Wikipédia : un pillage de la littérature assumé

Voici un article qui illustre ce que nous dénonçons à longueur de blog et qui n’émeut pas grand monde, à savoir que Wikipédia est une entreprise de pillage de la littérature. Après avoir échoué à monter une encyclopédie commerciale l’aventurier d’Internet J. WALES et ses associés ont mis au point une formidable combine consistant à convaincre des milliers d’internautes de travailler gratuitement pour eux et cela s’est appelé Wikipédia.


Les wikipédiens-admins Arnaud et Sébastien,
deux adolescents en quête de pouvoir…

Puisqu’il s’agit seulement de recopier des informations n’importe qui peut participer, on a besoin d’aucune compétence particulière. Il n’est pas même nécessaire de savoir rédiger, on pompe et un autre maillon de la chaine se charge de mettre en forme, cela sera peut-être même un lecteur de passage révolté de lire un texte aussi mauvais. Peu importe, ce qui compte c’est que le site progresse et cela a marché principalement parce que Google a eu un intérêt à propulser le site devant tous les autres. Non seulement les experts ne sont pas nécessaires mais ils sont nuisibles à l’organisation car ils décourageraient les participants incultes. On comprend qu’après des années de fonctionnement de Wikipédia les gens qui ont un vrai savoir se sont tenus à l’écart et ceux qui ont essayé de s’intégrer ont été découragés par les wikipédiens.

Le contributeur idéal ne doit surtout rien revendiquer, il doit seulement travailler et se faire aussi anonyme que possible pour éviter toute honte de sa propre médiocrité, on pense aux étudiants qui pompent leurs cours. Idéologiquement Wikimedia Inc. « prouve » ainsi qu’on a pas besoin d’auteur pour écrire une encyclopédie. Le contributeur de Wikipédia sera donc un étudiant ou un chômeur, mais probablement ni un retraité ni une femme car ils seraient rapidement repérés par les petits gardes rouges qui tiennent la forteresse et éliminés pour non conformité à leur propre image.

Voici un article remarquable de Mathieu MARTINIERE qui a rencontré des spécimens de wikipédiens, paru le 28 mai 2013 sur Lyon Capitale. Ce journal est notre connaissance le tout premier à aborder le cas Wikipédia sérieusement : « Wikipédia : portraits de contributeurs passionnés ». Le journaliste a su faire sortir de l’anonymat deux wikipédiens parmi les plus prolifiques : « sebleouf » et « nonopoly » qui avec des centaines de milliers de « contributions » chacun semblent avoir embrassé Wikipédia comme on entre en religion.

Le premier est Arnaud, « ancien conseiller pour des courtiers en assurance en reconversion professionnelle », ça colle il n’a pas grand chose à faire et peut bien perdre son temps sur Wikipédia. Apprend-on qu’il contribue dans son domaine de compétence, les assurances ? Bien sûr que non car ce n’est pas ce qu’on lui demande, son rôle de wikipédien c’est de faire du remplissage, pas de communiquer ce qu’il sait vraiment.

Le second, Sébastien, traîne sur Wikipédia depuis 2008, il devait avoir à l’époque… 16 ans. C’est aussi à cet âge qu’il est devenu « administrateur » de Wikipédia et qu’il a pu commencer à exercer ses talents de censeur, de bloqueur, de propagandiste, bref de wikimafieux en herbe. Vous autres universitaires, chercheurs, ingénieurs et autres experts, sachez que lorsque vous êtes taclés par des admins de Wikipédia qui semblent aussi bornés qu’ignorants, c’est que vous avez parfois affaire à de véritables adolescents.

Il ressort de l’article une impression de forte idéologisation/politisation de ces gens : « C’est déontologique de participer. Ça devrait être quasi obligatoire » (Arnaud). Remarquer le clin d’œil à double tranchant de la photographie des deux ados wikipédiens avec en premier plan flou cet ouvrage au titre si parlant : « Web 2.0 Les internautes au pouvoir ».

On a droit à quelques perles comme : « Sur un CV, participer à Wikipédia est comparable à une mission bénévole de vaccination en Afrique », Arnaud va donc pouvoir passer encore pas mal d’heures sur Wikipédia avant de trouver un boulot ! Egalement Sébastien : « Je suis assez humaniste », « Le libre est une autre façon de voir le monde », si on interviewait des témoins de Jéhovah ça ne serait pas plus caricatural.

Mais le plus significatif c’est cet aveu extraordinaire : « un budget livres de 200 à 300 euros par mois », les auteurs de livres se font pomper à grande échelle par des gens complètement endoctrinés qui font don d’une partie conséquente de leurs revenus à leur secte d’adoption, tout comme les adeptes de la Scientologie.

Publicités
Cet article a été publié dans Analyses, Droit d'auteur. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Wikipédia : un pillage de la littérature assumé

  1. sebrider002 dit :

    Comme vous l’aviez remarqué, j’ai émis un jugement idéologique en mettant la phrase ci-dessous en fin de texte :

    « En effet, « Une des raisons du niveau intellectuel assez bas d’essais qui critiquent la société soviétique et dénoncent ses fléaux, c’est précisément une mauvaise éducation idéologique. » [ib. p638]. »

    Dans les confessions d’un homme ne trop, elle suit directement la phrase suivante :

    « le lavage idéologique des cerveaux constitue l’essence et le fondement de la formation de l’homme soviétique. […]. Dans le cadre de la formation idéologique, les gens apprennent à interpréter « correctement » les phénomènes auxquels ils sont confortés dans leur vie. […] Il ne s’agit pas là d’abrutissement. L’homme idéologique ainsi formé ne devient pas bête. c’est plutôt l’effet inverse qui a lieu. » [ib. p638]

    Soit

    « le lavage idéologique des cerveaux constitue l’essence et le fondement de la formation de l’homme soviétique. […]. Dans le cadre de la formation idéologique, les gens apprennent à interpréter « correctement » les phénomènes auxquels ils sont confortés dans leur vie. […] Il ne s’agit pas là d’abrutissement. L’homme idéologique ainsi formé ne devient pas bête. C’est plutôt l’effet inverse qui a lieu. Une des raisons du niveau intellectuel assez bas d’essais qui critiquent la société soviétique et dénoncent ses fléaux, c’est précisément une mauvaise éducation idéologique. »

    Mais, comme on le constate contrairement à l’utilisation des citations d’AZ sur wikipédia, le sens ne change pas vis à vis d’Alexandre Zinoviev même si le ton qui en ressort est plus radical et polémique.

    S. LEMOINE aka Sebrider qui vient d’ouvrir un compte WordPress

  2. Sebrider dit :

    @Toto : « Wikipédia n’est pas un sute d’échange d’ebooks, »
    => On retrouve sur Amazone des livres imprimés issus des articles de wikipédia. Il faudrait que l’ordre supérieur de wikipédia explique cela à ces fidèles.

    @elbereth : « Lire des livres pour y chercher des informations et écrire des articles qui y font référence serait donc un terrible crime ? »
    => Or, il y a toute une méthode scientifique de prise d’information. Mais, les membres de wikipédia n’en ont cure et prennent des informations de la sorte que cela confirme leurs préjugés ou leurs besoins domestiques.

    Reprenons, l’exemple d’Alexandre Zinoviev sur l’article du communisme sur wikipédia :

    « Sans nier les progrès sociaux dont des familles comme la sienne avaient bénéficié en URSS, Zinoviev s’est livré, dans des ouvrages comme Les Hauteurs béantes, à une satire du système soviétique [622]. Pour Zinoviev, le « communisme réel » est, contrairement à la théorie marxiste de disparition de l’État, une « organisation générale de toute la population du pays dans un système de commandement et de soumission » au sein d’un « Super-État », où tous les citoyens sont soumis au système de pouvoir du Parti et de la nomenklatura, qui s’accompagne d’un « lavage de cerveau » permanent [623]. »

    Première l’affirmation comme quoi les Hauteurs béantes serait une « satire » d’après ce qui a été sorti de The Rise and fall of communism d’Archie Brown (note 622) est fausse. C’est plutôt une analyse sous la forme d’un roman sociologique de la société soviétique. C’est donc beaucoup plus qu’une satire du « système soviétique ».

    Deuxièmement l’affirmation comme quoi « où tous les citoyens sont soumis » est fausse. Wikipédia fait d’un phénomène immanent un phénomène transcendant. Or « Le super-Etat communiste a une structure complexe. Son socle et son pilier sont formés par ce que l’on nomme en URSS « le parti communiste ». » [AZ, Les confessions d’un homme en trop, folio, 1991, p 635].
    Avant tout, il faut connaître ce qu’est un parti dans un pays communiste. Il  » n’est pas une organisation unie comme les partis occidentaux (y compris les PC de l’Ouest). […] La société communiste est en principe, sans partis au sens occidental en terme. Elle prend juste la forme trompeuse de société « à parti unique » ou « multipartite ».  » [ib. p635] Ainsi, « les membres du parti sont les citoyens socialement actifs de la société. » [ib. p635] Dès lors cette soumission est volontaire et non forcée par un pouvoir ou une transcendance. « Elle est dictée par des intérêts personnels pratiques : […] » [ib. p635]. En conclusion, « Le communisme, c’est l’organisation générale de toute la population du pays dans un système de relation de commandement et de soumission. Le pouvoir est un instrument intérieure [immanent] des masses de gens, et pas un élément extérieur [transcendant] qui se trouverait au dessus d’eux : c’est d’abord une forme et un moyen de l’auto-organisation » [ib. p632].

    Troisièmement « le « lavage de cerveau » permanent » est aussi une détournement de citation. En effet, « le lavage idéologique des cerveaux constitue l’essence et le fondement de la formation de l’homme soviétique. […]. Dans le cadre de la formation idéologique, les gens apprennent à interpréter « correctement » les phénomènes auxquels ils sont confortés dans leur vie. […] Il ne s’agit pas là d’abrutissement. L’homme idéologique ainsi formé ne devient pas bête. c’est plutôt l’effet inverse qui a lieu. » [ib., p638]

    Les wikipédiens abrutis veulent ainsi à tout prix confirmer leur vision orwellienne et faire rentrer Alexandre Zinoviev dans ce moule prédéfini. Or, Alexandre Zinoviev réfute dans un article « 1984 » et 1984 (in Science Fiction – Politique (1983), Alexandre Zinoviev, éd. Denoël, 1984 (ISBN 2 207 33002 8), t. 2, partie « 1984 » et 1984, p. 49). Dans cette entrevue il « affirmait » et « continue d’affirmer [dans Les confessions] que le tableau dépeint [par Orwell] est faux » [ib, p669]. Après les explications du comment cette vision est fausse, il conclut qu’ « en réalité, Orwell n’a pas prédit la société post-capitaliste future, mais simplement exprimé comme nul ne l’avait fait auparavant la peur qu’a l’Occident du communisme. »

    Mais, « la contribution d’Orwell à la formation de l’idée occidentale sur la société communiste est sans égal. Et l’Occident ne pourra s’en défaire avant longtemps, de sorte que 1984 continuera a influencer des million d’Occidentaux ». [ib. p673]. Ainsi, « Rien ne prend si bien racine dans l’esprit des gens que des idées fausses, devenues préjugés. L’ignorance est une force ! » [ib. p673]. Voilà une très belle dialectique qui retourne la citation « L’ignorance est une force » d’Orwell contre Orwell et sa vision idéologique.

    Le livre 1984 fut publié en URSS en 1988 car les autorités ont pris conscience qu’il n’y avait aucune réalité avec la société soviétique. « Mais en Occident, même les spécialiste ne le comprennent pas encore » [Ib, p.673]. Un manque de lavage de cerveau ?

    En effet, « Une des raisons du niveau intellectuel assez bas d’essais qui critiquent la société soviétique et dénoncent ses fléaux, c’est précisément une mauvaise éducation idéologique. » [ib. p638].

    S. LEMOINE aka Sebrider

  3. Wikibuster dit :

    @elbereth : Je n’ai pas la moindre haine, je combats sereinement. Le génie de Wikimedia a été de profiter des particularités d’Internet. Si le courtier en assurance dépense tout son argent dans des livres et écrit des articles patchworks minables sur son blog, personne ne le lira, il perdra son temps et arrêtera rapidement. Mais si des centaines de personnes le rejoignent et si Google redirige toutes les recherches une dynamique se mettra en place et rapidement d’autres contributeurs arriveront pour profiter de l’aubaine et faire passer leurs points de vues à des millions de gens. Moi j’appelle ça une combine mais une belle arnaque reste une escroquerie. Si un courtier d’assurance ne peut produire qu’un caca, 100 courtiers ne peuvent produire que cent cacas, mais on préfère appeler ça « Wikipédia ». Pour faire la synthèse d’un sujet il ne faut pas être un amateur, il faut être un expert non seulement du sujet mais en pédagogie. Sébastien a 21 ans n’a surement aucune de ces qualités et les avait encore moins à 16 ans.

  4. elbereth dit :

    Votre haine vous aveugle sans doute.

    Lire des livres pour y chercher des informations et écrire des articles qui y font référence serait donc un terrible crime ? Le plagiat serait un pillage, mais celui-ci est farouchement pourchassé. Et à ma connaissance, les idées sont de libre cours et n’importe qui a le droit de les répéter, sinon des centaines de milliers d’enseignants seraient derrière des barreaux. Une encyclopédie n’est pas un lieu de « création » du savoir, seulement une synthèse de connaissances publiées AILLEURS. Si vous voulez de l’originalité, lisez des revues scientifiques plutôt que Wikipédia.

  5. Wikibuster dit :

    @toto : L’article signalé prouve que les wikipédiens achètent des livres dans le seul but de les pomper. Sinon c’est littérature au sens large (= les livres).

  6. toto dit :

    Quelles bonnes blagues ! Zéro argument pour appuyer le titre

    Quels sont les romans pillés ? Wikipédia n’est pas un sute d’échange d’ebooks, lol.

  7. Wikibuster dit :

    Un jour Wikipédia se cassera la gueule pourri par ses contradictions et remplacé par un plus opportuniste encore (Google ?) et tous ces gens pleurnicheront sur leur « grand projet humaniste tué par les méchants marchands ». Contre le crétinisme il n’y a pas grand chose à faire, sauf le combattre (?)

  8. Azur dit :

    Puis un jour ils se réveilleront et ils verront la vanité de leurs actions…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s