia, identifié depuis bien plus longtemps que cet article du NYT (voyez par exemple ceci). Vous et Me Vidonne êtes ici mentionnées au seul titre de déclencheur de l’exposition publique du scandale Racosch.
    Vous semblez vouloir faire jouer à Jules78120 le rôle de valeureux chevalier… Je m’interroge toutefois sur le rôle et les motivations profondes de Jules Xénard, qui vient de se faire accuser de « laisser faire » antérieur par Nouill; je confronte sa manière de dénoncer le scandale Racosch sur le Bistro et de le taire sciemment lorsqu’il est interviewé par France 2 alors qu’il est au courant depuis février 2016. À force de mettre la protection du système au-dessus de la morale, on perd les deux. Mais vous n’en dites pas assez: « Nous en avons parlé à à peu près tout le monde, mais seul – j’insiste là – seul Jules est intervenu de manière constructive et réfléchi, en respectant le principe de bonne foi. » Avez-vous pensé que ces « autres » étaient peut-être eux-mêmes également coupables de tels faits? Qui sont ces « autres »?

    « […] il y souffle aussi un grand vent de liberté participative qui permet de façon non élitiste, à toute personne qui le voudrait (avec beaucoup beaucoup de ténacité) d’apporter sa contributions au libre partage du savoir ». Ce catéchisme wikipédien ne résiste pas à l’analyse approfondie. Ne peut jouer à Wikipédia que celui qui ne fait pas trop de remous et limite sa liberté à l’acquiescement à la pensée dominante; celui qui s’écarte de ce chemin est irrémédiablement exclu. Essayez un peu de critiquer des gens comme Celette qui manipulent Wikipédia depuis des années et vous verrez ce qu’il vous en coûtera. Le savoir n’est pas enfermé dans une cage, il est disponible à qui veut bien être curieux. Et qu’est-ce que ce rejet de l’élitisme? Tirer les gens vers le haut n’a rien de répréhensible. Selon la doxa wikipédienne, toute fiche doit être basée sur des travaux pré-existants cités, en général produit par cette élite généralement abhorrée par les wikipédiens. Alors oui, ces « élites » ne publient pas des études kilométriques sur les Pokémons … Cela ne me manque pas. Pourtant, quelle énergie déployée par les wikipédiens pour développer ces sujets parfaitement futiles! Imaginez un peu ce qu’Encyclopaedia Universalis ou Britannica auraient pu faire avec les 200 millions de dollars versés à Wikip/media depuis 15 ans …

    La transparence sur Wikipédia n’est qu’apparente. Les wikipédiens influents se rencontrent virtuellement (canaux IRC privés, e-mails) ou réellement comme le dit clairement le tout récent billet des Pierrots.

    « Je vois bien que le bon fonctionnement de wikipedia/wikimedia n’est pas votre priorité, puisque vous êtes très critique envers ce mouvement. » Je ne l’ai pas toujours été. J’y ai cru durant 3 ans, contribuant à des articles non-polémiques – la culture musicale ou littéraire du 18e ou 19e siècle – me tenant volontairement loin des articles casse-gueule genre Dieudonné, Eric Zemmour, la politique etc. J’ai créé des dizaines d’articles en citant mes sources; lorsque je traduisais un passage de WP:en je m’efforçais de trouver des sources équivalentes en français etc. Mais, même en vous tenant à des sujets non-polémiques, vous êtes amenés à rencontrer des ignares qui vous revertent et vous font perdre votre temps mais qui ont l’immunité accordée aux alliés des alliés des cliques et des clans. Alors on s’énerve un peu et on s’y prend mal pour critiquer. Les habitués vous fondent dessus à coup de RA et vous découvrez un appareil répressif que vous ne soupçonniez même pas; on va même jusqu’à réveiller des admins inactifs depuis des lustres pour donner un semblant de collégialité puis on bloque votre compte de manière indéfinie sans aucun égard pour vos contributions par ailleurs louées par des wikipédiens attentifs. Un moment j’ai pensé reprendre simplement sous un autre compte mais, réflexion faite, je n’aurais fait que fournir un emballage de contenus respectables à des activités qui le sont beaucoup moins. Depuis, je crois utile de partager ce que j’ai appris durant ces trois années et je scrute ce que j’aurais dû savoir avant de m’y engager et d’y perdre mon temps. Je suis irrémédiablement irrécupérable pour Wikipédia.

    « […] vous-même grand inquisiteur pourfendeur du mouvement avez accès aux informations du dehors – (du dehors d’après ce que vous en dites, mais qu’en est-il vraiment?) » Ce qu’il en est vraiment est ceci: je ne suis membre d’aucun chapter Wikimedia, je ne contribue plus à Wikipédia depuis 2014, je n’ai aucun contact avec des wikipédiens ou des wikimédiens. Croyez-le ou pas, ma seule source d’information est ce que je trouve sur internet et que vous pourriez trouver également en vous donnant la peine. C’est pourquoi je mentionne scrupuleusement les pages où j’ai trouvé ces infos. Par ailleurs, je vous signale que le plus grand critique de Wikipedia est son cofondateur Larry Sanger: « People that I would say are trolls sort of took over. The inmates started running the asylum. »

    Maintenant, revenons au cœur de ce billet. Je trouve hallucinant que la pratique des « contributions rétribuées » (les publireportages pour être clair) soit « tolérée » dans un projet qui se veut humaniste et désintéressé. Les comptes associés à Racosch auraient dû être immédiatement bloqués et leur propriétaires « bannis » pour reprendre la terminologie officielle. Oui ils seraient revenus avec des comptes de paille multiples (qui peut douter qu’ils n’en usent pas déjà?) mais au moins la réprobation aurait été marquée ne fut-ce que symboliquement.

    Plus fondamentalement, pour qu’un tel projet tourne sur des bases saines, seules les personnes identifiées par leur nom véritable (après vérification OTRS) devraient pouvoir obtenir un compte contributeur (et un seul!). Il n’y a aucun mal à être un « honnête homme » (au sens classique du terme, pas de sexisme ici) et de partager le résultat de ses lectures; il y a des milliers de blogs qui le font de manière plus ou moins confidentielle. Un article ne devrait pouvoir être créé que 1) sur proposition et avec l’aval d’un nombre x de contributeurs confirmés ou 2) par un comité éditorial (éventuellement rémunéré comme ce fut le cas du cofondateur du site Larry Sanger). Un article ne devrait pouvoir être retiré qu’après le vote d’un nombre minimum de participants (et pas à 3 comme aujourd’hui). Vous verriez beaucoup moins de différends éditoriaux et des discussion beaucoup plus calmes vu l’absence d’anonymat. Etc. Mais cela n’aura jamais lieu car le système est verrouillé de l’intérieur.

    Un article concernant tous les blogs qui traitent de Wikipedia est en cours de rédaction depuis un certain temps. Je ne me suis pas donné de date pour la finalisation et la publication, d’autant que beaucoup sont inactifs depuis longtemps. Vous pouvez déjà commencer par la lecture des anciens articles de ce blog ou ceux les liens mis en référence dans la partie droite de cette page (Wikipediocracy étant un des plus actifs mais seulement pour la WP:en). Je ne résiste pas à la gourmandise de citer la concurrence: les Chroniques des Pierrots (mais lisez ceci d’abord) ou Ainsi va Wikipédia, le blog de Hamelin de Guettelet. Avec un peu de perspicacité vous y trouverez des pépites.

    Je vais publier dans les semaines qui viennent plusieurs billets sur le phénomène de l’auto-promotion dans Wikipédia. Je vous suggère de les lire et de les partager avec vos collègues en wikipédie. Mais attention, mentionner Wikibuster sur Wikipédia peut mener à de sérieuses représailles.

    Pour finir, pourriez-vous m’indiquer si vous avez un quelconque rapport avec le compte dormant Nattesachat?

    Bien cordialement, Nicolas

  21. Maman MaMouth dit :

    Bonjour, votre article comporte beaucoup d’informations justes (et très intéressantes), et d’autres erronées, je vois que vous en avez déjà corrigé certaines concernant Jenny Eberman, ce dont je me réjouis. Elle est arrivée après tout cela, il ne serait pas juste de l’impliquer personnellement là dedans. Laissons lui le temps de réfléchir à une prise de position, ces choses là ne se font pas dans l’urgence. Je vois bien que le bon fonctionnement de wikipedia/wikimedia n’est pas votre priorité, puisque vous êtes très critique envers ce mouvement. Je ne partage pas votre point de vue: certes il y a – comme partout – des enjeux de pouvoir, mais il y souffle aussi un grand vent de liberté participative qui permet de façon non élitiste, à toute personne qui le voudrait (avec beaucoup beaucoup de ténacité) d’apporter sa contributions au libre partage du savoir. Pour ma part je trouve que ce qui est très positif dans ce mouvement, c’est la transparence (oui oui j’insiste), on est loin de la langue de bois des lobbys corporates ou gouvernementaux qui prétendent traiter des conflits d’intérêt et de la gouvernance en contrôlant tous les canaux de communications de manière rigide tout en publiant des pages au langage compassé et lisse sur la transparence, la gouvernance et les COI. Ce n’est pas parfait, et il nous faut veiller au grain, mais oui, les « affaires sortent » et on en parle, et vous-même grand inquisiteur pourfendeur du mouvement avez accès aux informations du dehors – (du dehors d’après ce que vous en dites, mais qu’en est-il vraiment?).
    C’est drôle au final de voir que notre histoire – de femmes nouvelles contributrices à Wikipedia – est reprise sous l’angle unique de contributeurs masculins voulant absolument nous instrumentaliser dans des déballages médiatiques sur lesquels nous n’avons pas beaucoup prise, soit pour fustiger les contributions rémunérées, soit pour attaquer le fait que nous sommes rémunérées pour ces ateliers – sans jamais exposer le principal à nos yeux: nous sommes là pour réduire le gender gap sur Wikipedia, c’est notre principale (seule) motivation.
    Ceci étant posé, j’ai moi aussi quelques petites corrections/rectifications que je voudrais apporter dans votre exposé si cela est possible:
    Tout d’abord Nattes à chat et LaMèreVeille ne sont pas des péons, mais des péonnes (nous tenons au langage épicène, le genre masculin n’incluant pas une bonne moitié de l’humanité même en s’auto proclamant neutre universel). Ensuite nous avons, comme vous le soulignez très justement découvert ce qui concernait les contributions rémunérées après la festicabale (comment personne n’a pu / voulu le découvrir avant reste un mystère à nos yeux) mais, étant novices, il nous a fallu du temps pour comprendre que la pratique était tolérée pour autant qu’elle soit transparente (la première page de wikipedia parle d’une encyclopédie animée par des bénévoles!). Nous en avons parlé à à peu près tout le monde, mais seul – j’insiste là – seul Jules est intervenu de manière constructive et réfléchi, en respectant le principe de bonne foi. Nous avons d’ailleurs ensuite décidé d’indiquer en toute transparence que nous étions rétribuées pour animer les ateliers Biographies Femmes Suisses (alors que ce n’est pas absolument obligatoire d’après ce que nous avalons compris). Nous avons clairement pris position en indiquant sur nos pages que nous n’acceptions pas les demandes de contributions rémunérées (voir ici: https://fr.wikipedia.org/wiki/Utilisatrice:Nattes_àchat).
    Autre chose, le lien auquel vous renvoyez vers le financement Wikimedia (IEG grant) ne concerne pas ces ateliers mais un grant déposé et non accepté pour l’année prochaine (et il ne le sera pas car nous avons reçu un message de WMF nous invitant à déposer plutôt un nouveau PEG). J’ai déposé un PEG grant en 2015 où tout est expliqué – je vous donne le bon lien ici https://meta.wikimedia.org/wiki/Grants:PEG/User:Nattes
    à_chat/Let’s_fill_the_gender_gap_Workshops. Je souligne que nous n’avons pas été rétribuées à titre personnel par WMF: WMF a payé la bibliothèque du projet et le catering pour les participant-e-s novices. Nous sommes rétribuées par d’autres institutions, en dehors de WMCH et WMF. L’affiliation Wikimedia n’est venue que tardivement dans le projet d’atelier, qui était une tentative de réponse locale au gender gap tel qu’identifié par le NYT dans un article de 2011. Bref, je suis surprise au vu de l’étendue de vos recherches, que vous ne soyez pas tombé là dessus, alors que cela figure en première page du projet (en toute transparence depuis le début) ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet:Suisse/Biographies_des_femmes_en_Suisse.
    Autre questions- suggestions: vous pourriez faire un article concernant tous les blogs qui traitent en aparté de wikipedia cela serait extrêmement utile aux novices comme moi!
    Nattes à chat / mamanmammouth

  22. Nicolas dit :

    Bonjour Mr Thullen,
    Merci pour vos observations. Je suis repassé sur tous les hyperliens et j’ai corrigé ceux qui posaient problème. Il me semble que tout est en ordre à présent mais, si vous en voyez encore qui ne fonctionnent pas, n’hésitez pas à laisser ici un message.
    Je suis par contre moins optimiste quant à la traçabilité des événements sur Wikipédia. Des OS (oversight) peuvent effacer des lignes sans laisser aucune trace. Sans parler de ce qu’il se passe hors Wikipedia, sur des canaux IRC privés où lors de rencontres en réel, très loins des yeux des péons.
    Pour l’anecdote concernant Me Ebermann, je viens d’effectuer la correction et je vous invite à lire le message que je lui ai adressé ci-dessous.
    J’insiste sur le fait que je ne dispose d’aucune source privilégiée et que tout ce qui est publié dans ce billet a fait l’objet de publications ouvertes antérieures sur internet ou sur Wikipedia. Je n’ai fait que remettre les événements dans un ordre chronologique et dans un contexte qui permet leur interprétation.
    Bien cordialement, Nicolas.

  23. Nicolas dit :

    Chère Madame Ebermann,

    Je vous présente mes plus plates excuses pour avoir mal interprété cette phrase de Mr Thullen: « What is certain is that the WMCH vice-president and spokesman, as well as the acting Executive Director knew about the paid editing and COI, and they did not think it was an issue the board had to deal with – they were both partners of the Racosch PR company. » Après une seconde lecture plus attentive, je comprend qu’il faisait bien entendu allusion à Stéphane Coillet-Matillon et pas à vous. J’ai en conséquence corrigé le passage litigieux, au demeurant très anecdotique dans ce billet de plus de 4800 mots. Je ne vois pas d’autre erreur factuelle dans ce billet. Si vous en voyez, n’hésitez surtout pas à vous manifester à nouveau.

    Par contre je réfute catégoriquement votre accusation de « casser du sucre sur le dos des autres ». L’objet de ce billet comme celui de tout ceux dont je suis l’auteur est de dénoncer une dérive systémique et sans solution du site fr.wikipedia.org qui, malgré une propagande bien organisée, ne résiste pas à une analyse approfondie. Les identités des personnes mentionnées dans ce billet ont toutes fait l’objet de publications antérieures sur internet en général et dans Wikipedia en particulier. Je ne suis pas un insider de Wikipedia et je n’ai pas d’autre source qu’internet.

    Si, comme vous le dites, Wikimedia et Wikipedia vous étaient jusqu’à récemment inconnus, je vous conseille vivement de sortir de la bulle Wikimedia Suisse — en lisant par exemple ce site, ce que vous faites déjà un peu — et de vous informer sur ce qu’il se passe réellement dans les coulisses de Wikipedia et de Wikimedia. Ne voyez-vous pas que les causes de l’implosion que vous redoutez sont à l’intérieur même de votre organisation — dont, faut-il le souligner, je ne fais pas partie? D’après mon observation attentive de Wikipedia depuis plus de cinq ans, les environ 850 contributeurs réguliers de fr.wikipedia.org sont loin d’être « hautement compétents » pour la rédaction d’une encyclopédie. Je dirais même qu’ils sont particulièrement incompétents — à de très rares exceptions comme Robert Ferrieux — et plutôt du genre à faire rapidement fuir toute personne de bonne volonté ayant un minimum de compétences dans une domaine particulier.

    Rassurez-vous, le principal de mon énergie va à autre chose que la critique de Wikipedia et j’ai bien d’autres passe-temps que ce site. Je n’ai donc nullement besoin de vous contacter pour « améliorer Wikipedia »: c’est peine perdue d’avance. La seule chose qui pourrait éventuellement inverser le cours de l’inexorable déliquescence de Wikipedia serait la suppression de l’anonymat des contributeurs. Mais ça, bien entendu, il n’en sera jamais question sous peine d’effondrement immédiat.

    Bien cordialement, Nicolas

  24. Bonjour,
    Merci pour cette enquête très détaillée sur ce scandale suisse que certains essaient d’enterrer à tout prix. J’ai appris énormément de choses que j’ignorais… Enfin, je nuance, car je sais maintenant que je dois quand même vérifier par moi-même les informations divulguées dans cet article (de plus, certains liens vers Wikipédia ne fonctionnent pas tout de suite, il faut corriger à la main les URL contenant des accents). Ce qui est génial sur Wikipédia, c’est qu’on peut tout retrouver !
    Je tiens à rectifier une affirmation:
    Selon Gabriel Thullen, la directrice exécutive de Wikimedia Suisse Jenny Ebermann, qui possède également sa propre société de communication et marketing, était aussi dans le petit cercle des confidents. Bien entendu, cette pseudo-annonce reste sans conséquences mais servira plus tard à faire croire à de la transparence.
    Je n’ai jamais écrit cela (et on peut le vérifier sur l’article anglais du Signpost, ainsi sur ce que j’ai pu écrire en français). Je te remercie donc de corriger ce qui est marqué dans cet article. Je n’ai jamais affirmé que Jenny Ebermann était dans le petit cercle des confidents.

    Avec mes remerciements et mes salutations les meilleures
    Gabriel Thullen

  25. Jenny dit :

    Cher Monsieur, je vous prie tout de suite de retirer vos commentaires diffamatoires de votre site à mon sujet. Je n’ai ni de compagnie ni étais en contact avec qui que ce soit du mouvement Wikipédien avant d’être engagée comme Directrice Executive. Je n’ai d’ailleurs jamais été contributrice ni autrement en contact avec des Wikipédiens. Depuis le 15 février, date de mon engagement, je fais de mon mieux pour amener du professionnalisme dans cette organisation et ce genre de bêtises, de négativité et de fausses informations n’aident pas vraiment à faire avancer les choses. Si vous vous étiez mieux renseigné, vous auriez pu voir que j’opérais comme indépendante les dernières deux années avant quoi j’ai travaillé longtemps à l’international et que j’ai tout simplement envoyé mon application comme plus de 200 autres personnes à une organisation qui m’était jusque là tout à fait inconnue et où je pensais pouvoir faire une différence.

    Je trouve triste, qu’il y ait des gens qui n’ont rien d’autre à faire que de casser du sucre sur le dos des autres. Si cela continue, l’organisation va imploser au lieu de fleurir et de profiter des gens qui sont hautement compétents et qui ont du plaisir d’avancer et de bâtir quelque chose de beau. Alors je vous prie de bien vouloir utiliser votre énergie pour autre chose; il y a des tas de projets intéressants où l’on a besoin d’aide. Contactez-moi et on trouvera sûrement quelque chose pour vous!

    Je vous prie donc de vous renseigner comme il le faut la prochaine fois, au lieu de répéter des choses infondées et de diffuser des informations fausses et diffamatoires. Avec mes meilleures salutations et un excellent weekend, Jenny Ebermann

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s