Wikipédia c’est aussi bête que ça !

Nous sommes tombés par hasard sur un dialogue très curieux sur le « Bulletin des Administrateurs » de Wikipédia le 21 janvier dernier et nous ne résistons pas au plaisir de le savourer avec vous. Il en dit long sur le niveau intellectuel des tenants de « l’Encyclopédie libre », on peut en sourire certes mais quand on sait que ces gens censurent et orientent le contenu d’un site d’information consulté par des millions de gens c’est beaucoup moins drôle. C’est l’admin confus qui lance ce dialogue pour le moins… oiseux.

Heckle et Jeckle.jpg (Paul TERRY)
Heckle et Jeckle auraient-ils fait de bon wikipédiens ?


C’est aussi bête que ça.

TIGHervé : « Les états d’âme d’un opérateur et la réponse que je viens de lui faire me font penser que : Un opérateur n’a pas besoin d’être particulièrement intelligent ou juste ou quoi que ce soit dans ces actions, voire dans sa communication, il faut seulement qu’il assume ce qu’il fait et qu’il ne soit pas trop souvent à côté de la plaque… Mais au contraire le « collège des administrateurs en ligne » – lui – doit l’être autant que possible, sans pourtant compliquer les choses au-delà du minimum utile ; et d’ailleurs ce constat ou raisonnement n’est qu’une reprise de ce qui se passe pour les contributeurs à l’espace principal, à savoir pas d’exigence élevée individuellement mais une détermination et obligation collective au mieux encyclopédique ! Un pour tous, tous pour un. Bonne semaine, les z’ops ! »

Kimdime : « Je ne sais pas ce que tu entends par « particulièrement juste », mais en tout cas, le principe de justice doit nous guider individuellement comme collectivement, sans pour autant nous faire oublier que l’objectif de wikipédia, c’est d’abord et avant tout la construction d’une encyclopédie. Entre la volonté d’être juste et le fait d’y parvenir, il y a évidemment une énorme différence, dans le premier cas c’est un prérequis, dans l’autre une ligne d’horizon. »

TIGHervé : « Je te laisse vivre ton point de vue ; je ne sais pas s’il est positif de creuser notre divergence, mais franchement de toutes les façons par lequel je lis ce que tu dis ou que je t’imagine l’appliquer, je ne suis pas d’accord avec ce que tu nommes prérequis (pour l’individuel et pour une première action comme opérateur). Franchement, parle-moi de respect des personnes, de leur implication même, de leur parti-pris oui, donc un minimum de prudence, de pondération et de mesure dans les intervention : oui clairement. Mais me soucier d’être équitable, d’être cohérent entre diverses interventions : non, c’est presque aussi clair. Pour moi, ça se serait paralysant, et je me demande d’ailleurs si la présente discussion n’est justement pas un écho de cette inhibition. J’ai toujours préconisé de garder aux interventions la plus grande simplicité, voire légèreté si tu veux. On a un objectif unique et simple et d’un autre côté des inconnus aux motifs tout aussi impénétrables : la sagesse est de se tenir au plus près de l’objectif en rejetant tout motif de compliquer les choses, chez ces inconnus comme ici. Et ça marche comme ça, donc aucune raison de changer. Donc, tu peux conserver les motifs qui te font te dévouer comme opérateur, mais il est possible que je ne sois pas le seul à ne pas les endosser, surtout au point où tu en es aujourd’hui dans ce cas. Autant, on peut discuter longtemps du dosage d’une sanction quand le bloqué semble vulnérable à l’effet de notre conclusion, autant il n’y a aucun investissement à faire quand il y a rejet sous une forme ou une autre du projet, quelle que soit l’ancienneté même. Enfin, ma boîte aux lettres est toujours ouverte pour entendre un banni qui se serait repassé le film en changeant de lunettes… ça me suffit comme justice ! Bonne continuation. »

Kimdime : « Je ne suis pas sur d’avoir compris l’ensemble de ta dernière intervention, (notamment ton usage des points d’interrogation) en tout état de cause ma réponse se voulait générale, puisque ta remarque l’était. »

TIGHervé : « Points effectivement inutiles enlevés. Je reparle de toi parce que je ne vois pas de meilleure illustration de ma position ou de l’analyse que je fais de la tienne. Chacun peut questionner ce qui est fait, ça reste indiscutable ! Tu peux rapprocher mon point de vue de mon hostilité de tout temps au principe d’un comité d’arbitrage. Je ne sais comment tu te situes à cet égard, mais sa renaissance montrerait que mon souci d’en rester au plus élémentaire n’est pas majoritaire. »

Publicités
Cet article a été publié dans Analyses, Observations. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s