De l’addiction sur Wikipédia

Voici un échange entre commentateurs sur le thème de l’addiction sur Wikipédia, sur ce site le 3 août dernier.


Claude Mariotti : Je viens de cogiter un brin. Vous me connaissez, chaque fois que je suis attaqué ou qu’on s’attaque à quelque chose, ou quelqu’un que j’apprécie (genre Pierre de Fermat, genre Pierre Larrouturou, hi hi), au bout d’un moment il me vient une, ou plein d’idées. Voila : tous les wikipédiens sont addicts à Wp (j’y suis passé). Wp est une masse d’addicts réunis, vous êtes d’accord jusque là ? Une personne addict est toujours, plus ou moins, auto-destructrice (vous commencez à voir où je veux en venir) (je connais même des personnes qui lisent tellement de bouquins pour s’échapper du réel qu’ils sont complètement à côté de leurs pompes – c’est parfois stupéfiant). Il faudrait développer le sujet, ce serait intéressant, mais je crois qu’on peut déjà dire ceci : Une foule d’addicts qui défendent la même addiction – et de plus en plus becs et ongles, puisque les media sont de plus en plus nombreux à critiquer de Wp –, qu’est-ce que ça peut donner d’après vous ? Non je ne pense pas que Wp « s’autodétruira » au sens premier du terme, mais un de ses gros problèmes, j’en ai été témoin, est qu’elle n’a jamais voulu se remettre en question – « jamais PU se remettre en question » serait plus exact, car par nature, Wp est une utopie, une usine à gaz, aussi, dans son « organisation » (hum), un jeu de rôles aussi, avec la plupart de ses admins (et pas mal de péons aussi…), un lieu de bagarres aussi, etc. Bref, je continue. Une foule d’addicts qui COLLABORENT (sic) sur Wp, défendant la même addiction, et qui ne pourront jamais vraiment se remettre en question malgré tous leurs efforts, rendront cette addiction à Wp de plus en plus inguérissable (nous sommes trop peu nombreux à quitter Wp). Les contributeurs défendront de plus en plus l’objet-Wp (très attaqué nous l’avons vu) en augmentant, donc, sa subjectivité – que j’appelle, pour faire court même si c’est désobligeant, la subjectivité Michu (madame Michu). J’avais un peu abordé sur d’autres billets ce sujet de la subjectivité qui augmente sur Wp, de la SURINTERPRÉTATION qui augmente elle aussi afin de s’opposer aux nombreux faits, OBJECTIFS, eux, mais trop singuliers pour avoir DROIT DE CITÉ sur Wikipédia. Or, ces faits objectifs et singuliers, sont pléthore. Et de plus en plus nombreux (encore un thème qu’il faudrait développer).
Résultat des courses ? Je suis persuadé que de plus en plus de personnes connaîtront le manque d’objectivité, d’exactitude de Wp. Où trouverons-nous alors, les bonnes informations ? Quelles bonnes ressources nous resteront ? La réponse est simple, les très bons livres papier ne disparaîtront jamais, les très bons sites spécialisés ne disparaîtront jamais. Wikipédia vivra toujours, mais on saura de plus en plus ce qu’elle est. Et ce qu’elle n’est pas.

J’ai oublié un mot important : avec la surinterprétation, afin de s’opposer aux faits objectifs mais trop singuliers pour avoir droit de cité dans les articles de Wikipédia, il y a aussi, c’est plus grave, la SUREXPOSITION (des idées mises en avant par WP) – c’est un élément de compréhension très important pour qui veut s’informer sur Wikipédia en limitant le plus possible le risque de désinformation. Un test relativement facile à faire : si vous voyez une tonne d’arguments pour défendre une idée promue par Wp, observez si ces arguments sont cohérents entre eux – très souvent ils ne le sont pas et parfois ils se contredisent –, regardez aussi les sources avancées, voyez qui sont les auteurs (anciens ? partiaux ?), jetez un coup d’œil aux pages de discussion (riches d’enseignements).

Le conteur : votre analyse sur le caractère addictif de wikipedia est intéressant; je vais néanmoins aller plus loin.

Vous dites que les contributeurs sont addicts; je l’admets. Que recherche un addict ? à satisfaire es besoins liés à son addiction. Avec qui cherche-t-il à les satisfaire ? avec des personnes comme lui, qui lui renvoient sa propre image, qu’il peut comprendre, avec lesquels il partage le même schéma mental.

Ceci posé, que devient, dans le modèle défini plus haut, le perturbateur, celui qui ne renvoie pas exactement l’addict à sa propre image? il est rappelé à l’ordre, moqué, ostracisé, mis de côté, pendant que l’on prépare son procès en sorcellerie, qui aboutira à son excommunication, son exclusion de la communauté (on ne brûle plus les hérétiques devant la cathédrale)… Exclu de la communauté, que devient l’ancien wikipedien? soit il passe à autre chose, soit il tente de revenir (si il fait profil bas, si il évite la fréquentation de certains fâcheux, il a toutes les chances de pouvoir tracer à nouveau son chemin wikipedien), sinon, rebelote, sanction plus lourde…

Vous remarquerez l’emploi de termes choisis dans le champ lexical de la religion. C’est voulu, parce que wp fonctionne de plus en plus comme une église, avec ses dogmes, ses pratiques, ses gardiens du temple, ses desservants, ses diacres… à ceci près que si la plongée dans la religion suppose un travail sur soi et en soi (sur les raisons de son engagement…), alors que wp ne demande pas ce travail préalable… ou si peu. Nous nous plaçons donc dans le domaine de la religion… Or, la religion ne constitue pas le cadre le plus propice à la remise en question de soi, puisque le croyant ne recherche pas l’altérité dans l’autre, il recherche sa propre image; or c’est au contact de l’altérité que se construisent les conditions de la remise en cause de soi.

Sur wikipedia, nous rencontrons des croyants qui font, mais ne réfléchissent pas au sens de ce qu’ils font. Réfléchir au sens de ce que l’on fait aboutit, toujours à la question du pourquoi, mais dirigée vers soi, donc ce qui entraîne sa propre remise en cause; le cheminement peut être celui-ci :

1/ je contribue sur wikipedia; si je contribue, c’est que j’y trouve une satisfaction
2/ question 1 : pourquoi je trouve une satisfaction ?
3/ réponse personnelle à chacun d’entre nous
4/ question 2 : mais est-ce que je peux trouver cette satisfaction ailleurs que sur wp ?
5/ réponse : peut-être, mais sur wp, on est une communauté, on est ensemble, on communie à quelques chose de grand.
6/ question 3 : est-ce que la grandeur de l’objet et de l’objectif vaut la peine de consacrer tant de temps devant son ordinateur, sachant qu’il y a tant de chose à faire ailleurs ?
7/ question 4 (subsidiaire à Q3): pourquoi j’y consacre du temps ?
8/ réponse personnelle à chacun d’entre nous
9/ question 5 (subsidaire à Q4) : pourquoi je contribue sur wp ?

Q9 ne peut être posée qu’à l’issue d’un cheminement plus ou moins long, mais R8 est toujours présente dans le processus, peut-être à un autre moment, plus ou moins complexe, mais toujours personnel. à ce stade nous retrouvons le sens de la contribution (entendu l’acte de contribuer). Si nous sommes parvenus à donner sens à cet acte, nous quittons le domaine de la religion, nous devenons donc dangereux au sein de la communauté parce que nous sommes conscients de ce que nous faisons sur wp, nous savons pourquoi nous le faisons, nous contribuons consciemment, pas inconsciemment; en d’autres termes, nous savons pourquoi nous allons à l’office… Pour les desservants, le fidèle qui connaît la raison pour laquelle il communie est plus dangereux que le non croyant : fidèle, je ne me retrouve pas totalement en lui. le non croyant, lui, est ignoré ou moqué; l’hérétique ou l’apostat (dont sont l’ensemble des témoins de ce site), parfaitement au courant de ce qui se passe après le culte, connaissent les joies du procès en sorcellerie et sont excommuniés pour qu’ils ne puissent pas poser la délicate question Q9 à d’autres, les incitant au cheminement qui aboutira à en faire des personnes conscientes de leurs croyants : « je crois parce que… »

Publicités
Cet article a été publié dans Analyses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour De l’addiction sur Wikipédia

  1. Un petit complément moi aussi. J’ai toujours douté, comme on a pu le lire parfois, que si les femmes qui contribuaient sur wikipédia étaient largement minoritaires (dans les 13 %), c’était surtout une affaire de sexisme. Ce n’est pas surtout cela. L’homme, en général, est un bâtisseur, il aime être dans l’action. La femme, elle, est plus portée vers la communication, l’échange, l’émotion. De plus, à mon avis, quand une femme qui serait désireuse d’écrire sur des articles sur wikipédia lit les guerres incessantes entre wikipédiens, certaines pages de discussions pleines de conflits, de sarcasmes, d’avertissements, de blocages, et surtout l’incompétence qui caractérise les administrateurs, qui ne sont que des matons – et j’oubliais, en effet (@Le conteur), certaines pages utilisateurs très prétentieuses, la femme qui découvre avec stupéfaction cette triste ambiance n’a la plupart du temps aucune envie de se frotter à ces bandes de gamins qui en contribuant sur Wikipedia ont le FANTASME DE CONSTRUIRE LE MONDE. C’est rigolo d’ailleurs, je repense à ce qui a souvent été dit, ici et ailleurs : Wikipedia est un fantasme, une utopie (utopie de construire une encyclopédie sans aucun expert vérificateur). La grosse majorité des wikipédiens ont plongé droit dans ce fantasme, non seulement ils espèrent (l’espoir fait vivre) construire une encyclopédie, mais ces addicts sont dans un autre monde, à côté de leurs pompes, ils se construisent leur monde à eux. Ah j’aimerais bien un jour, voir un film, une fiction, qui rendrait compte de cela, à la façon du film « Le dictateur » de Chaplin. Ou alors, toujours bien sûr au lieu de seulement des paroles échangées comme sur les pages de discussion Wp, on aurait, peut-être en dessin animé ou en BD, quelque chose qui, sans citer Wikipédia évidemment (ce serait plus bien rigolo), mais, faisant référence à un Machinpédia et partant de petits conflits absurdes, mettrait en scène (visuellement donc) les protagonistes, qui quitteraient de temps en temps leur écran wikipédien pour aller retrouver leurs bandes respectives de wikipédiens bien vivants pour des combats à mort, avec chausses-trappes, coups de couteau dans le dos, retours aux écrans michupédiens, mais vengeance d’édition d’un autre camp, tribunaux michupédiens, avocats marrons, emprisonnements, évasions, faux-nez rigolos, quelques administrateurs suicidés (beaucoup même mais pas tous, faut qu’il en reste, les plus c…), etc etc etc etc
    Les addicts à wikipedia qui y passent plusieurs heures par jour en se « cultivant », acquièrent des connaissances qui les valorisent, ils acquièrent ce que l’on a coutume d’appeler une tête bien pleine. Ainsi leur estime pour ce que leur permet d’apprendre wikipedia grandit. Au fil du temps cependant quasiment tous les wikipédiens, dont aucun d’entre eux n’est jamais satisfait du projet WP (parfois même très révolté de ses pratiques mafieuses), s’en vont voir ailleurs. Mais ils partent toujours trop tard, ils se sont beaucoup trop accoutumés à assimiler passivement ce que les autres wikipédiens (qui rappelons-le ne sont jamais des experts) leur avaient proposé comme articles soi-disant neutres mais sourçant leurs articles d’après tout ce que leur propose la pensée la plus commune ; ainsi, se fiant toujours aux sources choisies par Wikipedia, chez tous ces wikipédiens addicts, l’esprit critique, qu’ils pensent avoir aiguisé, s’est amenuisé. Ils se sont gavés d’informations plus ou moins déformées, parfois très exagérées quand ce n’est pas totalement fausses, et ont acquis un mode de pensée conforme au plus grand dénominateur commun, sans aucune originalité. Trop de jeunes encore (et même d’« adultes non jeunes ») préfèrent lire wikipedia que s’instruire dans de bons livres, visiter les meilleurs sites internet, écouter les meilleures émissions de radio ou de télévision. Bon, c’est pas l’tout, y a-t-il un réalisateur dans la salle ? Woody Allen, t’es dispo en ce moment ?
    Euh… je crois que j’ai abusé de mon droit de parole

  2. Le conteur dit :

    Bonjour

    Un petit complément.

    J’ai mentionné dans le billet repris plus haut la notion de croyance et de desservants du culte. Je souhaiterais le mettre en relation avec le pourquoi.

    En effet, Le croyant ne se pose pas la question du pourquoi et réagit violemment quand on la lui pose (je sais de quoi je parle…). En effet, cette question l’oblige à se remettre en question. Dans le cas qui nous préoccupe, deux types de questions : pourquoi je contribue sur wikipedia? pourquoi je suis rentré dans la quête des étoiles (les labels si fièrement exposés sur les PU)? On peut tracer un chemin proche de celui exposé plus haut avec les labels… qui structurent les réseaux entre wikipediens.
    Dans tous les cas dans la recherche du label, ce n’est pas l’amour du tavail bien fait, c’est le besoin d’une reconnaissance à peu de frais… mais, cela, personne ne l’avouera clairement

    Cordialement

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s