Un canular pseudo-scientifique de plus de 6 ans sur Wikipédia

En lisant le Bistro du 14 juillet 2017, on tombe à nouveau sur un canular qui durait depuis le 16 mars 2011. Il s’agit de l’échelle de Kashimuka « pour la mesure de la toxicité des gaz » dont le dernier échelon est la « destruction des murs non renforcés à cause de l’acidité de l’air » et évalué par de consciencieux encyconpétants « ébauche d’importance moyenne pour le projet chimie » … MDR


L’échelle de Kashimuka est une échelle de mesure utilisée depuis 1992 pour la mesure de la toxicité des gaz. Elle tire son nom du professeur japonais Kashimuka1, spécialiste de la toxicité des gaz et de leurs effets sur la santé des êtres vivants. L’échelle se décompose en 10 marches et chaque échelon correspond à une description visuelle et olfactive du milieu aérien, contrairement à l’échelle de Montour qui utilise une échelle logarithmique pour la toxicité sur les organismes biologiques.
Une série d’expériences est conduite depuis 1994 par un de ses élèves pour vérifier l’adéquation de cette échelle aux nouveaux gaz recensés2.

Description

Grade de l’échelle Description des effets ressentis
0 Aucune senteur, aucune couleur, le gaz est absent ou uniquement détectable par des appareils de mesure extrêmement sensibles
1 Le gaz est légèrement présent mais non détectable par la plupart des êtres humains, aucune coloration
2 Le gaz est légèrement détectable à l’odorat, non détectable à la vision. Aucun effet sur les infrastructures ni sur les organismes vivants
3 Le gaz est clairement détecté par l’odorat, la plupart des êtres humains ne l’identifie pas clairement ni ne le voit. Aucun effet sur les infrastructures, quelques personnes peuvent souffrir de légers maux bénins
4 Le gaz est détecté par l’odorat et la plupart des êtres humains peuvent l’identifier et le voir. Aucun effet sur les infrastructures, la plupart des personnes souffre de légers maux bénins (nausées, vertiges, picotement des yeux)
5 Le gaz est détecté par l’odorat et la vision, il est facilement identifiable par les personnes subissant son effet. Les effets du gaz sont répandus dans l’ensemble des personnes touchées
6 Aucun effet sur les infrastructures. Le gaz obstrue partiellement la vision du fait de sa concentration. Les effets secondaires du gaz sont totaux
7 Les murs et les infrastructures commencent à subir les effets de l’acidité de l’air. Le gaz obstrue la vision de manière significative
8 Les murs non renforcés sont fissurés à cause de l’acidité ambiante, la vision est très fortement obstruée par le gaz
9 Destruction des murs non renforcés à cause de l’acidité de l’air, la vision est totalement obstruée par le gaz

Critiques

Cette échelle est régulièrement critiquée[Par qui ?] du fait de la difficulté de l’adapter à d’autres organismes vivants que l’être humain.

Notes et références

  1. K.Y. Kashimuka, A Scale to Grade the Effects of Gaz Poisonning on Life Beings, Prutokaki University, 1992, Biology Journal p. 189-194
  2. Princess A. Derouet, Studies on Behavior of Human Being on Gaz Poisonning with respect to the Kashimuki Scale, Proutokaki University, 1994, Biology Journal, p. 174-178

 

Sur la page de suppression mise en place, The Titou – qui prétend sur sa page de présentation avoir fait des études de chimie mais semble ignorer le BABA de la démarche scientifique – vote pour la conservation au titre qu’il y a « deux sources centrées sur deux ans dans la section Notes et références de l’article et qu’elles soient mal ou pas reliées au reste de l’article ne justifie pas une suppr[ession] ». Puis, suite au commentaire moqueur du pseudo Un historien, admet « Je n’ai effectivement pas vérifié ces deux sources [!] donc je ne peux pas certifier qu’il ne s’agit pas d’un canular – alors fort bien élaboré au demeurant« . L’homme qui se prétend scientifique ne vérifie donc pas les sources présentées et valide une fiche qui se termine par une allusion à des gaz destructeurs de murs; en bon wikipédien, il se contente de deux lignes au bas d’une fiche pour conclure à la véracité de Wikipédia.

Sur sa première PU de janvier 2010, The Titou prétend avoir « 24 ans » et « [faire] des études de chimie ». Onze mois plus tard, il a « 34 ans » et fait toujours des études de chimie. En juin 2011, il admet être le faux-nez de tpa2067 (bloqué indéfiniment) où il se présente commme docteur en chimie inorganique. Ses pseudos parsèment Wikipédia d’une référence à « Synthèse et caractérisation d’aimants à précurseur moléculaire, Thèse de doctorat de J.-C. [ndlr: Jean-Christophe] Colin, 1994, Université de Paris XI Orsay ». Un mois plus tard, il est né le 20 mai 1967 et il a enfin terminé ses études de chimie… S’il dit vrai, on pourrait aisément le ranger dans la série autopromotion de mes oeuvres et conflit d’intérêt.

Contrairement au sort subi par les fiches André Maurin ou Jean Favre effacées en catimini, l’échelle de Kashimuka est complaisamment re-cataloguée « pastiche ». Encore une fois, démonstration est faite qu’il ne faut pas pondre un canular très élaboré pour que les égos-boursoufflés-qui-se-la-pètent-en-se-prenant-pour-des-encyclopédistes-modernes tombent dans le panneau.

Publicités
Cet article a été publié dans canular, conflit d'intérêt. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s