Wikipédia : 2 millions de fiches et celle de Nicolas Martin

La version en français de Wikipédia a passé le cap des 2 millions de fiches grâce à la description d’une des coronæ de la planète Vénus. Cette annonce « sensationnelle » a fait l’objet d’une couverture médiatique très faible et sans aucun recul dont le point d’orgue fut un épisode de « La méthode scientifique » diffusée sur France culture, soigneusement balisé par les intervenants pro domo habituels. Las pour la « méthode scientifique », cette émission fut truffée d’affirmations en totale contradiction avec la réalité observable du fonctionnement effectif de Wikipédia.

Le pseudonyme Roland45 s’est donné du mal – juste un peu – pour obtenir son quart d’heure de gloire wikipédienne. Le 8 juillet 2018, il se lève à l’aube et de sa main robotique crée 331 fiches en 33 minutes, soit une toute les 6 secondes! Il est ainsi assuré d’être « l’auteur » de la très attendue deux-millionième fiche wikipédesque en français. Il n’était pourtant pas le premier à aborder le sujet : un bot italien avait déjà créé une fiche sur cette corona en 2016. Le temps que son exploit soit reconnu  par ses pairs en vanité, il créait même 15 fiches « de trop ». Xcacau Corona étant promise à une sur-exposition urbi et orbi annoncée avec moult tambours et trompettes (revue de presse pitoyable finalement), les wikipétants accoururent autour de ce bébé maigrelet de 1833 octets pour le bichonner et le rendre un peu présentable. 24 heures et 65 diffs plus tard, la baudruche avait déjà plus que triplé de volume avant d’atteindre son volume d’équilibre (11 538 octets) le 23 juillet. Encore 3 diffs insignifiants autour du nouvel an et elle retombait dans les oubliettes.

Les versions de Wikipedia en anglais et en portugais assurèrent une traduction sommaire : la fiche n’ayant aucune valeur totémique pour eux, elle n’y pèse respectivement que 1532 et 1590 octets. Les presque 300 autres versions linguistiques de la galaxie WP ignorent l’existence de ce trou perdu à la surface de Vénus, même celle en cebuano qui n’est pourtant pas chiche (1).

Les 330 autres fiches quasi identiques créées par Roland45 ce 8 juillet 2018 et provenant d’une source unique ne connurent pas les mêmes honneurs de la pompe à air : elles plafonnent sans doute pour l’éternité autour des 1900 octets et ne sont visitées que par des bots. Elle font même doublon avec cette liste créée le 9 mars 2009, chose habituelle chez Roland45(3) qui peut créer une fiche listant les ponts de France puis détailler son passe-temps en 99 fiches par département. Coutumier de ces hauts faits encyclopédiques chers à de nombreux Wikipédiens, il remet le couvert le 9 août 2018 et crée en 3 minutes 19 fiches sur des cailloux – (28958)_2001_CQ42 à (28981)_2001_LY3 – qui pourront bientôt concourir comme article de qualité bien qu’elles n’aient été vues à ce jour que par 3 bots. Il y a ainsi 42.148 fiches consacrées à des astéroïdes de la ceinture principale. Voilà comment on arrive à deux millions de fiches.

Pour contempler un aperçu des fiches de remplissage de Wikipédia, lire également: De la nullité des articles de Wikipédia.

La méthode « scientifique » de Nicolas Martin

C’est dans ce contexte que France Culture consacre un épisode de l’émission quotidienne La méthode scientifique : Wikipédia, chacun sait ce qui lui plait (58 min.) le 19 septembre 2018. Le producteur est Nicolas Martin, ex-enseignant de lettres n’ayant fait aucune étude supérieure en sciences, qui voit sa fiche wikipédienne bien proprette publiée … le jour même de l’émission consacrée à Wikipédia, ce qui n’a bien évidemment rien d’un hasard !

La fiche est créée par le pseudo PrCravate dont c’était à peu près la seule activité notable au jour de l’émission. Il avait créé son profil le 7 juillet 2018 spécialement pour l’occasion en établissant directement un brouillon de la future fiche consacrée à N. Martin tel un Wikipédien expérimenté. Il met en ligne la biographie de son ami le 19 septembre 2018 moins de 4 heures avant la diffusion de l’émission et fait publier un message explicite sur le compte Twitter de l’émission. PrCravate se dévoile par la même occasion : il s’agit de Roger Mansuy, enseignant en mathématiques et chroniqueur mensuel pour La Recherche, invité à plusieurs reprise par Nicolas Martin dans son émission.

C’est un peu comme si, avant une interview, le président de la République annonçait au journaliste devant l’interroger la remise d’une breloque honorifique ou carrément l’attribution d’un siège sous la coupole des retraités du dictionnaire.

© Twitter 2018

On notera que la fiche wikipédienne de Nicolas Martin, même si elle atteint de justesse les « exigences de notoriété » dictées par les gardiens du temple, est faible dans les références présentées :

  1. Source primaire renvoyant au site de l’émission.
  2. Un article centré du Monde mis en ligne le 10 juin 2017.
  3. Un article centré de TéléObs mis en ligne le 23 février 2017.
  4. idem 3.
  5. Source primaire renvoyant au site de l’émission.
  6. Un article non-centré de La Croix mis en ligne le 23 février 2017.
  7. Source primaire renvoyant au site de France Culture.
  8. Un article non-centré du Monde mis en ligne le 17 janvier 2013.
  9. Un article non-centré de Slate mis en ligne le 24 janvier 2013 où le nom de N. Martin n’est même pas cité.
  10. Source primaire renvoyant au site de France Culture (en fait une tribune de N.Martin).
  11. Un article non-centré des Inrockuptibles mis en ligne le 13 juin 2016 citant en fait la tribune de N. Martin citée en référence 10.
  12. Une brève non-centrée de Libération mise en ligne le 13 juin 2016 citant de nouveau la tribune de N. Martin citée en référence 10.
  13. Un article centré de Télérama mis en ligne le 05 août 2011

Cette dernière référence sauve l’existence de la fiche quant au critère « au moins deux articles ou émissions espacés d’au moins deux ans dans des médias d’envergure nationale ou internationale ». L’ancien président de Wikimédia France Authueil/Samuel Le Goff avait pourtant prématurément enlevé les bandeaux réclamant des sources secondaires à un moment où la fiche n’en comptait que deux et proches dans le temps : la décision était déjà prise, la fiche serait conservée et ne souffrirait aucun tribunal de l’admissibilité. Enfin, Lewisiscrazy/Christophe Léger (chercheur au CNRS, défenseur des droits LGBT entre autres) apporte quelques précisions sur les OUTragés de la République.

Avec 7.214octets, la biographie de Nicolas Martin pèse déjà plus lourd que la fiche consacrée au premier Prix Nobel de médecine E.A. von Behring (7.109 octets) et deux fois plus que Sodome et Gomorrhe de Marcel Proust (3.999 octets). Récemment, le vandale Lotus50 blanchissait la biographie de Patrice Queneau, membre de l’Académie de médecine. Celui qui voulait être neuropsychiatre ou neurochirurgien avant de s’inscrire en fac de lettres appréciera les échelles de valeur sur Wikipédia.

Nicolas Martin est également producteur d’un podcast France Culture/France Info intitulé Les idées claires, sorte de Décodex audio (« programme de certification des savoirs et des connaissances » coproduit par ses deux stations, ­Radio France entend lutter « contre les désordres de l’information, des “fake news” aux idées reçues ») qu’il présente ainsi dans une interview donnée à La Croix :

« En raison de la désinformation et des fausses informations qui circulent notamment sur les réseaux sociaux, France Culture produit beaucoup d’informations sur les savoirs scientifiques, historiques… Avec le directeur de France Info, Vincent Giret, nous avons décidé d’unir nos forces pour réaliser chaque semaine un podcast et un module vidéo de trois à quatre minutes », et une version longue sur l’antenne de France Culture cet été, détaillait fin mars Nicolas Martin au micro du ­médiateur de Radio France.

Dans l’épisode intitulé L’immigration menace-t-elle la démographie française?, Nicolas Martin posait une question renversante d’intelligence : « Si les immigrés font plus d’enfants, seront-ils plus nombreux ? » qui a vivement fait réagir la démographe Michèle Tribalat (qui, il est vrai, en profite surtout pour peler une fois de plus son œuf avec François Héran).

Nous avons donc un chevalier blanc des sciences et de la vérité officielle qui dispose chaque semaine de plus de 5 heures d’antenne sur un média national auxquelles il faut ajouter 1.500.000 podcasts en 2018. Il vient tout juste d’être consacré sujet encyclopédique par Wikipédia. Comment va-t-il la présenter ? N’étant pas lui-même un expert de la chose mais plutôt un consommateur régulier comme il l’avouera en cours d’émission, Nicolas Martin fait un choix très discutable d’invités : Lionel Barbe, Mélanie Dulong de Rosnay et Léo Joubert en studio ainsi qu’une interview d’Alexandre Hocquet diffusée en cours d’émission. Comme souvent, aucun contradicteur n’est invité pour tempérer l’unanimité de façade : l’entre-soi est plus facile à gérer. Voyons en détails qui sont ces participants.

Mélanie Dulong de Rosnay

Mélanie Dulong de Rosnay, docteur en droit spécialiste des communs, ne fait mention d’aucune publication spécifiquement centrée sur Wikipédia à ce jour mais elle participe régulièrement à des conférences organisées par Wikimedia (exemple). On remarque dans la liste de ses publications :

  • Mélanie Dulong de Rosnay, Pierre-Carl Langlais, 2017, “Public artworks and the freedom of panorama controversy: a case of Wikimedia influence”, Internet Policy Review [en ligne], 6(1), DOI: 10.14763/2017.1.447. Full text
  • Mélanie Dulong de Rosnay, Pierre-Carl Langlais, 2016, “Freedom of Panorama: Digital Sharing of Cultural Heritage in the European Public Space”, International Association for Media and Communication Research (IAMCR) Conference, University of Leicester, 27-30 July.
  • Mélanie Dulong de Rosnay, Pierre-Carl Langlais, 2016, “Artworks on the Public Space are not in the Public Domain. The emergence of the Freedom of Panorama controversy”, Law & Communications Network, London School of Economics, 23 May.

Pierre-Carl Langlais est lui membre de Wikimédia France et bien connu sur fr:WP où il officie depuis ses 17 ans sous le pseudo Alexander Doria et où il fut coopté administrateur à 23 ans. Il y crée des articles hautement encyclopédiques tel que « 6 mars 1853 » et des fiches promotionnelles comme celle consacrée à Yves Riesel, son ancien employeur à Qobuz qui se vautre avec lui dans l’auto-promotion (2). Prince fainéant de la Wikipédie, il s’accroche fermement à son statut d’administrateur et prétend contribuer régulièrement à Wikipédia bien qu’il soit un tout petit joueur qui ne compte que 500 éditions depuis mars 2016 (dont plus de 10% consacrées à l’affaire Léophanès/Le Monde), ce qui lui vaut d’être invité de France Culture pour donner la réplique à Pierre Barthélémy tout en étant moqué en interne.

Quelques jours après l’émission, Mélanie Dulong de Rosnay crée un profil sur Wikimedia Commons pour téléverser une photo de Lionel Barbe prise durant l’émission de France Culture sous licence CC. Cette photo ajoute un vernis de notoriété et fait indéniablement plus chic que les précédentes.

Lionel Barbe

Lionel Barbe et Alexandre Hocquet ont participé à Wikipédia objet scientifique non identifié (sous la dir. de Lionel Barbe, Louise Merzeau et Valérie Schafer – Presses universitaires de Paris Nanterre, 2015). Cet ouvrage collectif est en fait le compte-rendu d’un colloque tenu en 2013 et basé sur des observations de 2012. Il avait déjà été l’invité de France Culture le 25 février 2015 pour présenter le « portail Wikipédia ».

L.Barbe, A.Hocquet et L.Merzeau/u:Mediolog sont également membres de Wikimédia France; cette dernière fut même membre du Conseil d’Administration de mai 2017 jusqu’à son décès en juillet 2017, ce qui donna l’occasion à Benoît Prieur de rappeler quelques flagrants délits auto-promotionnels indiscutables.

Lionel Barbe/u:Io est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à Paris-X (2009) où utilise Wikipédia comme moyen d’apprentissage dans ses ateliers. Plus récemment, il est devenu sympathisant de LREM et le Canard enchaîné l’a épinglé après un toilettage de la fiche consacrée à Agnès Buzyn ce qui lui a été reproché au Bistro.

Lionel Barbe a sa fiche Wikipédia depuis janvier 2014 grâce au bon plaisir des Wikipédiens et malgré 0,00 source secondaire centrée et 3 procès en admissibilité gagnés d’avance ; il l’édite lui-même sa fiche (10% du contenu ce jour) ou avec Alexandre Hocquet en toute amitié.

Alexandre Hocquet

Alexandre Hocquet/u:Alexandre Hocquet est docteur en chimie et a un master en histoire des sciences. Selon sa page personnelle (PU) façon CV :

Alexandre Hocquet (Page professionnelle académique), aka Osvaldo Piazzolla (@Osvaldopiazzoll). Modeste membre de l’équipe pédagogique du WikiMOOC mais ambitieux réutilisateur dans mes cours de Wikipédia à l’Université. Le WikiMOOC sera présenté à Wikimania 2017.

Il prend régulièrement part aux débats wikipédiens et même wikimédiens. Mais à y regarder de plus près, son expérience personnelle de fr:WP est très faible : 685 éditions en 6 ans (dont 58 sur sa PU!), la plupart du temps dans des pages de discussion. Il défend pourtant son jouet comme dans The Conversation sans mentionner qu’il est lui-même wikipédien alors que l’en-tête de l’article affiche la déclaration trompeuse suivante :

« Alexandre Hocquet does not work for, consult, own shares in or receive funding from any company or organisation that would benefit from this article, and has disclosed no relevant affiliations beyond their academic appointment. »

Dans un commentaire de l’article en question il écrit : « Du point de vue de l’autopromotion, vous avez raison : les universitaires sont des stars comme les autres. L’incompréhension mutuelle entre universitaires et wikipédiens est aussi liée à ça. Quand le premier se plaint que ses contributions sont modifiées par des ignorants, le second se méfie des conflits d’intérêts du premier. Quand j’ajoute une référence à un article écrit par moi, je fais mon travail d’universitaire et mon travail de wikipédien, mais je prends des pincettes parce qu’objectivement je fais aussi de l’autopromotion…même si je n’ai pas créé ma page. »

L’entre-soi des intervenants ne faisant aucun doute, il n’y avait rien d’autre à espérer de cette émission qu’une absolue « neutralité de point de vue », entendez le point de vue de Wikipédia/Wikimédia qui élimine toute contradiction par avance. C’est un biais malheureusement constant des « débats » autour de Wikipédia.

58 minutes de propagande

L’intitulé de l’émission était sibyllin : Wikipédia, chacun sait ce qui lui plait. C’est tout à fait ça Wikipédia : c’est le bon plaisir des Wikipédiens qui prime sur un savoir structuré, le fanzine sportif et l’indigence absolue en philo, les pseudo-articles de biologie (cfr. Choupette, la chatte de Karl Lagerfeld, est dans Wikipédia, l’encyclopédie de la bêtise), les listes interminables de mangas vs. des ébauches sur des Prix Nobel de littéraure etc.

Il serait fastidieux de revenir ici sur chacune des contre-vérités ou approximations énoncées durant les 59 minutes de l’émission (réécoute, transcription). Aussi nous ne mentionnerons que les traits les plus grossiers.

« […] il y a la méthode du point de vue neutre et avoir une source » (M.Dulong de Rosnay).  « Un article dans Wikipédia sans sources, c’est un article qui disparaît » (N.Martin). « Tout à fait. Et qui disparaît très vite ! » (L.Barbe). C’est en effet la théorie wikipédienne mais pas du tout la réalité. Un Wikipédien ayant fait des stats sur un dump complet daté du 1er novembre 2016 a démontré ceci : 48,83%  des fiches de Wikipédia n’ont aucune source (aucune balise <ref>). Il faudrait donc faire disparaître près d’un millions de fiches de Wikipédia, dont celles consacrées à des libristes à seule fin de lobbying anti-copyright, grand dada des Wikip/médiens. Quant au Graal du point de vue neutre, Léo Joubert ajoute: « lorsque vous publiez quoi que ce soit sur Wikipédia vous n’êtes pas supposé écrire ce que vous pensez sur ce sujet, mais plutôt faire un bilan des sources existantes ainsi que des critiques dont elles font l’objet ». Or on constate que le mode de construction d’une fiche wikipédienne est l’ajout par strates de provenances sans aucun coordination et que c’est toujours un rapport de force (pseudo vote, usure des contradicteurs) qui établi le « point de vue correct », l’endoxa du moment. Nicolas Martin a lui-même donné sa version de la quête de la neutralité:

Prenons la question du glyphosate, par exemple. Dans ce domaine sensible pour l’opinion publique, il est particulièrement complexe de démêler le vrai du faux, car un biais de taille intervient: appelons-le biais de perception sélective, ou biais de confirmation. Pour le résumer, l’opinion publique est majoritairement contre les pesticides et perçoit Monsanto comme « le mal ».

| Nicolas Martin, Huffington Post mis en ligne le 08 juin 2018.

« […] on préserve l’historique de toutes les modifications et de toutes les discussions, de tous les débats, ce qui a fait controverse » (M. Dulong de Rosnay). « Mon matériau en général ce sont les débats et les débats qu’on trouve dans les forums ou dans les mailing-listes. Et de ce point de vue-là Wikipédia s’y prête parce que, d’une part, tout est transparent et aussi, effectivement, c’est un lieu où les gens, où la communauté s’exprime, elle débat, elle n’est pas souvent d’accord, il n’y a pas souvent de consensus, même si le but est de trouver un consensus dans la rédaction des articles. Donc c’est ça qui est intéressant d’un point de vue sociologique » (A.Hocquet). Tout n’est pas transparent avec les Wikipédiens : qu’il s’agisse de conversations sur IRC, par e-mail ou par téléphone et même lors de rencontres, ils savent très bien manigancer en coulisse, loin de la publicité des éditions sur Wikipédia ou dans les mailing lists.

« […] un projet de très grande dimension, mondial, créé par des dizaines ou des centaines de milliers de personnes sans qu’il y ait un système de rémunération » (L.Barbe). Wikipedia est envahi par les firmes de relation publiques et certains Wikipédiens se font rémunérer pour éditer, et pas des moindres (cfr. Swiss Papers: un scandale de plus sur Wikipédia), faits qui ne seront qu’effleurés durant l’émission en prétendant qu’ils sont « étroitement surveillés ».

« […] Les wikipédiens et les chercheurs qui se sont intéressés au phénomène ont rapidement démontré que le vandalisme ne pouvait pas diminuer la qualité des pages pendant longtemps puisque dès qu’une modification un peu farfelue était opérée, immédiatement un éditeur ou un administrateur regardait les modifications et c’était corrigé dans un laps de temps très court » (M. Dulong de Rosnay). Les Wikipédiens font quotidiennement preuve de leur manque de discernement. Les canulars (parfois commis par des administrateurs) qui sont resté jusqu’à 10 ans dans Wikipédia prouvent exactement le contraire ; les Wikipédiens bien en vue peuvent se permettre d’imposer leur point de vue sur des fiches sensibles pendant des mois. Le système de relecture vise essentiellement les éditions des novices et les « patrouilleurs » laissent passer les erreurs insérées par les anciens avec qui ils ont établi des connivences.

« […] la structuration des savoirs sur Wikipédia est relativement classique, c’est-à-dire que vous retrouvez les grandes catégories de savoirs » (L.Barbe). Ce n’est pas du tout la réalité. Wikipédia est avant tout un fanzine consacré aux sports. Le graphique ci-dessous reprend l’évolution depuis 2015 du nombre de fiches par catégorie selon la classification des Wikipédiens eux-mêmes :

Mais attention aux catégories attribuées en dépit du bon sens par les Wikipédiens. Ainsi, le publireportage consacré au parfum Polo est classé dans les catégories art, histoire, France, Europe et époque contemporaine; il ne manque plus que les catégories sciences (c’est un peu de la chimie les parfums non ?) et biologie (il y a des extraits de plantes) pour faire vraiment wikipédesque !

 

(1) La version de Wikipedia en cebuano héberge plus de 5,3 millions de fiches (et qui pourrait bientôt dépasser en volume la version anglaise qui en compte 5,8 millions) tout en étant ostracisée sur la page d’accueil générale et ce à dessein puisque l’internaute lambda se rendrait vite compte que cette wikipedia est presque entièrement rédigée par un seul bot pouvant créer 10.000 fiches par jour et de là pourrait se demander si « les millions d’articles » qu’on lui fait miroiter ne serait pas en fait du vide de remplissage (ndlr: la contradiction des termes est intentionnelle). Les Wikipédiens francophones jouent les surpris sur le Bistro et on propose carrément de supprimer le wiki en cebuano sur meta. Quelque temps plus tard, Trizek fourni de vaines statistiques pour encourager ses troupes.

(2) Le signalement ici-même de la manipulation de la fiche Yves Riesel entraîna son toilettage par l’administrateur Jules78120/Jules Xénard avec des commentaires édifiants: « supp. informations non étayées par des sources secondaires », « Suppression commentaires POV élogieux, informations non-sourcées et travaux inédits », « non-sourcé », « lien mort, pas retrouvé la source »; le publireportage durait depuis 6 ans et le pas de deux Yves Riesel/Alexander Doria.

(3) Les activités semi-automatiques de Roland45 sont bien connues des administrateurs de Wikipédia. Lorsque Cadanais, tout nouveau contributeur, crée en quelques heures 66 ébauches sur des écrivains en recopiant le site de l’Académie Française, l’administrateur JohnNewton8 ne manque pas de se moquer de Rolannd45 et ose même rappeler à Cadanais que « Wikipédia n’est pas une base de données ; l’encyclopédie se consacre exclusivement à des sujets de notoriété avérée« , ce qui est une pure infox.

Cet article a été publié dans Analyses, conflit d'intérêt, Propagande. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Wikipédia : 2 millions de fiches et celle de Nicolas Martin

  1. keranplein dit :

    B-noa alias Benoit Brassoud : intolérance et nationalisme savoyard sur Wikipédia :
    Je viens de suivre avec désolation les dernières œuvres du dénommé B-noa, nationaliste savoyard qui réécrit son histoire de la Savoie et qui utilise son statut d’administrateur pour bloquer tout contributeur qui oserait toucher à ses articles sur la Savoie. Un tel mélange d’intolérance, de haine et de mauvaise foi laisse à penser que ce type qui passe ses jours et ses nuits sur Wikipédia est bien malheureux. Pour ceux qui sont intéressé voir la PDD de l’article DUCHE DE SAVOIE et son flingage honteux du pauvre Enzino et de sources qui le dérange (Enzino a osé contredire notre petit dictateur savoyard en reportant qu’autrefois la Savoie était un fief d’empire)..

  2. Nicolas dit :

    Bonjour Tex,
    En effet, le système Wikipedia s’essoufle, dans sa version en français tout particulièrement. Et je vois comme vous de plus en plus de fiches bloquées dans le temps. Oh ironie, c’est un des défauts que les Wikipédiens reprochaient aux encyclopédies traditionnelles. Il faudra un jour faire une liste de ces fiches 😉

  3. Nicolas dit :

    Je ne connais rien au sujet de l’autisme donc, contrairement à un Wikipédien type, je m’abstiendrai. Mais vous pouvez poster ici vos arguments et diffs.

  4. lautrelabas dit :

    ça vous intéresserais d’écrire un article sur SammyDay qui protège Braveheidi d’un blocage (parce qu’elle fait du militantisme pour amalgamer l’autisme à une maladie), à coup de diffamation, de procès d’intention et d’argument fallacieux ? MP

  5. Tex Avery 31 dit :

    Bonjour Nicolas, alors pour répondre à votre question, pour le CNED, il se trouve que ma nièce suit sa scolarité par le CNED (elle suit une formation de musicienne) et je l’aide pour ses devoirs depuis la 6° et je peux vous affirmer que les photos des fascicules du CNED sont issues de WP et des données issues également de WP, de plus il y a une association de WP avec le CNED et d’autres instance de l’Education nationale via Wikiversité. ce sont des fait vérifiables. On peut le regretter et je le regrette mais c’est comme cela !
    Quant à votre phrase : « WP n’est pas là pour faire « avancer le savoir » (c’est le travail des chercheurs) mais pour le « résumer » », mais bien sûr le rôle d’une encyclopédie est de faire une synthèse de l’état des lieux quant à une personne, un événement, une théorie, un objet, etc., à un moment donné.
    En revanche, là où vous avez raison c’est l’absence de lignes éditoriales, de comités de lectures / rédaction qui font que le premier venu peut contribuer pour le meilleur et pour le pire. Ces carences invalidant tout professionnalisme encyclopédique sont compensées par des règles d’admissibilité qui ne sont que formelles et surtout appliquées de façon purement arbitraires et péremptoires selon les humeurs des censeurs de WP. Non seulement plus de 50% des pages de WP ne sont pas sourcées, mais quand elles le sont c’est façon plus que limitées parce que sourcer par des personnes qui ignorent complètement comment le faire, prenons un exemple désopilant les acteurs, films, réalisateurs du Cinéma, la seule source souvent utilisée est Imdb la source la moins fiable qui soit, et ne reculant l’ignorance on va rajouter Allociné…. ben voyons ! (MDR) mais les sources sérieuses : revues, magazines spécialisées dans le cinéma sont omises.Donc cela donne raison à votre propos concernant le dilettantisme et encore vous êtes gentil, il s’agit d’un amateurisme affligeant, lamentable. Là encore où vous avez raison c’est le nombre de contributeurs compétents réguliers qui ont déserté de façon massive différents projets et cela à cause du terrorisme des censeurs qui au nom de leur intégrisme formaliste et péremptoire les découragent.
    Cela dit, il faut voir à long terme, WP est en train de s’étouffer avec le nombre vertigineux de ses articles et le peu de contributeurs actifs réguliers. les problèmes de maintenance de mise à jour deviennent impossibles, d’où de nombreux articles qui ne sont plus actualisés depuis de 12 ans concernant des artistes, romanciers, poètes, dramaturges, acteurs, etc….
    Tôt ou tard WP va se disloquer en plusieurs WP et espérons que cela se fera selon les modalités de Wikiversité où les pieds nickelés seront écartés.

  6. Nicolas dit :

    On peut très bien faire fi de Wikipédia en refusant la mise en avant artificielle de Google : il suffit d’ajouter « -Wikipedia » à une recherche et tous les résultats provenant de ce site web seront exclus. Il existe encore des livres bien mieux écrits et plus complets mais pas sur les Pokémons ou Naruto.

    Merci d’indiquer quelques liens concernant le CNED.

    Projets universitaires? Lesquels? Ceux initiés par des Wikipédiens? Combien de ces ateliers aboutissent-ils à des contributeurs permanents?

    Je ne doute pas qu’il y ait des contributeurs honnêtes mais en continuant à publier du contenu valable sur Wikipédia ils apportent en fait un vernis de respectabilité à des entreprises commerciales, d’auto-promotion, de désinformation. De fait ils se font complices, passifs peut-être mais complices quand-même. Moi j’ai refusé de me compromettre à ce point.

    La façon de faire que vous promouvez (communications secrètes) est tout autant partagées par les malfaisants de WP: nous voilà bien loins des idéaux de transparence proclamés officiellement.

    Selon la théorie wikipédienne, WP n’est pas là pour faire « avancer le savoir » (c’est le travail des chercheurs) mais pour le « résumer ». Le problème est qu’il n’y a aucune ligne éditoriale et que le site devient progressivement un fanzine sportif. Il n’y a pas synthèse d’un « savoir » mais dilettantisme : la plupart des contributeurs réguliers ne le font absolument pas dans leur domaine de compétance mais celui de leur hobbi(s).

  7. Tex Avery 31 dit :

    toutes ces critiques sont justes mais, mais, mais
    Wikipedia quand même….
    Quoique nous pensions du rôle de certains patrouilleurs, administrateurs, de l’esbrouffe des 2 millions de fiches, des pages sans références, des pages non réactualisées depuis plus de 10 ans, le côté farfelu de créer des pages concernant des personnes, des lieux obscurs dénués de tout intérêt, etc., il demeure que WP existe et que l’on ne peut pas en faire fi.
    Il faut remarquer que des améliorations se sont faites, ainsi dès qu’un nouveau s’inscrit, il peut recevoir un guide bien fait, sauf que pour être prévenu, il faut créer une page de discussion à sa page d’utilisateur, mais ça avance.
    Dans la pratique cette encyclopédie est la plus consultée et fait référence quoiqu’on en pense. Je donne un exemple parmi mille, le CNED dans ses document fait référence de façon permanente à WP.
    Des projets universitaires s’inscrivent dans WP.
    Bien évidemment, il y a trop d’administrateurs dont compétences encyclopédiques ne sont pas nulles mais négatives….
    Alors que faire ?
    Il existe des contributeurs honnêtes qui connaissent les agissements des petits inquisiteurs, alors ils font leur travail de fourmi, en silence en neutralisant toute polémique, car ils savent qu’ils sont perdants d’avance s’ils tombent dans le piège et qui communiquent entre eux par le biais de la fonction courriel ou par par d’autres voies. Personnellement je me fiche éperdument de la racaille des patrouilleurs censeurs, mais je pense aux utilisateurs de WP, et là je continue de contribuer à bas bruit, comme on dit… Dès qu’un malfaisant m’agresse, je me confond en excuse, « oh oui grand bawna comme tu as toujours grandement raison et que je suis une pauvre merde indigne de lever le regard vers toi…. » le connard ayant joui, il me fout la paix. donc avançons à visage couvert, protégeons les gens inexpérimentés qui se font harceler et faisons avancer le savoir.
    Je dis merde à WP mais bienvenu aux personnes qui consultent WP.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s