Licences libres… un cas de conscience !

Altshift, un ancien de wikibuster.org, s’était intéressé à la bizarrerie des licences dites « Creative Commons » en particulier dans le cadre de Wikipédia. Il nous livrait en 2010 ses réflexions sur le seul mode raisonnable pour une doctrine aussi absurde, la dérision !

Pinaillage Creative Commons
L’Ordre nouveau de Creative Commons… les auteurs n’ont qu’à bien se tenir !


Licences libres… un cas de conscience !

Je me suis rendu compte ce matin qu’accidentellement et contre mon gré, j’avais appris des choses (vraies ou non) à la lecture de certains articles de wikipédia. Jusque là même si c’est surprenant, rien que de très normal, une encyclopédie c’est fait pour ça. J’ai acquis un certain savoir sans payer tout à fait légalement puisque les articles sont placés sous licences creative commons. Là où je commence à m’inquiéter, c’est sur l’utilisation que je peux être amené à faire de ce savoir librement diffusé et légitimement acquis. En effet, alors que pour gagner ma vie, je m’apprêtais à rédiger un texte, je me suis rendu compte que ce texte, tout à fait original par ailleurs, était en grande partie induit par ces éléments appris récemment par l’entremise de wikipédia… Je me suis donc logiquement demandé si, pour respecter les licences illégales creative commons, il ne me serait pas nécessaire de citer wikipédia, les auteurs de l’article, et plus encore, de placer mon propre texte sous licence creative commons… Comme le texte était a priori destiné à me permettre de vivre, et que la licence creative commons lui retirait cette capacité, je me suis demandé si ça valait bien la peine de l’écrire.

En poussant la logique, je me suis souvenu qu’une fois, quand je n’étais pas encore vandale, ou plutôt pas encore repéré comme faux-nez, j’avais modifié dans un article l’expression « démocratiquement désigné » qui me semblait aberrante par le mot « nommé ». En publiant cette modification, j’ai incidemment placé ce mot sous licence creative commons et suis devenu titulaire de droits d’auteurs par ailleurs non respectés sur ce mot là. NOMMÉ ! Dix minutes plus tard, mon « nommé » avait été à nouveau très bêtement remplacé par « démocratiquement élu » (il s’agissait du gouvernement français…) mais, comme mon « nommé » était resté dans l’historique de l’article, je restais effectivement titulaire des droits d’auteurs sur ce mot et officiellement auteur de l’article parmi d’autres.

En fouillant mon dictionnaire, j’ai eu l’occasion de constater que à part quelques mots comme frigidaire® ou caddy® la plupart d’entre-eux n’étaient pas soumis au droits d’auteurs, ni n’avaient été déposés par qui que ce soit… C’est alors que j’ai été secoué d’un frisson de terreur : Non seulement je ne pouvais plus utiliser le mot « nommé » sans le placer sous licence libre, mais de plus, je ne pouvais plus, afin de respecter les licences creative commons, employer aucun des mots placés sous licence libre par les auteurs de wikipédia sans les placer à mon tour sous licences libres.

De ce fait, non seulement il m’est devenu presque impossible de gagner mon pain avec des textes, à moins de dresser la liste des mots qui ne sont JAMAIS employés sur wikipedia et de n’utiliser que ceux-là, lesquels n’étant pas sous licence libre sont encore libres d’être utilisés… Mais même en n’utilisant que ces mots là, il me serait nécessaire pour l’emploi du moindre « pronom » comme « LE » de retrouver toutes ses occurrences dans wikipédia et de citer tous les auteurs qui l’emploient dans la grande encyclopédie libre… ce qui aurait pour effet d’accroître singulièrement le nombre de caractères initialement prévu pour mon texte, et donc le voir refusé par l’éditeur.

J’en conclus que, afin de m’exprimer désormais librement sans avoir à placer mes œuvres de l’esprit sous licence libre et afin d’espérer vivre de mon travail, j’allais être contraint d’inventer ma propre langue… et pourrai l’utiliser sans souci, du moins jusqu’à ce qu’un crétin ait la mauvaise idée de créer sur wikipédia un article portant sur ce langage ou pire, de créer une wikipédia entièrement en Idiome Altshift.

Exemple : Hert, fruguilo kerabul nim baft ! sef minoplak dem diboulet frigu. Opli nimoularft zebouti kirapi, nim wikishit frapading belik nulitos !!! (© Altshift)

Ah mince, j’y pense soudain ! même l’alphabet et les signes typographiques sont sous licence creative commons !

Après réflexion, je crois que le mieux serait que je fasse semblant d’avoir appris des choses non par wikipédia, mais par les sources qui sont citées en références… quand il y en a.

Altshift, wikibuster.org, 10/11/2010

Publicités
Cet article a été publié dans Analyses, Creative Commons. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Licences libres… un cas de conscience !

  1. Carter79 dit :

    Je trouve l’article très ironique et très drôle, malgré son décalage avec la réalité juridique. En effet, comme le dit « simple touriste », les mots ne sont pas placés à l’unité sous la licence Creative Commons, mais les textes dans leur entier oui.

    Quelques points sont toutefois intéressants à noter :
    1/ Chaque personne qui s’invite au sein d’un texte pour rajouter un terme (ici le mot « nommé ») devient co-auteur de l’article (dans le cas où le terme est conservé bien entendu). Il ne suffit pas de grand chose pour devenir auteur d’un maximum d’articles dans ce cas…
    2/ Le droit d’auteur est acquis et domine la licence Creative Commons tant qu’il y a des preuves de la rétroactivité (des textes plus anciens étant repris de A à Z et déposés sur Wikipédia par exemple) comme le souligne « Simple touriste », mais c’est là où Wikipédia se donne des droits supplémentaires, car il suffit qu’une simple virgule ait été modifiée pour que les modérateurs considèrent le texte comme co-écrit, nous n’avons donc plus de droit d’auteur unique pour le reprendre.
    3/ il est tout simplement impossible de supprimer d’anciennes images ou publications même si nous en sommes les uniques auteurs car les modérateurs le refusent et s’imposent. Cela m’a valu des dizaines d’échanges par email avec les dictateurs de l’encyclopédie. Même lorsque vous avez les preuves que vous êtes l’auteur d’un texte, les modérateurs font en sorte de garder vos données en vous éjectant du site ou en utilisant l’historique pour remettre les contenus… Wikipédia se place au dessus des auteurs eux-mêmes et c’est la raison pour laquelle l’encyclopédie finira par sombrer…

    Wikipédia a connu ses heures de gloire mais les modérateurs ont pris la grosse tête au point de se prendre pour des chefs outrepassant la légalité de base. C’est dommage car le concept est pourtant intéressant et riche… Rappelons que sans l’aide financière d’il y a quelques mois, nous aurions été débarrassés de Wikipédia sur le web, donc tout peut arriver et les modérateurs devraient se méfier quand même de leurs agissements parfois arbitraires…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s