Autre réponse au Pacte de résistance au logiciel libre

Voici une autre réponse au « Pacte de résistance à l’idéologie du logiciel libre », par abitmol sur ce blog (10/11/2013).


« l’essentiel des logiciels prétendus libres n’est pas produit par des informaticiens bénévoles et altruistes mais par des entreprises »

1/ Affirmation gratuite. Rien ne permet de dire que la majorité des logiciels libres est produite par des entreprises.

2/ On s’en fout. On défend les logiciels libres. Pas les logiciels libres uniquement créés par des bénévoles. Pourquoi cette distinction stupide ? L’important c’est de pouvoir modifier derrière.

Par ailleurs l’argument « ça ne pourrait intéresser qu’une infime minorité de gens » est stupide.

On pourrait dire la même chose d’une voiture. J’arrive très bien à changer les plaquettes de frein sans être garagiste. Bon ce n’est pas bien compliqué. Mais sur un ordinateur, il y a des tas des choses que les béotiens peuvent faire, si on leur laisse la possibilité de le faire.

Pour changer une courroie, c’est plus compliqué, je ne sais pas faire. Alors je laisse mon beau-frère pour s’y atteler. Pareil pour le logiciel, si on veut modifier quelque chose, mais qu’on ne sait pas faire, on peut demander à un ami, ou embaucher quelqu’un pour le faire. Avec un logiciel propriétaire, on ne peux pas. On peut demander à l’éditeur un changement. S’il refuse, aucun recours.

Pour conclure, j’aimerais insister sur le fait qu’il ne faut pas prendre les gens pour des idiots. Là où je travaille, dans la bioinformatique, nous utilisons beaucoup de programmes en Perl. Comme le Perl est un langage interprété, les utilisateurs peuvent voir le code source (la recette de fabrication du logiciel). Restrictions budgétaires obligeant, les développeurs ne sont pas toujours disponibles. Eh bien nos biologistes, qui n’ont jamais rien développé de leur vie, on fait des modifications de manière empirique et en autonomie totale et ont réussi à améliorer des programmes de génération de chaines polypeptidiques en améliorant les performances en rajoutant des options à l’interface utilisateur et en augment la capacité et la complexité des chaines.

Bref, quelqu’un de motivé, arrive toujours à ses fins, quels que soient les obstacles.

Dire qu’un logiciel ne doit pas être libre parce que ça ne servira pas à grand monde est non seulement inexact, mais aussi méprisant (ou stupide) que de dire qu’il n’est pas nécessaire d’avoir de places de parking handicapé, ou des sous-titres pour malentendants. Tout ça touche si peu de monde finalement, pourquoi s’embêter ?

Publicités
Cet article a été publié dans Analyses, Creative Commons, Critique du blog, Logiciel libre. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Autre réponse au Pacte de résistance au logiciel libre

  1. Wikibuster dit :

    @Toto La Grosse : Je me fiche qu’un logiciel soit prétendu « libre », je l’utilise s’il est bon et dans mon budget, WordPress est donc dans ma cible à 100%. Que certains prétendent faire de la politique avec l’informatique c’est une perversion et une escroquerie que je dénonce, pour info les gens de WordPress sont là pour gagner leur croûte et c’est très bien.

  2. Toto La Grosse dit :

    C’est bien, de critiquer le logiciel libre, mais je pense qu’il faudrait alors penser à changer de moteur de blog, de language de programmation, de serveur web, de système d’exploitation pour ce blog ;).

  3. Wikibuster dit :

    Je n’ai pas d’avis sur le « noyau Linux », « linux est une immense collaboration » entre des gens qui à 75% sont des employés, en gros c’est la même chose que pour Windows, avec beaucoup d’enrobage médiatique.

  4. Wikibuster dit :

    La « fable invraisemblable » existe bien car les « libristes » sont très divers, en fait tous ne sont pas des faux derches… 🙂

  5. Wikibuster dit :

    Merci touriste de confirmer que le logiciel prétendu libre n’a rien d’altruiste, ça va mieux en le disant.

  6. Wikibuster dit :

    @sebrider002 : Les entreprises qui financent un système comme Linux en ont besoin, elles achetaient Unix auparavant et elle payent pour développer Linux aujourd’hui, c’est un transfert de financement probablement neutre pour elles. Le reste est une fable invraisemblable laissant croire qu’il y aurait quelque chose d’altruiste là-dedans ce qui est enfantin.

  7. sebrider002 dit :

    Il y a confusion entre les outils scientifiques et les outils commerciaux.

    Les outils scientifiques que sont les codes informatiques doivent-être libre pour le développement de la connaissance de la même manière que les codes du génomes doivent être libres. Richard Lewontin s’est battu contre la brevabilité du génome humain dans les années 80 et les OGM (Clone chimérique Breveté) dans les années 90.

    Les outils informatiques dites libres rentrent dans la vie quotidienne dans le cadre d’un marché libre. Sous cette liberté de diffusion libre et d’apparence gratuite se cache des entreprises qui ont pignons sur rue. Elles gagnent beaucoup d’argent sans retour et échange équitable envers les fans du libre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s