Matraquage et endoctrinement, l’idéologie du « libre » gagne du terrain

Voici une publication du mouvement « les Jeunes Socialistes » qui donne la mesure de la progression dans la société de l’idée d’un démantèlement du Droit d’auteur tel que matraqué par l’idéologie Creative Commons.

Lire : « Les Jeunes Socialistes publient leurs travaux sur le numérique. »

Les Jeunes Socialistes
Les « Jeunes Socialistes » ou l’ivresse de l’idéologie Creative Commons.

Et quelle surprise de lire le tweet ravi d’@AdrienneAlix, une dirigeante de Wikimedia France, le 8 janvier dernier. Alors Wikimedia une organisation politique ? Assurément.

« Audacieuses les propositions des jeunes socialistes sur le numérique… Seront-ils un peu écoutés ? »

Florilège de propositions « socialistes ».

« L’essor du numérique, des réseaux sociaux à Hadopi en passant par les révolutions arabes, questionne notre modèle économique, nos conditions de travail, notre modèle éducatif et la notion même de propriété privée. »

Dans la même phrase, on associe l’essor du numérique, la révolution, l’Economie et la remise en question de la propriété intellectuelle, quelle belle perspective, on comprend que les militants de Wikimedia exultent.

Et sans perdre de temps on ratisse sur les plates-bandes des idéologues du « libre » :

« Adopter une loi garantissant la neutralité du net »

Ah bon, au nom de quoi, un dogme sans doute ?

« Supprimer les fichiers de police qui n’ont jamais été déclarés à la CNIL » et « interdire la vidéosurveillance à terme… »

Oui « à terme » et sans se presser, on a compris ce n’est pas la peine d’être explicite sur ce coup-là !

Mais ce n’est pas tout il faut aussi une dose de stalinisme sinon ça ne serait pas drôle :

« Rendre l’utilisation et l’apprentissage sur logiciels libres obligatoire dans l’ensemble du système éducatif… »

Rien que ça ! Rendre les « logiciels libre obligatoires », est-il nécessaire de commenter, est-ce compatible avec notre engagement d’éviter les trop nombreux écarts de langage sur ce blog ?

« Autoriser les exceptions au droit d’auteur pour l’usage d’oeuvres dans l’éducation et la recherche, quelque soit la forme de la pratique éducative, sans tri préalable ni compensation financière. »

Confiscation de la propriété pour la bonne cause, un petit retour aux soviets ?

« Soutien public à l’acquisition de logiciels libres. »

Devrions-nous vraiment financer la création de logiciels avec les impôts ?

Une pointe de crétinisme ci-après car à mon avis ils ont voulu dire exactement le contraire, les brevets étant favorables aux grandes entreprises qui les déposent…

« Revenir sur l’interprétation législative d’avant 1985 par l’Office Européen des Brevets qui considérait que les logiciels ne pouvaient faire l’objet d’un brevet car équivalent aux méthodes mathématiques. »

Et enfin le bouquet, une attaque en règle contre le Droit d’auteur, ces gens prétendent-ils vraiment gérer le pays ?

« Reconnaître et légaliser le partage non-marchand des œuvres numériques entre individus… »

A nouveau de la réquisition pure et simple, comme en temps de guerre ?

« Revenir sur le passage à 70 ans après la mort de l’auteur de la durée de protection des oeuvres intellectuelles pour la limiter à la date de son décès. »

Là on atteint des sommets idéologiques, alors ainsi un entrepreneur pourrait léguer non seulement ses biens mais aussi son entreprise (c’est à dire le fruit de son travail) à ses héritiers mais un auteur ne pourrait plus léguer son œuvre, quel sens aigu de l’égalité !

Et enfin dans un style pour le coup franchement communiste une gestion étatisée de la rémunération des auteurs, qui deviendraient en quelque sorte des employés de l’Etat :

« Mettre en place une contribution créative séparant les organismes de collecte et de redistribution et redistribuant les gains de manière équitable aux auteurs en fonction de l’utilisation effective de leurs oeuvres. »

Chapeau Creative Commons, Wikimedia, vous progressez à grand pas vers un nouveau monde nouveau et… commoniste !

Publicités
Cet article a été publié dans Analyses, Creative Commons, Logiciel libre, Propagande, Wikimedia. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Matraquage et endoctrinement, l’idéologie du « libre » gagne du terrain

  1. Wikibuster dit :

    @Pov or not pov : Google est prêt à payer toutes sortes de services pour récupérer ensuite les milliards d’euros de publicité, rien n’est gratuit. Wikipédia se fait financer par nos impôts à hauteur de 66%, nous les consommateurs/contribuables on est les dindons de la farce.

  2. Pov or not pov dit :

    Le npov on connait ! Pour le reste personne ne veut supporter le coût des infrastructures des réseaux. Pour les routes et autoroutes, il faut trouver le dénommé contribuable, sur Wikipédia cela s’appelle un donateur. Ce qui rapporte ce sont les marchandises ou informations qui circulent. Le logiciel libre c’est le revêtement bon marche. Pour sur d’ici peu il y aura des péages…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s