L’encyclopédie Wikipédia, une pseudo-encyclopédie

L’article suivant, publié en 2007, provient du site Red Dog Marketing, il est reproduit avec autorisation.


L’encyclopédie Wikipédia, une pseudo-encyclopédie.

Just say no

Le site collaboratif Wikipédia semble aujourd’hui devenu une référence pour les recherches sur Internet, tant ses pages inondent littéralement les résultats du principal moteur, Google. Le nombre de ses articles croît sans cesse, de même que sa présence sur le web qui se révèle de plus en plus envahissante. Pourtant, des voix se font entendre pour dénoncer la manoeuvre. Wikipédia ne serait pas aussi « blanc » qu’il paraît à beaucoup.

La première source de critiques vient des scientifiques eux-mêmes, puisque Wikipédia a la prétention de représenter un savoir encyclopédique. Les professionnels de la documentation s’interrogent sérieusement sur la validité de Wikipédia. C’est le cas dans l’article académique dont voici un extract (« Wikipédia : une source d’information extraordinaire ou une pseudo-encyclopédie peu fiable » par Guy DELSAUT). L’auteur est administrateur de l’Association Belge de Documentation. On consultera également les commentaires à l’issue du billet sur le blog Vedocci qui traite d’intelligence économique.

Le site le plus intéressant qui met en doute le sérieux de Wikipédia est le blog très bien documenté Observatoire de wikipedia dévoilant le mythe de sa neutralité. On y trouve abordés des thèmes comme la propagande sur Wikipédia, les classifications non encyclopédiques, la non fiabilité de Wikipédia, le mythe de la neutralité cultivé autour de Wikipédia, la propagande et la censure qui y opère (parfois au bénéfice de groupes activistes d’extrême-droite). L’auteur, qui se présente sous le pseudonyme d’Alithia, a fait là un remarquable travail d’analyse et va jusqu’à parler de mensonges et d’escroquerie au sujet de Wikipédia.

La critique que ces universitaires font de Wikipédia paraît fondamentale en terme scientifique. Elle devrait ruiner aux yeux des internautes ayant un minimum de culture générale la prétention de cette pseudo-encyclopédie à être autre chose qu’un ramassis d’opinions hétéroclites publiées par des anonymes (opinions parmi lesquelles ne surnagent souvent que celles qui correspondent au consensus du moment). Mais les scientifiques ne sont pas les seuls à soulever le problème sérieux que pose Wikipédia. Les professionnels du web en ont aussi beaucoup à dire, c’est d’ailleurs la raison d’être de cet article.

Commençons par la principale critique que les professionnels font à Wikipédia. N’importe quel internaute peut aujourd’hui observer que les pages de Wikipédia inondent les moteurs de recherche. Or offrent-elles une véritable pertinence et un contenu adapté aux visiteurs ? Pas vraiment, car le contenu est souvent très vague et approximatif. Malheureusement beaucoup d’internautes s’en contentent, tant est peu développée l’habitude d’aller chercher plus profondément dans les résultats de recherche. Pourtant au-delà de la première page de Google, le web révèle souvent des informations de grande qualité, riches et détaillées. Avec sa tendance à s’approprier les premières positions de Google, Wikipédia occulte aux yeux de nombreux internautes une partie de la richesse du web.

Le second élément à ajouter au passif de Wikipédia, c’est le fait que ses pseudo-rédacteurs sont de grands spécialistes du copiez-collez, au sens où ils collectent à droite et à gauche des données dont ils méconnaissent souvent les qualités comme les défauts. Beaucoup de pseudo-rédacteurs ne paraissent pas vraiment en mesure de distinguer l’un de l’autre, ni d’avoir un abordage critique de l’information. D’où l’assemblage de bric et de broc qu’on trouve souvent sur Wikipédia. Mais le pire est bien cette appropriation de contenus originaux, extraits d’un contexte précis, pour aller en recopier des bribes plus ou moins adroitement sélectionnées sur Wikipédia.

Les pseudo-rédacteurs de Wikipédia « prennent »… mais est-ce qu’ils « donnent » ? En fait, non. Wikipédia France a adopté l’utilisation généralisée de la balise rel=nofollow qui indique aux moteurs de recherche de ne pas suivre le lien vers la source originale. On sait que les moteurs de recherche évaluent la popularité d’un site (entre autre) au nombre de liens qui pointent vers lui. Wikipédia se substitue aux auteurs originaux pour s’approprier cette popularité en copiant/collant les contenus et en refusant de linker normalement le site original. Par un mécanisme auto-entretenu, Wikipédia accroît ses pages de façon parfois parasitaire par le pillage de contenus tandis que les sites originaux végètent en pages secondaires des moteurs.

Dernier élément de critique (de façon provisoire car il y aurait encore beaucoup à dire). On sait que les moteurs de recherche, à commencer par Google, interdisent aux webmasters dans leurs lignes de conduite de créer ce qu’on appelle des pages satellites, dont la seule fonction est de rediriger automatiquement vers les « vraies » pages de contenu du site. Ces pages satellites fonctionnent comme des pièges à moteurs, lesquels viennent moissonner les mots-clés et se font attraper. Il se trouve que Wikipédia utilise des milliers de pages appelées les stubs qui ont précisément cette fonction. Mais les moteurs de recherche restent complètement impuissants, pour ne pas dire complices, face à cette situation. Selon que vous soyez puissant ou misérable…

Il existe sur le web d’autres pages qui critiquent cette pseudo-encyclopédie, avec des arguments parfois différents. Voir ci-dessous.

Qui écrit Wikipédia ? (publié sur le blog de la veille scientifique et technologique de l’INRP)
Wikipédia, l’encyclopédie en ligne pornographique
Wikipedia, encyclopédie à lire avec des pincettes (extrait de Libération, 8 décembre 2005)
La désinformation relayée puis défendue sur Wikipedia
Encyclopédies libres : après le « fast-food », le « fast-science » (image scannée d’un article de Charlie Hebdo). Saluons l’inventivité du journaliste, qui règle son compte à Wikipédia en un mot : la fast-science.

Vous êtes l’auteur d’un texte illustrant les insuffisances et l’hypocrisie de Wikipédia ? Contactez-nous et en fonction de l’intérêt qu’il présente nous l’ajouterons ici même. Cet article est actuellement en première page de Google sur 200 millions de résultats pour la requête encyclopédie Wikipédia.

Red Dog Marketing, « L’encyclopédie Wikipédia, une pseudo-encyclopédie », 10/02/2007

Publicités
Cet article a été publié dans Analyses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour L’encyclopédie Wikipédia, une pseudo-encyclopédie

  1. Wikibuster dit :

    @Guy Delsaut : Votre réponse m’intéresse aussi beaucoup et j’y répondrai en prenant le temps dans un billet si vous le permettez. En ce qui concerne l’orientation malhonnête de nombreux articles de Wikipédia Pov or not pov a parfaitement raison on a accumulé suffisamment de témoignages à ce sujet sur ce blog il me semble. Dites-nous par exemple ce que vous pensez de cette observation toute récente de ano : « Wikipédia, l’encyclopédie du casier judiciaire » (?)

  2. Pov or not pov dit :

    Sur le droit de réponse le blocage de la mention du blog ainsi va Wikipédia sur planet Wikipédia en est,un bon exemple récent, sur on peut soit disant modifié et bien pas tous les articles faites l expérience sur philippe Pétain et vous verrez, qui fait de la propagande vous n avez peut être pas rencontrer celette, sm et compagnie rendez vous sur opposition au mariage pour tous et relecture du site Wikipédia un mythe, depuis au moins 2006 Wikipédia a une ligne éditoriale plutôt a l extrême droite du fait d un clan dominant, enfin sur le web en général on sait bien qu il existe des techniques pour mettre des sites en avant, pour moins référencer d autres le problème avec Wikipédia sait son discours tout va bien il y a pas de problèmes d ou une grande désillusion des couillons qui y ont cru.

  3. Guy Delsaut dit :

    Wikibuster,
    Votre réponse m’interpelle à plus d’un titre. J’y réponds point par point afin de rétablir pour VOS lecteurs certains points erronés :

    Vous écrivez : « […] comme vous le constatez il y a un droit de réponse immédiat et sans condition sur ce site, alors que tout droit de réponse est interdit sur Wikipédia même quand des gens se sentent offensés ou diffamés. »
    –> Je suppose que vous rigolez ou alors vous n’avez jamais visité Wikipédia… Chaque article contient une page de discussion. Chaque utilisateur enregistré a sa propre page de discussion sur laquelle, tout le monde peut poster un commentaire public. De plus, il y a un forum général (appelé « Le Bistrot ») et des forums particuliers. Vous pouvez, en outre, intervenir sur des pages pour résoudre les conflits, pour contester des statuts d’administrateurs, pour vous plaindre des agissements d’une contributeurs, etc, etc. Ce ne sont pas à proprement parler des droits de réponse étant donné que Wikipédia est un site collaboratif. Vous semblez présenter Wikipédia comme une entité gérée par quelques personnes qui décident et imposent leurs lois, alors que tout se fait de manière collaborative, ce qui n’empêche pas évidemment de tomber sur des gens bornés (et j’en ai fait l’expérience et je sais… c’est pénible) mais vous pouvez toujours faire appel à la communauté, qui vous conseillera ce qu’il y a lieu de faire…

    Lire la suite ici : « Wikibuster, droit de réponse ? ».

  4. Wikibuster dit :

    @Guy Delsaut : Merci pour vos commentaires, comme vous le constatez il y a un droit de réponse immédiat et sans condition sur ce site, alors que tout droit de réponse est interdit sur Wikipédia même quand des gens se sentent offensés ou diffamés. Pensez-vous que l’argument rabâché consistant à dire que les erreurs de Wikipédia ne sont pas graves car on doit « confronter les sources d’informations » est sérieux ? Quels internautes vérifient les informations de Wikipédia et comment diable feraient-ils ? Si je pense aussi que Wikipédia est un projet exceptionnel c’est dans la tromperie du public. Nous republions des articles même anciens car l’objectif de ce site est d’être une mémoire de la critique de Wikipédia toutes époques confondues et c’est nécessaire car beaucoup d’articles ont déjà disparus à jamais (liens morts). Nous ne connaissions pas l’existence de votre dernier article. Si l’auteur de l’article fait de la propagande comme nous-mêmes sur ce site c’est clairement annoncé et cela n’a rien à voir avec Wikipédia qui fait de la propagande en prétendant être « neutre », voyez-vous la différence ? Enfin percevez-vous à quel point vous êtes endoctriné en parlant de faire avancer le « partage de l’information » comme d’une évidence ? Où avez-vous vu que nous cherchons à « partager l’information », nous nous battons pour faire connaitre la vérité sur Wikipédia, c’est très différent.

  5. Guy Delsaut dit :

    Étant nommément cité dans ce billet, je ne peux que réagir. Ce billet est un bel exemple du « Faites ce que je dis, pas ce que je fais ». En effet, ce billet me cite comme exemple de « [professionnel de la documentation qui s’interroge] sérieusement sur la validité de Wikipédia » laissant entendre que j’émets de sérieux doutes sur la fiabilité de l’information présente sur Wikipédia. Si l’auteur de ce billet avait lu ou lu correctement mon article, il aurait vu que j’insistais sur le fait que peu de sources sont totalement fiables et qu’il faut toujours confronter les sources d’informations et que si je n’occulte pas les problèmes sur Wikipédia, je salue surtout un projet exceptionnel.

    Il est d’ailleurs surprenant que ce billet, datant de 2007, il y a donc plus de 6 ans, un temps immense pour un site internet, est justement republié au moment où j’ai publié un nouvel article concernant Wikipédia et la comparant à l’Universalis en ligne, qui, elle non plus, peut être sujette à de nombreuses critiques (informations obsolètes, choix éditoriaux subjectifs,…). L’article est publié dans les Cahiers de la documentation (n° 2013/2 de juin 2013).

    D’autre part, l’auteur de ce billet parle de propagande sur Wikipédia et fait de la propagande contre Wikipédia (aucun point positif, appel uniquement à des personnes ayant écrit un « texte illustrant les insuffisances et l’hypocrisie de Wikipédia »…). Il parle également d’approximation mais en fait tout autant : Wikipédia France n’existe pas (Wikimedia France existe mais est une association et Wikipédia se décline en versions linguistiques et non nationales).

    En conclusion, je dirais que reproduire ce billet ne fait pas vraiment avancer le partage de l’information et encore moins sa fiabilité…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s