Internet : les puissants reprennent les rênes

Nous conseillons vivement la lecture de ce très bon article du blog « Internet Actu » qui aborde des sujets liés à nos thèmes, même s’il fait l’impasse sur la pseudo-encyclopédie Wikipédia qui est épargnée : « Internet : les puissants reprennent les rênes. »

INTERNET ACTU

La seule phrase suivante résume à elle seule la réalité nocive d’Internet, avec en plus un effet de levier considérable, la plupart des gens considèrent comme une évidence qu’Internet est par définition libérateur, peu importe que les faits disent le contraire :

« L’internet donne de la puissance à tous. Les institutions puissantes peuvent être lentes à faire usage de ce nouveau pouvoir, mais, comme elles sont puissantes, elles peuvent l’utiliser plus efficacement. »

Sur Internet c’est l’heure de la douche froide :

« Nous avons cru que la génération internet, celle qui embrasse le changement social apporté par ces nouvelles technologies pouvait subvertir les institutions de l’ère précédente. Il est temps de déchanter. »

Internet est un Etat policier.

« Bienvenue dans un monde où tout ce que vous faites sur un ordinateur est enregistré, corrélé, étudié, passé au crible de société en société sans que vous le sachiez ou ayez consenti, où le gouvernement y a accès à volonté sans mandat.

Bienvenue dans un Internet sans vie privée, et nous y sommes arrivés avec notre consentement passif sans véritablement livrer une seule bataille… »

Mais comment avoir omis de relier cette reprise en main générale d’Internet avec la gigantesque escroquerie intellectuelle qui motive nos braves révolutionnaires de Wikimedia et son « Encyclopédie libre » Wikipédia ? Le tableau est pourtant tout aussi sombre, des prétentions « humanistes » au « partage de savoir », un discours de participation égalitaire de tous contre l’élitisme qui confisquerait le savoir, puis la réalité : une encyclopédie qui n’est qu’une base d’articles incohérent car sans ligne éditoriale, de la diffamation sans limite contre tous ceux qui déplaisent à une clique de quelques dizaines d’administrateurs et de leurs amis, de la propagande systématique, une gestion dictatoriale jusqu’à un mépris absolu pour les contributeurs eux-mêmes, un comble !

Alors : Wikipédia, l’émergence d’un totalitarisme numérique ?

Publicités
Cet article a été publié dans Analyses, Propagande, Wikimedia. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s