Des bouffons de Wikimedia moqués par une wikipédienne

Voici une nouvelle réponse à l’article « Wikipedia : quand la fin du web libre se donne en spectacle ». Il s’agit d’une ex-wikipédienne, Eliane Daphy, qui ne mâche pas ses mots sur les potiches habituelles de Wikimedia France.


Dorialexander – Alexander Doria alias Pierre-Carl Langlais – fait rien qu’à raconter des bêtises, c’est normal, il ne connaît pas fr.wikipédia, il se contente d’en causer partout comme si. Il procède de même d’autres sujets, par exemple les archives ouvertes scientifiques, le droit de la propriété intellectuelle…

La solution la plus facile pour avoir une page sur fr.wikipédia pour un sujet contemporain est qu’il soit référencé par un des nombreux sites sites de la fachosphère (le choix est vaste : pseudos agence de presse, blogs de militants politiques, sites des cathos intégristes, égalité & réconciliation, j’en passe et des plus glauques).

fr.wikipédia n’est pas une encyclopédie, c’est un site qui sert à promouvoir les idées de Soral, Camus, Zemmour… Vous devriez être fier de disparaître de wikipédia. De nombreux grands universitaires ont été virés par des contributeurs zélés autant qu’ignorants. Nombreux sont celles et ceux qui ont des pages wikipédia et qui préféreraient ne pas en avoir. Avoir une page wikipédia, c’est prendre le risque de la voir salie par les saloperies publiées par un anonyme sur un quelconque site d’extrême-droite…

Ne vous fiez ni à Rémi Mathis ni à Alexander Doria alias Pierre-Carl Langlais quand ils vous racontent les règles de fr.wikipédia. Sur ce site, il y a des centaines de milliers de pages sans aucune source… mais Mathis.

Ne demandez ni à Rémi Mathis ni à Alexander Doria alias Pierre-Carl Langlais de vous parler de l’extrême-droite sur fr.wikipédia, ils vous répondront qu’il n’y a pas de contributeurs d’extrême-droite sur leur jolie encylopédie, ils ne connaissent même pas leurs collègues administrateurs, ils ne savent rien de ce que publient les contributeurs les plus importants en nombre d’éditions.

Ne demandez ni à Rémi Mathis ni à Alexander Doria alias Pierre-Carl Langlais s’il y a de la publicité masquée sur fr.wikipédia, ils vous répondront que tout est vérifié et sous contrôle, et comme preuve de l’absence de pub, ils vous causeront de ce qui se passe sur en.wikipédia…

Ne pas être sur fr.wikipédia, quand on est comme vous cité sur de nombreux sites et que l’on dispose de son propre site perso, c’est garantir que les internautes seront dirigés vers votre site, et pas vers fr.wikipédia…

Eliane Daphy, commentaire sur « Wikipedia : quand la fin du web libre se donne en spectacle », 16/10/2014

Publicités
Cet article a été publié dans Analyses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Des bouffons de Wikimedia moqués par une wikipédienne

  1. Paul Dufort dit :

    Bonjour

    quand l’étoile de wp aura pâli, c-à-d quand Gogole la reléguera à la 2ème page de ses réponses(ce n’est plus une hypothèse, c’est une certitude, la seule question étant celle du moment), je pense que le problème de la responsabilité de certains wikipédiens quant à leurs écrits se posera en termes juridiques. Ce jour là, l’assos ne bénéficiera plus de l’aura dont elle bénéficie à ce jour et certains se montreront moins enclins à ignorer ce que rapporte l’article qui leur est consacré sur wp. Ce jour-là, disais-je, l’assos se retrouvera en première ligne et sera obligée de passer sous les fourches caudines de la puissance publique, comme cela a été partiellement le cas lors de l’affaire DCRI : une petite campagne de presse sur la fiabilité de wikipédia.fr et sur la réalité des arrières cuisines, un coup de pression sur Gogole.fr (par exemple, multiplier les contrôles fiscaux des entreprises clientes de Gogole.fr: quand on cherche bien, on finit toujours pas trouver quelque chose [règle de base de toute administration fiscale qui se respecte]…) et le tour sera joué, wikipédia sera progressivement mais définitivement reléguée, non dans les oubliettes d’internet, mais dans les profondeurs du classement Gogole, ce qui revient à peu près au même….

    Une alliance objective se nouera donc entre différents contempteurs de notre chère encyclopédie en ligne, avec la DCRI à la manœuvre, les subventions et les partenariats ne seront pas renouvelés… à ce stade, soit les responsables de l’assos cèdent (fournissent les moyens de retrouver les contributeurs dont le pseudo aura été cité dans une plainte) et peuvent continuer de faire vivre l’assos, soit ils ne cèdent pas, leur capital sympathie est rapidement détruit (c’est fou ce qu’on peut faire avec une bonne campagne de presse…), et wm.fr met la clef sous la porte, même si wp.fr continue de fonctionner…

    Cordialement

  2. @Wikibuster : oui, c’est vraiment vicieux, Et non seulement les lecteurs sont désinformés, trompés, ou pris pour des idiots, mais wp a poussé le vice jusqu’à empêcher quiconque de recevoir une demande positive à une plainte importante et justifiée : les « responsables » sont anonymes par leurs pseudos > que faire contre des anonymes qui vous méprisent et vous insultent ? Un autre des effets pervers de wp est que beaucoup de jeunes (lecteurs et wikipédiens) auront passé beaucoup de temps à utiliser ce site avant de se rendre compte qu’ils ont souvent été grugés dans leur lecture. Au final beaucoup de gens auront été écoeurés, Ca risque de continuer un long moment comme ça, avant que wp perde toute crédibilité. Beaucoup de monde, même parmi les wikipédiens lambda et les admins, aura vécu un temps parfois très long sans même se rendre compte que ce temps fut une période d’esclavage et d’auto-censure. C’est un lieu commun aussi de rappeler que plus une organisation est attractive, alléchante, se proclamant lucide, généreuse, honnête et bienfaitriste (lapsus rigolo, lire « bienfaitrice » bien sûr), et plus ses vices sont cachés, plus son pouvoir de nuisance perdure et fait des dégâts qui ne seront jamais réparés. L’aveuglement, l’inconscience des gens qui proclament que leur projet d’encyclopédie est un projet non seulement humaniste, mais absolument génial, me fait dire que finalement, chacun n’aura eu que ce qu’il mérite. Et là, au moins, il y a une logique. Ah décidément j’adore les math – la philo aussi (chacun, ou presque, sait que c’est la même chose.
    Bonne soirée anyway
    Luca di Amoretti

  3. Wikibuster dit :

    @Claude : Ça ne t’a pas échappé que les méchants de Wikipédia sont incités à aller au bout de leurs comportements pervers, c’est une exploitation commode de leur travail car ces wikikapos font la sale besogne puis sont facilement éliminés quand ils ne sont plus présentables. Il y a un parallèle avec la connaissance sans auteur, Wikipédia c’est le savoir sans humains, comme pour sécuriser sa collectivisation.

  4. Re-bonjour Paul. Encore un joli post que vous nous livrez là, je plussoie complètement. J’aime beaucoup cette remarque que vous faites :
    « De plus, mettre à disposition un site sur lequel chacun peut écrire revient, SINON A APPROUVER CE QUI EST ECRIT, DU MOINS A EN ASSUMER UN PEU LA RESPONSABILITE, surtout lorsque l’on connaît ce qu’en font certains contributeurs et que l’on les laisse faire… »
    Elle résume très simplement beaucoup de choses à propos de l’encagement des wikipédiens, qui à mon sens est un énorme problème pour Wikipedia. Je suis aussi allé voir le lien que vous insérez sur les fichiers perso de Rémi Mathis :
    http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:R%C3%A9mi_Mathis?uselang=fr
    et je me dis que décidément, contrairement à ce que l’on entend souvent, le ridicule peut tuer. Si je ne craignais d’être trop désobligeant avec ce monsieur, je dirais qu’il y a quelque chose chez lui fait penser à quelque chose, comment dire, qui fait penser à de l’inutilité. Pour la suffisance c’est évident, et c’est aussi ce que l’on remarque avec de nombreux administrateurs, et même de simples contributeurs. Je repense ici à la célèbre Addacat, qu’on a mis des années à virer après qu’elle ait fait tous ses dégâts en toute immunité, soutenue pratiquement de toutes parts. Il était complètement impossible de discuter avec elle, elle réussissait à embobiner tout le monde – sauf ses très nombreux complices évidemment qui l’encourageaient à persévérer. Ils ne lui ont pas rendu service : ils en ont fait une furie totalement incontrôlable – mais eux s’en accommodaient très bien. Sans parler de Lebob (qui la soutenait mordicus d’ailleurs), encore très actif, bien remarquable aussi avec sa célèbre formule magique quand il n’est pas d’accord avec vous : « Vous insinuez que c’est une théorie du complot ? ». En ce moment il y a Bauval aussi, une matheuse. Plus nulle qu’elle dans le dialogue tu meurs. Mais tout le monde s’en fiche, car elle bosse beaucoup. LA BELLE EXCUSE… (comme Addacat autrefois). C’est ça Wikipedia : les gamins, les tarés, les hypocrites et les mafieux y font la loi. Si vous cherchiez une référence universelle, n’allez pas plus loin, Wikipedia s’autodétruit avec la bénédiction de tout le monde car il n’y a absolument rien à y faire, c’est une spirale infernale : on a tout essayé, à chaque « amélioration », c’est pire.
    Par rapport à votre phrase que je rapporte plus haut, j’ajouterais :
    « WIKIPEDIA, QUANT TU LES TIENS… »
    Cordialement,
    Cm8

  5. Wikibuster dit :

    Rémi MATHIS et Pierre Carl LANGLAIS (plus jeune je crois) sont des potiches interchangeables, des gens sans idée ni talent qui ont besoin de paraitre et qui ont adopté l’idéologie molle et factice véhiculée par Wikimedia. Ils récitent le même discours depuis des années et n’ont même pas pris le temps d’imaginer des réponses à leurs détracteurs. Quant à s’impliquer vraiment dans Wikipédia et proposer d’y construire quelque chose il ne faut pas y penser, idéologie libertarienne oblige. Ils affectent donc le mépris qu’on doit aux trolls mais c’est encore plus simple, ils ne savent pas quoi répondre, ils stagnent dans un déni pathétique.

    Sur l’emprise de la droite extrême sur Wikipédia c’est quelque chose que je découvre ces temps-ci avec surprise car j’aurais pensé que les wikipédiens se seraient prémunis d’une dérive susceptible de compromettre sévèrement la réputation du site. Mais ça reste logique car il n’y a aucun plan sur Wikipédia, aucune réflexion ni stratégie, le site est balloté au gré des pressions des groupes « mafieux ». Le pouvoir leur est en pratique octroyé par le temps qu’ils peuvent y passer et c’est l’exacte rémunération de cette implication, J. WALES l’a parfaitement compris et ne démentira jamais ce mécanisme sans lequel la pseudo-encyclopédie ne serait encore qu’un fantasme. Wikipédia est un projet à 100% pragmatique et opportuniste. Aurait-il été possible de créer une culture de la médiation en formant des wikipompiers opérationnels comme j’ai démontré qu’il était possible de l’être en 2009 (10 feux éteints et clos avec accord des contradicteurs en 10 jours) ? Franchement je n’en suis pas sûr, la raison en est que cela aurait produit un site pluraliste et c’est quelque chose qui n’aurait pas été accepté, les gens ne sont pas prêts à laisser s’exprimer toutes les opinions à égalité avec comme seule limite le respect de la loi, on en est très loin.

    Je pense donc comme vous que Wikipédia va s’étioler, se déliter de l’intérieur, aussi passer de mode, ne plus être attirant, ceux qui ne sont pas sur Wikipédia se feront une raison et se rendront compte que ce n’est pas la fin du monde et même peut-être la preuve de quelque qualité novatrice. Les plus jeunes bruleront le site associé à l’époque de leurs devoirs, dès qu’ils en seront libérés. Quelques scandales donneront l’occasion à la Presse de régler des comptes, et finalement le plus important, Google trouvera peut-être autre chose à mettre en avant. Je ne consulte jamais Wikipédia et je me suis ainsi rendu compte que quelques sites rendent de grands services, comme commentçamarche ou l’internaute. Bref je ne donne pas cher de Wikipédia à moyen terme.

  6. Paul Dufort dit :

    L’éternel problème de la présence de la droite extrême sur Wp? C’est vrai que c’est un marronnier et que ce marronier en titille plus d’un, moi y compris. Le problème n’est pas tant la présence de cette portion du spectre politique que l’absence de réponse, (ou quasi) sur wikipédia, de représentants d’autres portions du spectre politique… Cette droite serait pourtant facile à contrer si on s’en donnait un peu la peine, si on prenait le temps de les marquer à la culotte (nous avons déjà évoqué le cas d’un de ses illustres représentants : « un » renvoyant à l’unité du pseudo, pas forcément au singulier de la personne qui se cache derrière…). Ces contributeurs de droite viennent sur wikipedia pour imposer leur point de vue; comme ils connaissent le fonctionnement de wp, sont organisés, roublards et inventifs, ils ont pris le contrôle de larges parties de l' »encyclopédie » : à ce stade, il faut soit s’avouer vaincu et se retirer sans tambours ni trompettes, soit occuper le terrain, obtenir des succès partiels dans des espaces peu ou mal contrôlés, puis, à partir de ces espaces, attaquer le cœur de leur domaine, mais avec leur méthodes, alliant tenacité et attaques en groupes…

    Sur un autre sujet, le problème de Mathis et de Langlais, c’est qu’ils sont intoxiqués par leur propres paroles, ou font semblant de l’être. Mathis se sert de wikipédia pour sa carrière personnelle, comme l’atteste http://commons.wikimedia.org/wiki/Category:R%C3%A9mi_Mathis?uselang=fr . Le problème, c’est aussi un problème de génération : je pense Mathis (je peux le certifier pour l’avoir entendu en off sur la question) et Langlais totalement incapables de poser la question wp en termes politiques : wp, c’est quoi, en termes politiques? comment des groupes ou partis politiques peuvent s’en servir? L’un comme l’autre sont de jeunes trentenaires à qui on a rabaché jusqu’à plus soif un discours sur la fin des idéologies, ils s’inscrivent logiquement dans ce paradigme et je les crois incapables (nullement par incapacité intellectuelle mais parce que cela les remettrait en cause dans ce qu’ils sont, en tant qu’individus…) d’envisager une réflexion politique autour de wikipédia autrement que sous une forme prêt-à-penser mainstream… or une certaine droite extrême sait magnifiquement utiliser le vocabulaire politique actuel dans des cadres pas forcément adaptés aux échanges politiques pour avancer ses idées : Zemmour excelle dans ce registre.

    Sur le fond de la réponse de Mathis et Langlais, elle est bâtie sur le principe de la non-responsabilité de l’assos dans le contenu éditorial, ce qui est, à ce jour, juridiquement vrai, dans le sens où il n’existe aucune décision de justice applicable en France qui dise le contraire, mais éthiquement et moralement sinon faux, du moins erroné. Beaucoup d’admins français sont membres de l’assos française : il existe donc, dans de nombreux cas, une forme d’union entre l’assos et le corps des admins. De plus, mettre à disposition un site sur lequel chacun peut écrire revient, sinon à approuver ce qui est écrit, du moins à en assumer un peu la responsabilité, surtout lorsque l’on connaît ce qu’en font certains contributeurs et que l’on les laisse faire…

    Cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s