Wikipédia, l’encyclopédie du casier judiciaire

Voici une observation de ano sur la diffamation si banale sur Wikipédia, l’encyclopédie du casier judiciaire à vie.

Photo references.be
Wikipédia, l’encyclopédie du casier judiciaire à vie.


Question diffamation, wikipedia fait fort avec l’article sur Marcel Vervloesem, un militant anti-pédophiles qui a passé sa vie à aider les autres et à dénoncer les agissements des forts envers les plus faibles, évidemment wikipedia ne prend comme source fiable que ceux qui ont lutté contre lui, c’est à dire ceux qu’il dénonçait et curieusement ses partisans sont décrits comme des sources non fiables, par contre ces adversaires seraient plus fiables ?!

J’ai déjà remarqué que lorsque l’on écrit honnêtement sur wikipedia, quand on est du côté de la vérité et du bien, on est accusé de ne pas être « impartial ». Quand on décrit ce que cet homme à fait de bien, voilà comment on est accueilli (le commentaire porte sur l’ancienne version de l’article qui était véridique, peut-être encore dispo dans l’historique, on le traite de miraculé parce qu’il a tout simplement eu des problèmes de santé dont il s’est en partie sorti puisqu’à l’heure où je poste ce commentaire il semble qu’il soit encore retourné à l’hôpital, plutôt que d’admirer son courage face à tous ces problèmes, on ne trouve rien d’autre à faire que de le railler :

« un article aussi clairement élogieux, flatteur, hagiographique (puisque l’homme est aussi miraculé que les miraculés de Lourde) prouve heureusement à qui le lit combien il est partial. On n’imaginerait même pas qu’il est écrit par un proche et admirateur tant l’adulation est servile. J’ai beaucoup ri merci beaucoup !! »

Pourquoi est-il inconcevable pour les admin de wikipedia que ce monsieur n’ait en effet fait que du bien contrairement à ce que racontent ses adversaires et donc que son article qui parle de ce qu’il a fait paraisse élogieux ? Curieusement quand on voit la page de britney spears, dédiée à tous ses succès médiatiques comme les nombreuses stars sans aucune critique personne n’y trouve à redire, on y reprend les qualificatifs commerciaux de « best of » (meilleur), « numéro un des ventes », etc. sans aucune mise en garde qu’il s’agit des mêmes qualificatifs que dans les dossiers de presse de promotion réalisés par la maison de disque de la star !

« En novembre 2009 paraît The Singles Collection, second best of de la chanteuse afin de célébrer ses dix ans de carrières. Un single est extrait de l’opus, 3 (chanson), qui devient le troisième single numéro un de Britney Spears aux États-Unis, tout juste un an après Womanizer et 10 ans après …Baby One More Time72. En passant de la 38e place à la 1re place en une semaine, le single réalise la meilleure progression dans les charts américains en trois ans. En France, 3 se classe dans le top 10 des meilleures ventes digitales »

On nous parle même de critiques positives sans aucune source :

« L’album a reçu des critiques positives et a fait ses débuts au numéro un au Canada et aux États-Unis, tout en atteignant le top 10 de nombreux pays dont la France, où il se classe 3e. »

Il semble encore à prouver que wikipedia n’est pas qu’une facade médiatique et que tout ce qui n’a pas de succès médiatique n’y a pas vraiment sa place, comme si les médias grand public étaient des experts dans tous les sujets…

http://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Marcel_Vervloesem

La version plus détaillée de l’histoire de Marcel et ce qu’il a fait :
http://archive.org/details/reseaux_horreur_marcel_vervloesem

ano, ce blog, 18/07/2013

Publicités
Cet article a été publié dans Désinformation, Observations. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Wikipédia, l’encyclopédie du casier judiciaire

  1. ano dit :

    Pour résumer, on pourrait dire que wikipedia se contente de reprendre la même présentation des sujets traités que dans les médias, comme avec l’article de bspears ou c’est en fin de compte un article qui pourrait être le copié collé de son dossier de présentation à la presse par ses producteurs ! Dans le cas de Marcel, c’est présenté de la même façon que dans la presse grand public, puisque seuls les articles de journeaux grands publics sont cités comme fiable, tout le reste est écrit au conditionnel.

    Il y a dans la partie discussion, un droit de réponse qu’il serait utile de copier ici, que l’un ou l’autre soit vrai ou faux, ça ne change rien au fait que c’est la version des médias qui est considérée par les admin de wikipedia comme vraie :

    « Marcel Vervloesem n’a jamais été condamné pour viol de mineur en novembre 1979, en 1982, en 1985 ou en 1986. Le Werkgroep Morkhoven, son ONG, a demandé un droit de réponse à « The Independent » concernant les calomnies contenues dans l’article « No kind of Hero » de Tim Hulse, paru le 13 septembre 1998. Le journal n’a jamais donné de réponse.

    Marcel Vervloesem a été interné en 1979 pour avoir, au Palais de Justice de Turnhout, demandé aux juges de libérer ses frère et sœurs psychiatrisés ou le voir s’immoler par le feu. Sa famille et lui ont été libérés sous la pression de parlementaires. Marcel Vervloesem a été à nouveau interné pour ne pas avoir respecté le suivi psychiatrique auquel il a été condamné en 1982, en 1985 et en 1986.

    Monsieur Hulse attribue l’internement de 1979 à une condamnation pour  » cambriolage, contrefaçon, fraude, extorsion, agression criminelle sur mineur et incendie criminel. » Il attribue l’internement de 1982 pour avoir « mis en place un service illégal d’ambulance avec sa femme en union libre Elvira. Il est dit que l’utilisation principale à laquelle il a mis son ambulance a été faire du shopping, en tirant pleinement parti de la sirène et les feux clignotants ». Il fait référence à un emploi par une compagnie d’ambulances, non pas comme chauffeur, faute de permis de conduire, mais pour aider à porter les malades. Marcel Vervloesem a du démissionner de son emploi pour soigner sa compagne handicapée, qui s’appelait Marrieke et non « Elivra ».

    Il attribue l’internement de 1985 à des chèques sans provision à hauteur de 96 000 francs belges (environ 1 650 livres) ainsi que la fraude relative aux prestations de chômage. Il fait référence à des accusations portées en 1992 par une marchande de porno, qui sera elle-même condamnée à six mois de travaux d’intérêt public pour un faux en écriture dans un but de calomnie. Monsieur Hulse attribue l’internement de 1986, qui a effectivement été assorti d’une condamnation pour outrage magistrat à « un comportement menaçant, une fraude et un canular à la bombe. »

    En avril 1998, selon monsieur Hulse, Marcel Vervloesem « a été reconnu coupable d’extorsion par le tribunal correctionnel de Termonde et condamné à deux ans de prison ». La vérité est qu’en mars 1998, six mois avant la publication de cet article le dit « témoin » des plaignants a déclaré dans le reportage télévisé « Faits Divers » de la RTBF qu’il s’agissait de fausses accusations, parce que le Werkgroep Morkhoven s’intéressait trop à leurs affaires. C’est l’accès à ce dossier alors qu’il avait été incarcéré, qui a permis de conduire Marcel Vervloesem au réseau pédocriminel Zandvoort en juin. Il a été innocenté de calomnies. »

    Réponse:
    Hum qui croire ? Un journaliste de The Independant, ou bien un contributeur anonyme d’une page de discussion de Wikipedia ? le choix est cornélien. –Bob ArdKor (d) 26 juin 2012 à 00:47 (CEST)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s