L’auto-promotion sur Wikipédia. 2 Moi et mes œuvres

Règle n°7 : Évitez l’autopromotion éhontée

Ten Simple Rules for Editing Wikipedia

Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir.

– Les animaux malades de la peste, Jean de la Fontaine

En principe, les wikipédiens ne sont pas là pour parler d’eux-même ou de leurs œuvres. C’est par essence contraire au sacro-saint principe de neutralité de point de vue et explicitement proscrit dans Wikipédia:Conflit d’intérêts et Wikipédia:Autobiographie. L’article dont est tiré la règle citée ci-dessus est en partie écrit par Magnus Manske, wikipédien de la première heure qui a l’honnêteté de ne pas éditer sa propre fiche.

Cependant, comme on peut le constater tous les jours sur Wikipédia, les règles sont appliquées de manière très variable selon que vous êtes un administrateurs, un contributeur en vue, un simple péon ou pire, totalement extérieur à Wikipédia et sans moyens ou volonté de payer une société d’e-réputation.

Voyons quelques cas de flagrant délits d’auto-promotion éhontée de leurs œuvres perpétrés par des wikipédiens, dont certains sont des administrateurs censé faire respecter les règles.

Johann Dréo aka Nojhan

L’ancien administrateur Nojhan (Johann Dréo) est une grosse tête! Son profil LinkedIn est enregistré sous le même pseudo : « nojhan ». Diplômé de l’Université de Rennes I (Master’s degree, Evolution, ethology and ecology), post-gradué en biomathématiques de l’Université Libre de Bruxelles, il termine un doctorat en informatique à l’Université Paris-Est Créteil en 2004 et un post-doc à l’École Nationale Supérieure des Mines de Saint-Étienne en 2007, année où il devient ingénieur de recherche chez THALES Research & Technology. Apôtre de l’informatique « libre » (comprenez open source, rien à voir avec la liberté), il développe des programmes (ParadisEO framework) dont il assure la promo sur Wikipedia en anglais.

Sa carrière sur Wikipédia en français commence le 4 janvier 2004 et comporte deux périodes : présence moyenne pendant la période post-doc, quasi absence depuis qu’il a trouvé un travail rémunéré. Il a créé 43 articles et son rapport signal/bruit (+202 kb diff. articles hors révocations / 5,7 Mb volume absolu des modifications) est particulièrement médiocre : 3,54% et seulement 38% d’éditions dans les articles. Dès qu’on sort du recyclage de ses notes de cours, les articles créés sont insignifiants (Dimmuborgir par exemple).

Il devient administrateur en juillet 2005 suite à une candidature peu motivée comme on en trouvait à l’époque. Il adhère à Wikimédia France, participe à l’assemblée générale de 2006 et devient membre du conseil d’administration en janvier 2007 (et non 2006-2007 comme insinué sur son CV en ligne). Il s’occupe un temps de Planet Wikimedia et fait de la promo externe lors de nombreux colloques (2007). C’était encore l’époque de la croyance infaillible en Wikipédia, comme en témoigne la lecture – amusante de naïveté avec le recul – de son petit laïus pro-Wikipédia sur son site personnel.

En 2008, il ne se représente pas au conseil d’administration de Wikimédia France. Pourtant il continue à faire de la propagande sur un blog très wikilâtre, aujourd’hui en perdition : {{référence nécessaire}} Un blog de wikimédiens POV et qui était essentiellement alimenté par Schiste, aka Christophe Henner, président de Wikimédia France de 2014 à 2016 puis président de la Wikimedia Foundation.

En 2003, il co-publiait Métaheuristiques pour l’optimisation difficile, sujet ultra-confidentiel qui n’existe ni sur Encyclopædia Britanicca ni sur Encyclopædia Universalis. Il n’hésite cependant pas à en faire un article sur Wikipédia en février 2004 (peu après son inscription) et en reste le principal auteur (91,5% du texte). Et comme on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, il cite son ouvrage seul dans la bibliographie ; il renvoie même à son propre site internet dans « liens externes ». En juin 2009, il fait cependant un tout petit mea culpa sur les sources utilisées et transfère une référence de la section sources à la section bibliographie avec ce commentaire d’édition : « ce livre n’a pas été utilisé comme source, mais est une bonne référence pour en savoir plus ». Il est vrai que pendant plus de cinq ans la bibliographie a ressemblé à de la pure auto-promotion ; il fallait bien faire un peu diversion. L’auto-promo va même un peu plus loin sur Wikipédia en français avec la création d’une page « référence » pour son bouquin qui est mentionné dans quatre fiches wikipédiennes où il est bien entendu le rédacteur principal. Mais son livre, pourtant traduit en anglais, n’apparaît pas dans la version anglaise de Wikipedia où il n’est que le 2e contributeur (12,6% du texte) ; ceci explique peut-être cela.

La taille actuelle de l’article métaheuristiques est comparable à celle de celui consacré à Emmanuel Kant ou l’astrologue Élizabeth Tessier … Ça vous situe l’échelle de valeur des wikipédiens.

En recherchant le mot métaheuristiques sur Google, le complice infernal de Wikipédia, on tombe bien entendu sur l’article Wikipédia en tête des résultats et, partant, sur l’ouvrage de Johann Dréo et son site perso. Bingo ! Bien joué Nojhan/Johann Dréo !

Johann a son petit jardin pas secret et il ne manque pas de l’illustrer sur la fiche consacrée à Framasoft, réseau créé par son pote Alexis Kauffmann aka FramaKa, auteur à 52,7% de sa propre fiche sur Wikipédia, créée par un collaborateur de Framasoft S3b.

Contributeur très très démotivé, Nojhan totalise à peine 500 contributions depuis 9 ans : le travail rémunéré c’est bien mieux que creative common. Il ne perd son statut d’administrateur qu’en octobre 2015 alors qu’il n’avait pas utilisé ses outils depuis octobre 2009!

On terminera par le meilleur : Johann Dréo est le concepteur du logiciel Sci-Wi qui gère la revue de textes scientifiques par les pairs, pratique honnie par les wikipédiens.

Gilles Chagnon aka Litlok

Gilles Chagnon aka Litlok est professeur de physique et d’informatique, et ingénieur de formation au Service de Formation Continue de l’Université Paris 6 Pierre-et-Marie-Curie. Il débute officiellement sur Wikipédia le 7 septembre 2005 avec le pseudonyme GillesC. Au vu de la spécialisation des pages qu’ils modifie en premier, il n’y a aucun doute qu’il se soit fait la main bien avant. Il devient administrateur le 16 octobre 2006 après avoir créé beaucoup de pages d’homonymie pour gonfler son compteur d’articles (et beaucoup ont été supprimées); il devient bureaucrate le 7 novembre 2011 puis membre de l’équipe OTRS (il ne l’est plus) et enfin global renamer en 2014. Surtout, il a créé deux articles à partir de son mémoire de thèse Interférométrie stellaire dans l’infrarouge thermique: observations d’étoiles évoluées en bandes L et M en interférométrie : Fond thermique et Infrared Optical Telescope Array, sans citer aucune source et sans que personne n’ose lui demander des comptes.

Il adhère à Wikimédia France fin 2007 où il est référent des groupes de travail « Éducation et Recherche » fournissant des formations clé-en-main gratuites aux universités. Rallier à sa cause le monde académique est en effet une des obsessions majeures de l’association pour le libre partage de la connaissance (dixit). La Sorbonne s’y laisse prendre en 2015 et propose aux doctorants une formation à Wikipédia. La présentation laisse pantois :

Wikipédia : diffuser ses connaissances dans un environnement collaboratif et international

Wikipédia, projet d’encyclopédie libre collaborative, met à portée du grand public des connaissances et des savoirs auxquels il lui serait autrement difficile voire impossible d’accéder. Par ailleurs, il s’agit essentiellement d’un projet fortement pluriculturel car permettant à des personnes d’origines géographiques et d’horizons culturels très divers de travailler collaborativement à son élaboration. Ces deux aspects, mise à portée et libre diffusion de la connaissance d’une part, collaboration dans un environnement multiculturel et international d’autre part, en font un support de choix pour la professionnalisation des doctorants.

Wikipédia ne met aucun savoir difficile d’accès à la disposition du grand public : elle ne fait la plupart du temps que reproduire des sujets futiles que l’on retrouve ailleurs sur internet et, quand il s’agit exceptionnellement de sujet sérieux, c’est la pensée dominante qui est reproduite et pas le Savoir. L’invitation au séminaire (deux jours et demi tout de même) est taillée sur mesure pour appâter le chaland. La formation est donnée par deux administrateurs de Wikipédia : Gilles Chagnon (Litlok) et Jules Xénard (Jules78120), journaliste alors salarié de Wikimédia France grâce au service volontaire payé par la France. Un des objectifs de la formation est de pouvoir créer des articles « en lien ou non avec le thème de la thèse » et « argumenter factuellement sur la base de sources crédibles ». On se pince en constatant que Litlok crée des articles à partir de ses propres travaux sans mentionner aucune source …

Jacqueline Louviot aka Ji-Elle

Jacqueline Louviot aka Ji-Elle, qui a obtenu un doctorat en cinéma de l’Université de Strasbourg (1997), travaille à l’Université Henri Poincaré (Nancy I) et est présentée par Wikimédia France comme « chercheur en sciences de l’information et de la communication ». Sa carrière wikipédienne commence en février 2006 par l’édition d’un sujet qui la concerne: l’IUT de Saint-Dié-des-Vosges où elle donne donnera régulièrement des conférences sur Wikipédia (2015, 2016), en compagnie de Florian Pépellin (aka Floflo) par exemple. Très active au sein de Wikimédia France, elle anime régulièrement des ateliers de propagande comme la wikipermanence mensuelle qui se tient à la Cantine numérique rennaise ou à Strasbourg comme le montre un reportage de France 3 Alsace. Son autre compte n’a que deux éditions.

Pour une chercheuse, ses publications ne font pas foison. Google Scholar ne renvoie en fait qu’un seul résultat: sa thèse Le regard de sight and sound sur le cinema britannique des annees 50 et 60 soutenue en 1997. Si elle ne cherche pas beaucoup, elle se trouve par contre sur Wikipedia: la version française nous renvoie à Sight & Sound, Free Cinema et Bryan Forbes. Ji-Elle publie également en allemand et même en anglais!

Hervé Kalba aka Hkabla

Hervé Kabla aka Hkabla ne fait absolument pas mystère de son identité sur sa page utilisateur. Dans le civil, il est le créateur de la société d’e-réputation be-angels.fr déjà épinglée dans Florence Devouard & co. payés pour éditer Wikipedia. Il crée lui-même la fiche social selling où il insère son livre Le social selling expliqué à mon boss, Hervé Kabla & Sylvie Lachkar, éditions Kawa dans la section bibliographie.

Sur la fiche communication numérique, on retrouve bien sûr la mention d’Hervé Kabla. Elle est entièrement bâtie par des profils jetables : Franckmen pour la création puis une procession composée de Polette11, Gaellequerel, Auriane.d, Libellule julie, Carodm1084, CMathilde (regardez bien le timing le 27 juin 2012 de 15:08 à 16:24 … une vraie chorégraphie) ; Nicoleta.tarantus débarque le 4 juillet pour peaufiner tout ça ; Lomita (l’administratrice salariée de Wikimedia France) et Gzen92 (le wikilâtre d’Alsace vu au 20h de TF1 le 11 avril 2016) n’y comprennent rien ; il y a encore l’éphémère Vincent Gruyer et le profil réutilisable HAL 1967. Jules78120, le pourfendeur des sociétés d’e-réputation, à l’époque lycéen de 16 ans fraîchement nommé administrateur, repasse sur les broutilles et n’y voit que du feu. Ah le bel ouvrage ! Du vrai travail collaboratif comme on l’aime sur Wikipédia.

Publicités
Cet article a été publié dans conflit d'intérêt. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour L’auto-promotion sur Wikipédia. 2 Moi et mes œuvres

  1. jojohl dit :

    Les détracteurs de Lomita se défoulent ici, c’est très instructif https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Lomita&action=history

  2. Ping : Les journalistes du Monde interdits de jouer à Wikipédia | Wikibuster : Les dessous de Wikipédia

  3. profiteurs dit :

    ref nec ?

    http://cv.auregann.fr/

    Je ne connais ni son entreprise, ni ses résultats financiers, mais cela doit pouvoir se trouver…

    Voilà.

  4. Nicolas dit :

    que dire? être plausible ne suffit pas: ref nec …

  5. Profiteurs dit :

    être plus précis?
    Lea Lacroix : s’est servie de wikimédia France et plus particulièrement de la NCO pour se faire un carnet d’adresses et développer son entreprise
    Chistophe Henner : a quitté la France pour un poste de pilotage (grassement rémunéré) au sein du Board de la fondation wikimédia, tout en continuant ses activités professionnelles en France.
    Vallespi : nouveau président de WmFR, suite à la démission de Christophe Henner

    Avantages divers et variés :
    1/ CA en présentiel dans de sympathiques lieux de villégiatures, souvent de confortables hôtels dans des coins touristiques (logiquement, on fait le truc en IdF et on demande aux membres franciliens si il y a des lits dispos pour le WE, où dans un coin où il y a beaucoup de membres du CA).
    2/ notes de frais exagérées pour l’ancien président quand il venait à Paris (habite du côté d’Orléans) : restos (pas le traiteur chinois du bas de la rue), hôtels, transports (pour lui et madame)…
    3/ Anne-Laure Prévost n’a pas de pseudo perso, seulement celui-ci : Utilisatrice:Anne-Laure WMFr

  6. Nicolas dit :

    Petite mise au point pour lever un potentiel malentendu: les 5 billets (2 publiés à ce jour, 3 à venir) au sujet de l’auto-promo sur Wikipédia concernent avant tout les contradictions éditoriales de WP:fr qui prétend dans sa comm’ avoir des standards exigeants alors que cela ne résiste pas à l’analyse — de manière générale mais aussi dans les cas particuliers d’auto-promo expliqués dans ces billets. Les turpitudes de Wikimédia France, ce n’est pas loin mais ça reste un autre sujet.

    Concernant les bénéfices financiers, B. Évellin est salarié de la WMF et c’est chose publique; reste à voir si c’est un salaire moyen ou s’il est gonflé (ce que vous sembliez affirmer dans un autre commentaire) et surtout quelles sont ses prestations concrètes et si elles ont un quelconque intérêt.

    Pour les (ex-)membres du CA (Henner, Lacroix, Vallespi), il faudrait préciser plus avant ce à quoi vous faites allusion. Les membres du CA ne le sont-ils pas à titre bénévole?

    Chagnon: bah, si je regarde ce qu’il publie sur Wikipédia, je ne vois que l’habituel prêchi-prêcha superficiel qui tient plus du témoignage du croyant (ou pas d’ailleurs) intéressé que d’une analyse de niveau scientifique.

    Quel est le pseudo WP d’Anne-Laure Prévost?

  7. profiteurs dit :

    Jeter dans le même sac Lomita,JJG et Schiste, c’est effectivement faire preuve d’un manque singulier de recul.

    Lomita fait de la maintenance et n’en tire aucun bénéfice personnel, si ce ne sont que des entrées de musée, des invitations à des raouts culturels vaguement mondains (choses que l’on peut assimiler à des gratifications en nature pour des bénévoles d’associations)…; certes, il y a profit, mais cela n’a rien à voir avec Henner ou Evelin (les uns vivent de ce qu’ils ont été sur les projets, l’autre profite de quelques facilités données en échanges de participations à des rencontres, initiations…)

    Chagnon se sert de son activité sur wikipédia dans le cadre de sa carrière universitaire, mais c’est lui rendre justice de constater qu’il était déjà universitaire avant de contribuer sur wikipédia (sa participation à wikipédia lui a simplement ouvert d’autres portes, en termes de carrières et de sujets de recherche, dans le cadre d’une carrière déjà bien remplie).

    JJG, c’est plus compliqué, mais on peut affirmer que, mis à part un peu de pub lié à ses deux ou trois passages TV, ça va pas très loin.

    Par contre, Henner, Evellin, Lacroix (Auregann), Vallespi, j’en passe des vertes et des pas mûres, on est vraiment dans le bénéfice autrement plus sonnant qu’un simple accélérateur de carrière, qu’une célébrité éphémère ou quelques entrées gratuites, visites premium de musées/expos ou virées studieuses mais détendues pour « libérer » une ville.

    Cordialement

  8. Nicolas dit :

    Cher Caïus Cosadès,
    En effet! et la page du CA de la MWF a même changé: Émeric Vallespi/ShreCk est le nouveau président. On attend toujours le PV de la réunion … WMF est plus prompte à communiquer pour une levée de fonds. Et Ch. Henner/Schiste fait progresser sa carrière bien plus vite que ses contributions (500 depuis novembre 2007), à moins qu’il ne dispose de quelque(s) faux-nez stakhanoviste(s) tout discret(s) dont vous ne manquerez de nous tenir informés.
    Si je manque d’informations c’est que Wikimedia/Wikipedia a un fonctionnement particulièrement opaque, bien loin de la transparence proclamée. Au passage, cela prouve à ceux qui en douteraient encore que je ne suis pas un insider de l’organisation.
    Quelles sont ces choses bien plus graves? Ici vous n’êtes pas sur Wikipédia, vous êtes libre de parler.
    « jeter dans le même sac des Lomita, des Schlum ou des JJG avec Schiste et consorts de Wikimédia France, c’est manquer de beaucoup de subtilités »: pourriez-vous être plus précis?

  9. Nicolas dit :

    Salut Luca 🙂 Il faudra poursuivre cette chansonnette 😉

  10. lucabuster dit :

    1) Quand on insulte avec hypocrisie on ne tutoie pas.
    2) Il n’y a pas de « s », ici, à subtilité.
    3) 4) 5), etc……

  11. lucabuster dit :

    Vous travaillez pour qui, Caïus ?

  12. Caïus Cosadès dit :

    Précision : Christophe Henner/Schiste n’est plus président de Wikimédia France depuis un mois, c’est-à-dire depuis qu’il s’est fait nommer dans le saint des saints, le Board of trustees de la Wikimedia Foundation.

    Tu dis (parfois) des choses intéressantes, Nicolas, mais tu manques encore de beaucoup d’informations, ce qui fait que tu passes régulièrement à côté de certaines choses bien plus graves, quand tu ne te trompes pas purement et simplement de cibles. En particulier, jeter dans le même sac des Lomita, des Schlum ou des JJG avec Schiste et consorts de Wikimédia France, c’est manquer de beaucoup de subtilités 😉

  13. lucabuster dit :

    Wikipedia ment
    Wikipedia ment
    Wikipedia ment effrontément

    Claude Mariotti

  14. Ping : Florence Devouard & co. payés pour éditer Wikipedia | Wikibuster : Les dessous de Wikipédia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s