Une génération d’internautes endoctrinée par Creative Commons

Les commentaires récurrents de notre lecteur wikilâtre aussi anonyme que lâche « simple-touriste » et son racisme anti-vieux de parfait beauf m’inspirent quelques commentaires sur l’aspect générationnel d’Internet.

R. STALLMAN
R. STALLMAN, gourou néo-communiste du « logiciel libre »
et inspirateur de Wikimedia Inc. ?

Dans les années 70 on commença à relier des ordinateurs dans des universités américaines et pour le compte des militaires ce qui était une idée triviale puisque qu’on maîtrisait depuis longtemps les télécommunications. Les technologies nécessaires furent mises au point et jusque là rien de bien original. Plus tard et jusqu’à aujourd’hui les gens qui étaient dans ces universités à cette époque, non contents d’être de banals techniciens en informatique, se sont mis à broder des histoires fantastiques dans lesquelles ils prenaient personnellement une place à la hauteur des besoins de leur ego. Ainsi Richard STALLMAN a échafaudé une théorie politique vaguement communisante dans laquelle il explique qu’il est « contre l’économie marché » (sic) et qui affirme que les logiciels ne devraient faire l’objet d’aucune propriété intellectuelle. Les « logiciels propriétaires » seraient même selon lui « immoraux » car « privateurs » de la liberté des utilisateurs (accès aux sources, modification sans autorisation pour son propre usage).

En bref la grande arnaque du « logiciel libre » était née et si cette idéologie a rencontré un tel succès dans le petit monde décalé des étudiants, dans les médias et sur Internet c’est sans doute du au flop massif des idéologies dites « gauchistes » du siècle dernier. De nos jours les seules révolutions imaginables semblent se cristalliser dans la revendication des consommateurs de pouvoir télécharger sans limite et gratuitement des produits pourtant totalement commerciaux comme la musique ou les films.

C’est dans cette mouvance que Wikipédia a trouvé son créneau, la connaissance devrait être « libérée et partagée par tous gratuitement ». Comment ? En demandant aux internautes de recopier anonymement toute information disponible sur un site Internet hébergé aux Etats-Unis. On va jusqu’à demander aux internautes de financer cette grande œuvre de bienfaisance. Bien entendu l’organisation qui est derrière cette fable, Wikimedia Inc., n’a pas d’autres buts que de renforcer son hégémonie sur Internet, de s’enrichir en commercialisant en douce le contenu de Wikipédia (avec Orange) et d’agir politiquement pour obtenir le démantèlement du droit d’auteur.

Comment expliquer que des gens comme simple-touriste (certainement neuneus mais probablement pas aussi crétins qu’ils le paraissent) se reconnaissent dans cette mouvance ? La propagande du « libre » matraquée sur le web y est surement pour quelque chose et les articles fortement orientés sur Wikipédia vont dans le même sens. Mais encore une fois je ne suis moi-même pas un intellectuel, je n’ai que mes observations et mon bon sens pour constater la réalité d’Internet et j’attends avec impatience que des spécialistes compétents produisent des analyses devenues de plus en plus nécessaires…

Publicités
Cet article a été publié dans Analyses, Creative Commons, Logiciel libre, Wikimedia. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

52 commentaires pour Une génération d’internautes endoctrinée par Creative Commons

  1. Wikibuster dit :

    @simplet : Linux a pris le relai d’Unix chez IBM et d’autres, allez même vous vous pouvez comprendre. Linux est intégré dans des solutions d’entreprise globales très onéreuses dans lesquelles on fait apparaitre Linux comme gratuit pour les apparences, mais il n’y a rien de vraiment gratuit dans ce bas monde.

  2. Wikibuster dit :

    @elbereth :
    1) 2) Les preuves que Wikimedia est une organisation d’escrocs est sur leur propre site web, ils s’enrichissent en faisant de la publicité avec Orange, tout en faisant croire aux neuneus donateurs que la pub c’est contraire à leurs valeurs.

    3) Linux est financé entre autres par les clients d’IBM (qui a déplacé ses dépenses UNIX vers LINUX ce qui est neutre pour eux suivant toutes vraisemblances), comme Windows est financé par les clients de MS, et Red Hat qui est une pièce du montage profite de l’aubaine, tant mieux pour eux. Mais on enrobe l’avatar d’UNIX de la belle doctrine démagogique du « libre » qui s’effondrera toute seule dès qu’IBM et Google changeront leur politique en matière d’OS. Les neuneus du « libre » resteront sur le carreau et joueront les victimes incomprises, c’est pathétique. Quant à contribuer sur Wikipédia pour endoctriner le public avec l’idéologie mensongère de Creative Commons, non merci c’est contraire à mes valeurs.

  3. elbereth dit :

    1)2) encore une fois, vous vous passez de preuves, et comme vous détestez Wikimedia, ce sont des méchants donc ils sont coupables.

    3) Juste avant vous disiez qu’on de fait pas de sous avec le logiciel libre, j’apporte les preuves du contraire. Avez-vous compris Red Hat, qui fait de gros profits distribue ses logiciels sous GPL ? Si vous notez des faits solides je ne peux plus rien pour vous et vous ne seriez pas capable de contribuer sur Wikipédia.

  4. Wikibuster dit :

    @elbereth :

    1/ Vous vous gardez bien de dire ce que vous en pensez, c’est légal donc Wikimedia pigeonne légalement les donateurs et les contributeurs de Wikipédia, super !

    2/ Une organisation qui prétend ne vivre que des dons et qui fait du business publicitaire, qui jure que la pub ne fait pas partie de ses valeurs et qui en fait en douce, tout cela ne vous soucie guère visiblement, la fin justifie les moyens n’est-ce pas ?

    3/ Wouah 80% du travail est fait (payé !) par des entreprises capitalistes ! Quelle originalité et quel modèle économique remarquablement alternatif ! 🙂

  5. Wikibuster dit :

    @elbereth : Donc GPL n’a absolument rien de libre (le mot du dictionnaire, pas celui de votre idéologie !) puisqu’on est obligé de donner son travail gratuitement à d’autres (qui pourront faire de l’argent sur votre dos !) si on veut le diffuser même si on y a investi des centaines de milliers d’euros, GPL est objectivement privateur de la liberté de vivre de son travail de développeur informatique.

  6. elbereth dit :

    « 1/ Que pensez-vous de Wikimedia qui commercialise Wikipédia avec Orange et qui s’enrichit avec de la publicité alors qu’ils racontent sur Wikipédia que c’est « contraire à leurs valeurs » ? »

    La licence n’interdit pas les usages commerciaux, il y a une différence et le légal et le moral.
    Je pense que la version avec pubs Orange ne doit pas avoir une fréquentation phénoménale.

    « 2/ Que pensez-vous du fait que Wikimedia ne publie ni son contrat avec Orange, ni les revenus liés à ce contrat, pas très transparent n’est-ce pas ? »

    N’avez-vous rien de plus que des soupçons ?

    « 3/ L’ouvrage que vous conseillez sur l’économie du libre fournit-il le détail du financement de Linux, en gros qui fait quoi et qui paye quoi ? Si ce n’est pas le cas (comme je le suppose) comment peut-on sérieusement parler d’Economie sans parler d’argent ? »

    Linux n’est qu’un logiciel parmi d’autres, mais si vous voulez savoir qui contribue, un moteur de recherche peut aider à trouver la bonne page. En gros, 80% du travail est fait par des entreprises. http://www.linuxfoundation.org/news-media/announcements/2012/04/linux-foundation-releases-annual-linux-development-report
    On peut peut parler d’économie car il y a des sous à se faire avec du logiciel libre, exemple avec Red Hat, éditeur d’une distribution GNU/Linux http://investors.redhat.com/releasedetail.cfm?ReleaseID=751668

  7. elbereth dit :

    « SANS AUCUNE CONTRAINTE sauf… comme seule contrainte à celui qui redistribue un logiciel sous GPL de préserver la licence GPL, afin d’informer les utilisateurs de LEURS DROITS »

    @Wikibuster, simple_touriste a raison, l’obligation de redistribuer le logiciel sous licence GPL n’est obligatoire que si vous le diffusez à des tiers. Une entreprise peut très bien modifier un logiciel sous GPL et l’utiliser en interne sans partager ses modifications. http://www.gnu.org/licenses/gpl-faq.fr.html#GPLRequireSourcePostedPublic

  8. Wikibuster dit :

    « SANS AUCUNE CONTRAINTE sauf… comme seule contrainte à celui qui redistribue un logiciel sous GPL de préserver la licence GPL, afin d’informer les utilisateurs de LEURS DROITS »

    A ce niveau de bêtise on ne peut plus rien faire. RIP.

  9. simple-touriste dit :

    Est-ce que papy buster a compris que :
    – droit d’utiliser et droit de modifier un programme sont différentes choses
    – la GPL permet à toute personne qui a reçu un logiciel sous GPL de le modifier SANS AUCUNE CONTRAINTE
    – la GPL pose comme seule contrainte à celui qui redistribue un logiciel sous GPL de préserver la licence GPL, afin d’informer les utilisateurs de LEURS DROITS

    J’attends toujours UN exemple de logiciel non libre qui ne soit pas PRIVATEUR.

    LOL

    J’aime HUMILIER les êtres inférieurs.

  10. Wikibuster dit :

    Simplet et ses incantations…

  11. Wikibuster dit :

    J’imagine que elbereth doit être effaré de voir comment vous défendez le « libre », mais vos insultes permanentes ne retarderont pas le moment où la presse s’emparera du cas Wikipédia, et les journalistes n’ont rien à envier aux mafieux de Wikipédia quand ils s’attaquent à une secte…

  12. Wikibuster dit :

    simplet-touriste Windows ne va pas nous aider à comprendre le modèle économie de Linux mais je comprends bien que vous n’ayez rien à dire à ce sujet, vous êtes dans la foi.

  13. Wikibuster dit :

    @elbereth : Remarquez que Bill Gates est encore très prudent il ne dit pas que le « libre » est communiste mais seulement que les militants du « libre » sont une sorte de communistes, moi je dis que le « libre » est une escroquerie à tous points de vue, y compris d’un point de vue qui serait sincèrement communiste.

    Peut-être est-ce à cause du bruit de fond de simple-touriste mais vous n’avez pas répondu à mes questions :

    1/ Que pensez-vous de Wikimedia qui commercialise Wikipédia avec Orange et qui s’enrichit avec de la publicité alors qu’ils racontent sur Wikipédia que c’est « contraire à leurs valeurs » ?

    2/ Que pensez-vous du fait que Wikimedia ne publie ni son contrat avec Orange, ni les revenus liés à ce contrat, pas très transparent n’est-ce pas ?

    3/ L’ouvrage que vous conseillez sur l’économie du libre fournit-il le détail du financement de Linux, en gros qui fait quoi et qui paye quoi ? Si ce n’est pas le cas (comme je le suppose) comment peut-on sérieusement parler d’Economie sans parler d’argent ?

  14. Wikibuster dit :

    @elbereth : Je n’élude pas votre commentaire.

    « Bill Gates lui même a avoué que les copies illégales de Windows servaient ses intérêts. »

    Certes pirater les logiciels les fait aussi connaitre mais de là à affirmer que pirater est une bonne action pour l’éditeur c’est du sophisme à couper au couteau !

  15. elbereth dit :

    Est ce que la source de «Microsoft dit que le logiciel libre est communiste» vos intéresse vraiment ? En tout cas, elle est là http://boingboing.net/2005/01/05/bill-gates-free-cult.html

  16. Wikibuster dit :

    « Quel est le financement de MS Windows? »

    Ses clients pomme ! 🙂

  17. Wikibuster dit :

    « Et vous cessez vos attaques personnelles? »

    Demander votre pseudo WP c’est une attaque personnelle ? Quand je dis que vous êtes un wikipathe je ne suis pas loin de la vérité.

  18. elbereth dit :

    Pour répondre à la question dans l’article Stallman a été un précurseur de Wikipédia. Voici la référence : http://www.gnu.org/encyclopedia/anencyc.txt

  19. Wikibuster dit :

    « MS est contre le logiciel libre, MS dit que le logiciel libre est communiste. »

    Source SVP. 🙂

  20. elbereth dit :

    Wikibuster, j’avoue me laisser aller au trollisme moi aussi, c’était une petite attaque ad hominem, n’y voyez pas malice, car vous semblez dire que le logiciel libre ne rapporte pas d’argent, donc c’est pas bien.

    Vous êtes en tout cas très calé en matière de trolls, car quand on donne un argument étayé, vous ne répondez jamais sur le sujet mais faites une pirouette en relevant une expression. Laquelle expression est librement interprétée pour partir sur un autre sujet. Quelle maitrise !

  21. Wikibuster dit :

    « J’ai finalement trouvé des sites critiques de WP faits par des Wikipédiens convaincus, qui sont venus humilier papy buster dans les commentaires. »

    On devrait les encadrer vos perles touriste !

  22. Wikibuster dit :

    « que vous devez apprécier car il fait beaucoup d’argent »

    Qu’est-ce qui vous fait dire ça exactement ? Je suis très curieux de le savoir.

  23. elbereth dit :

    Livre a vous de ne pas croire simple touriste, mais ses propos sont complètement fondés. Bill Gates, lui même, que vous devez apprécier car il fait beaucoup d’argent, a avoué que les copies illégales de Windows servaient ses intérêts.

    http://news.cnet.com/2100-1023-212942.html

    Gates shed some light on his own hard-nosed business philosophy. « Although about 3 million computers get sold every year in China, but people don’t pay for the software, » he said. « Someday they will, though. As long as they are going to steal it, we want them to steal ours. They’ll get sort of addicted, and then we’ll somehow figure out how to collect sometime in the next decade. »

  24. Wikibuster dit :

    Si j’apporte la source vous publiez votre pseudo WP ?

  25. Wikibuster dit :

    Je dis que les gens racontent n’importe quoi pour continuer de se croire honnêtes.

  26. Wikibuster dit :

    @elbereth : Promis je lis le bouquin de la première à la dernière page si vous me promettez qu’y figure le détail du financement de Linux, c’est bon je peux me lancer ?

  27. Wikibuster dit :

    Quel aveu !

    Il suffirait de donner votre pseudo pour démontrer mon erreur, mais non j’ai raison vous êtes bien un wikipathe. 🙂

  28. Wikibuster dit :

    « Le piratage fait parti du modèle économique de certains logiciels. C’est dans l’intérêt de l’éditeur que ceux qui ne peuvent se payer le logiciel puissent le pirater pour apprendre à l’utiliser. Ensuite l’effet de réseau joue. »

    Ça m’a toujours fait rire les gens qui pirataient des logiciels en expliquant que ça rendait service à l’éditeur en le faisant connaitre. 🙂

  29. elbereth dit :

    « totalement déconnecté de toute réalité économique » -> Wikibuster, par pitié, lisez le livre de François Elie avant de continuer à mentir malgré toute logique.

  30. Wikibuster dit :

    « Pour quoi faire ? »

    Je me contrefous de votre pseudo Wikipédia et si vous le donnez je n’en ferai absolument rien, mais je vous le demande car je sais avec 100% de certitude que vous ne le ferez jamais car vous êtes un wikipathe. 🙂

  31. Sebrider dit :

    => http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/11/19/97001-20111119FILWWW00297-un-don-de-500000-a-wikipedia.php
    => http://www.pcinpact.com/news/61146-wikipedia-16-millions-dollars-dons-internautes.htm

    Il se serait intéressant de voir de ce qui se cache derrière ce don à travers l’étude d’Alain Testart, « Critique du don : Etudes sur la circulation non marchande », Syllepse, 2006

    Ce qui est clair est qu’il existe un lien fort et même symbiotique entre Google et Wikipédia.
    Et cela n’a rien d’innocent !

  32. Wikibuster dit :

    « Il n’y a pas de propriété intellectuelle. »

    Source SVP.

  33. Wikibuster dit :

    « Le droit d’auteur n’est PAS un droit de propriété. »

    Pourquoi essayer de jouer sur les mots, pourquoi ne pas vous contenter de dire « le droit d’auteur »? Où voulez-vous en venir sinon à affirmer que les auteurs n’ont pas de légitimité à être défendus par la loi ? Mais à part ça vous ne participez pas à cette grande tentative libresque de démantèlement du droit d’auteur…

  34. Wikibuster dit :

    « Il n’y a pas de propriété intellectuelle. Il s’agit de droit d’auteur. »

    Si, il y a bien une propriété intellectuelle, régie par le droit d’auteur, le droit des marques, les brevets et j’en oublie surement.

  35. Wikibuster dit :

    « La presse explique depuis des années que WP c’est nul… WP n’a pas besoin de la presse, WP se moque de la presse. »

    La presse ne s’est jamais intéressée à WP, elle n’a produit que des critiques superficielles, feignantes et méprisantes car elle voyait le nouveau venu comme un concurrent pour l’audience. A présent WP qui est au top méprise la presse en retour et en fait méprise tout le monde. Mais le succès ça va ça vient et assurément WP est en train de manger son pain blanc.

  36. Wikibuster dit :

    @elbereth : Le « libre » (Creative Commons) n’est ni de droite ni de gauche, c’est un fantasme démagogique qui plait à tout le monde, à la gauche qui se reconcocte un semblant d’idéologie après son méga flop du XXème siècle et son incapacité définitive à proposer le plus infime projet révolutionnaire et à la droite trop contente de voir tous ces neuneus occupés avec un magma de bons sentiments totalement déconnecté de toute réalité économique. Le libre c’est aussi le prétexte aux aventuriers d’Internet comme J. WALES pour jouer un rôle (et s’enrichir avec Wikia), et c’est finalement une occasion pour une l’organisation Wikimedia d’émerger du néant et d’imposer un contrôle de l’information populaire, donc le libre n’est ni de gauche ni de droite mais c’est possiblement l’émergence d’un totalitarisme numérique. Pour rappel : « Wikipédia, la vache à lait de Wikimedia Inc. »

  37. elbereth dit :

    Sebrider, je veux bien qu’on m’explique d’où Wikimédia tire ses immenses profits.

    Où est le « commerce juteux », puisque vous dénigrez à n’en plus finir ses campagnes de dons ? alors la commercialisation de Wikipédia a du mal à passer.

    D’où vient l’idée que la Wikimédia s’approprie le travail de ses contributeurs ? Il n’y a aucune cession de droits à la fondation, et n’importe qui peut récupérer une archive des bases de données et monter son serveur Wikipédia dans son coin. Si la fondation Wikimedia faisait l’erreur stupide de changer de politique et inclure de la pub sur ses sites, je ne donne pas une semaine avant qu’un fork apparaisse. Des défections ont déjà eu lieu, comme sur l’édition hispanophone http://enciclopedia.us.es/index.php/Enciclopedia_Libre_Universal_en_Espa%C3%B1ol

    Wikibuster, et si vous arrêtiez de faire rentrer des phénomènes de l’Internet dans des grilles de lecture du XXe siècle ? est-ce que la culture libre est de droite, de gauche, anarchiste, libérale, communiste ? et si elle dépassait tous ces clivages ?

  38. Wikibuster dit :

    @Sebrider : Totalement d’accord ! Il faudrait analyser comment Wikimedia joue sur deux tableaux en apparence totalement contradictoires et incompatibles, d’une part les sentiments « communisants » des gens qui flattent leur ego en se mettant du côté de ceux qui « partagent » (en remarquant aussi que le concept est très chrétien bourgeois du XIXème siècle), et de l’autre côté le libertarianisme/libéralisme affiché du fondateur de Wikipédia qui est un homme d’affaire accompli. Les commonistes surnagent dans cette soupe imbuvable sans se rendre compte qu’ils sont grugés. Je continue de penser que ça ne durera pas, la chute de Wikimedia sera sans doute rapide dès qu’elle s’amorcera, c’est la presse qui sonnera le cor.

  39. Sebrider dit :

    elbereth écrit « Un conseil, arrêtez d’agiter la « propriété intellectuelle » comme un vieux grigri. L’usage de ce terme est purement incantatoire, pour faire passer subtilement l’idée, « il faut que toutes les œuvres de l’esprit fasse l’objet d’une propriété privée ». »

    Or, l’organisation mafieuse pille justement la propriété pour en faire la propriété privée de cette organisation. Elle monopolise ainsi la propriété.

    Un auteur de wikipédia ne pourra plus reprendre dans un bouquin ce qu’il a écrit lui-même sur wikipédia sans citer wikipédia. Sinon, il tombe dans le plagiat même si c’est lui-même qui l’a écrit sur wikipédia.

    Et comme on le remarque, cette spoliation génère un commerce juteux sans que cette mafia dépense la moindre énergie intellectuelle et cela à moindre coût. Or, c’est le propre de la propriété privée de faire faire entretenir la propriété par la force de travail d’autrui sans que le privé de la propriété dépense la moindre énergie.

    Et pour reprendre Marx et ce que j’ai écrit dans la mémoire de wikipédia dans l’article marxisme : « le communisme, ce n’est pas l’abolition de la propriété en général, mais l’abolition de la propriété bourgeoise », condition de la libération du prolétariat. Par conséquent « Le communisme n’enlève à personne le pouvoir de s’approprier des produits sociaux ; il n’ôte que le pouvoir d’asservir à l’aide de cette appropriation le travail d’autrui. »

    Cette organisation ne rentre pas dans le cadre du communisme type professionnelle mais bien dans le cadre du capitalisme ou de l’oligarchie de la sphère communautaire de la société globale.

    Le communisme de Marx est l’abolition du privé au profit de la propriété tandis que creative common est la spoliation de la propriété au profit du privé.

    S. Lemoine

  40. Wikibuster dit :

    @simplet : « œuvre »… on a dit « oeuvre »… 🙂

  41. Wikibuster dit :

    @elbereth : « une méconnaissance profonde de l’informatique », on va dire ça… 🙂

  42. elbereth dit :

    Pour pallier une méconnaissance profonde de l’informatique, voici un livre sérieux et pragmatique sur les modèles économiques http://izibook.eyrolles.com/store/9782212124637/Economie+du+logiciel+libre

  43. Wikibuster dit :

    Monsieur elbereth, 🙂

    On peut vivre du service mais qui finance les logiciels, les éditeurs et ils doivent eux aussi vivre. Quelques logiciels sont faits gratuitement par des passionnés, c’est très bien mais économiquement c’est inexistant, ça ne peut être que marginal. Les grands logiciels sont eux forcément financés, comme Linux ou Chrome et par les plus grands capitalistes de ce monde, IBM, Google, etc. Le logiciel prétendu libre comme alternative économique au logiciel propriétaire est tout simplement une fable, un fantasme, une escroquerie intellectuelle.

    Votre second paragraphe est curieux, vos dites que les logiciels libres n’ont rien à voir avec le piratage mais vous ne piratez plus depuis que vous participez au logiciel libre, il y a donc un rapport ?

    « il faut que toutes les œuvres de l’esprit fasse l’objet d’une propriété privée » : Ne renversez pas la proposition, la réalité juridique d’aujourd’hui c’est bien que toute œuvre fait l’objet d’une propriété et c’est bien l’idéologie du « libre » qui prétend y mettre fin (démantèlement du droit d’auteur). Je suis conforté dans l’idée que CC est un mouvement politique et je le combats pour défendre la liberté de travailler et de vivre de son travail (intellectuel ou pas).

  44. elbereth dit :

    Monsieur Wikibuster,

    Laissez moi vous apporter mes lumières d’informaticiens, puisque apparemment, vous n’avez aucune notion sur le métier et l’économie de la filière. Savez-vous, que 85% du marché de l’informatique se fait sur les services, et qu’on peut très bien vivre en vendant du service sur du logiciel propriétaire ou libre ?

    Depuis que j’utilise des logiciels libres, bizarrement, je ne pratique plus le téléchargement illégal de logiciels. Je suis beaucoup moins consommateur, mais je participe aussi à l’amélioration de ces outils (rapports de bugs, suggestions d’évolution, documentation).

    Un conseil, arrêtez d’agiter la « propriété intellectuelle » comme un vieux grigri. L’usage de ce terme est purement incantatoire, pour faire passer subtilement l’idée, « il faut que toutes les œuvres de l’esprit fasse l’objet d’une propriété privée ».

  45. Wikibuster dit :

    @elbereth :
    . Il y a un lien évident entre le logiciel libre et le téléchargement illégal : l’attrait des consommateurs pour le gratuit, cela explique en partie l’engouement populaire, c’est du Robin des bois numérique en quelque sorte.
    . Je n’ai pas oublié dans le billet que STALLMAN a été programmeur avant d’être un idéologue, qu’il diffuse ses logiciels comme il l’entend (en prétendu « libre ») ne me gêne pas, qu’il s’attaque aux autres programmeurs qui eux doivent vivre de leur travail (donc le vendre, donc bénéficier d’une protection, etc.) me gêne beaucoup plus en revanche.
    . Si STALLMAN avait été totalement généreux et désintéressé comme il le prétend il aurait justement mis ses logiciels dans le domaine public, mais au lieu de ça il a inventé un système de commercialisation idéologique. Car le logiciel libre c’est en réalité une forme de prosélytisme qui dit : « Vous pouvez utiliser mon travail en échange d’une adhésion à mes idées, votre propre travail devra lui aussi être en libre ».
    . Cette histoire de « bien commun » est une escroquerie intellectuelle, le seul bien commun c’est le domaine public qui laisse chacun libre de ses choix et de faire ce qu’il veut de son travail.
    . Je pense la même chose des avatars du libre, en background c’est toujours la même idéologie qui fantasme de détruire la propriété intellectuelle, probablement pour commencer, c’est une resucée de communisme qui n’a même pas le cran de s’afficher.
    . Merci pour le lien, dans l’introduction ils affirment ne pas être partisans mais ils diffusent l’ouvrage sous CC, ça commence plutôt mal vous ne trouvez pas ?

  46. elbereth dit :

    J’ai la réponse que vous cherchez concernant votre questionnement du dernier paragraphe dans un bon gros livre de 600 pages écrit par des universitaires : http://framabook.org/histoires-et-cultures-du-libre/

  47. elbereth dit :

    Donc le logiciel libre serait une lubie d’étudiants qui veulent télécharger des films par torrent. Je ne vois pas le rapport, sans doute suis-je trop logique.

    Il ne vous a pas frappé, qu’avant de pouvoir partager un logiciel libre, il faut l’écrire ? Et c’est ce que Stallman a fait pendant des années, et beaucoup d’informaticiens lui sont reconnaissants d’avoir développé Emacs et GCC, de très bons outils, qu’il n’a pas volé, mais construit.

    Si Stallman avait voulu détruire la «propriété intellectuelle», il aurait mis ses logiciels dans le domaine public. Au contraire, la licence GNU GPL se base sur la legislation americaine du copyright pour donner des libertés à l’utilisateur et faire de l’oeuvre un bien commun.

    Hors-sujet: je serais curieux de savoir ce que vous pensez de Wikisource, d’OpenStreetMap et même des fablabs.

  48. Wikibuster dit :

    @simplet-touriste : Ok si je donne une source vous nous donnez votre pseudo sur Wikipédia ? Vous allez encore vous dégonfler comme un ballon de baudruche, comme d’habitude.

  49. Wikibuster dit :

    « Aucun lien, aucune source, impossible de savoir dans quel contexte il a dit ça… »

    Comme si il y avait besoin d’un contexte pour comprendre cette assertion, touriste on est pas sur Wikipédia ici on a pas besoin de sources comme pseudo-preuves mais si vous doutez de l’authenticité de cette déclaration c’est bien cette fois-ci la preuve que vous parlez du « libre » sans rien y connaitre…

  50. Wikibuster dit :

    @simple-touriste : sinon quoi tu me fais un procès ? 🙂

  51. Fabian Chaudard dit :

    Le professeur de droits d’auteurs Kirtap a même un compte ici :
    http://commons.wikimedia.org/wiki/User:Kirtap

    D’après toutes nos récentes observations;

    Et un superbe cours de droit sans autorisation des RMN,
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:L%27Après-midi_d%27un_faune_(ballet)

    Etant donné son pouvoir de manipulation de l’auditoire acquis à sa cause personnelle, combien de chances d’aboutir (au retrait des contrefaçons) a une requête de violation des droits d’auteurs des RNM ?

    Cercle Noir

  52. Fabian Chaudard dit :

    Creative Commons ou comment violer les droits d’auteur alors que les 70 années après le decès de l’auteur ne sont pas écoulés et comment se dédouaner de tout acte délictieux.

    Suivons les tours foireux de passe-passe de maître Kirtap, éminant cerveau non étanche et adulé par les disciples de la petite sphère poreuse.

    VOIR CE SUJET :
    http://blog.wikibuster.org/2013/07/22/wikipedia-est-une-sphere-communautaire/#comment-5877

    Ce sujet traite de l’éminant et grand donneur de leçon dénommé Kirtap. On y apprend « que c’est moi, mais c’est pas moi, c’est l’autre sur Commons ». Grand affabulateur et censureur de contenu, le susnommé Kirtap n’hésite pas s’affranchir des règles. La communauté voit bien évidemment en lui (comme d’autres administrateurs indéboulonnables), l’un des incontournables grand prêtre ordonnateur du sanctuaire de la petite sphère poreuse.

    Chacun pourra aussi apprécier à sa juste mesure, le sort réservé aux contestataires : ce, même avec les raisons objectivement plus que recevables.

    On apprend ainsi que visiblement VIOLER les droits de la photothèque des RMN, (Réunion des Musées Nationaux de France) , eh ben, c’est pas grave. Et on aurait en plus le droit en passant pas Commons aux Etats-Unis. Vive donc le pillage organisé selon la méthode Kirtap.

    Ah, quel éminant professeur de droit, ce Kirtap qui Tape et qui retape.

    A quand « Copy Commons », ça serait plus simple ? Non ?

    Cercle Noir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s