Rémi MATHIS, ou comment avoir sa page sur Wikibuster ?

Suite aux nombreuses demandes de bibliothécaires reçues ces derniers mois nous souhaitons dissiper tout malentendu en précisant que pour obtenir sa page sur Wikibuster il est impératif d’avoir de solides soutiens… sur Wikipédia ! Nous rappelons que les articles de notre « Encyclopédie librement inspirée » sont publiées sous licence CC-OX 1.0 : Partage avec déformation et amplification.


Rémi MATHIS est né quelque part [réf. nécessaire] puis on sait seulement de lui qu’il a 18 au bac et se retrouve major en Khâgne comme il le souligne modestement sur son blog « À la Toison d’or ». Il est diplômé de l’Ecole nationale des chartes et devient Conservateur de la BN (la Bibliothèque Nationale pas les choco BN patate !) [passage non neutre] [CheckUser : contribution de Kevin LEGRAND, 12 ans, du collège Les Buissonnets à Rueil-Malmaison lors d’un stage d’initiation précoce à Wikipédia, source croisement adresse IP / Facebook / La grande enquête Acxiom / Agenda du programme d’endoctrinement pour la jeunesse de Wikimedia France]. Discret sur son enfance Rémi confie toutefois qu’il a longtemps souffert d’un important manque de partage du savoir. Rémi MATHIS rejoint la nouvelle IC (Internationale Commoniste de libération du savoir) en 2009 et gravit rapidement les échelons de l’organisation révolutionnaire, il est l’actuel Président de Wikimédia France [apologie d’une organisation politique].

Un tricheur repenti – Il reconnait sur son blog avoir obtenu ses bonnes notes au Lycée en trichant systématiquement : « Le travail à la fois sur le texte et la traduction était en fait une très bonne méthode, bien qu’elle parût une tricherie ». Tricher ne le choque pas si c’est pour une bonne cause [POV].

Une passion, l’Estampe – Son biographe officieux, Trizek, qui lui avait demandé une confirmation d’une déclaration de jeunesse selon laquelle « sa passion pour les estampes serait née de l’émoi ressenti lors de la découverte de la collection d’estampes japonaise paternelle » rapporte qu’il se souvient seulement du début de la réponse : « Ras le bol de cette blague débile… » et de son réveil douloureux dans l’ambulance du SAMU où il venait de reprendre ses esprits. D’après Wikipédia la question ne lui aurait plus été posée depuis. [cette section cite trop ses sources]

Les années de commonisme – D’après un site Internet [autocitation suspecte] c’est après avoir entendu le sergent recruteur de Wikipédia GLec que Rémi MATHIS a annoncé sa conversion (sic) au Commonisme 2.0 : « Le monde du libre est difficile à appréhender par nos consciences formatées par plus de 7000 ans de domination des pyramides cités/États et de leurs élites dont on peut constater en direct la fragilité aujourd’hui. »

Son ascension à Wikimedia – Il prend sa carte de Wikimedia France, la tête de pont de Wikimedia Inc. en France, puis devient Président de l’organisation en 2010, Adrienne ayant été consensuellement écartée par la Communauté pour « QI trop élevé pour le poste ».

Un gazouilleur de haut vol – Son nom d’oiseau numérique est @RemiMathis, il a à son actif un décompte de gazouillage twitter de près de 23.000 (!) gazouillis (déc. 2012) et n’a ainsi rien à envier à n’importe quel adolescent du XXIème siècle à cet égard.

Récompenses

• Il obtient la haute distinction d’acteur engagé de la diffusion libre des connaissances, exceptionnellement décernée par Wikipédia en 2012 pour services rendus à l’idéologie Creative Commons pour une étroite collaboration au captage de fonds documentaires institutionnels français au profit de l’organisation Wikimedia Commons.

• Il est nommé par J. WALES « Wikipédien de l’année » en 2013 pour son courage face aux pressions policières de la DCRI.

Citations :

  • Enfant je voulais être Cosmonaute, adolescent je rêvais d’être un Argonaute, à l’age adulte j’ai fini Internaute.
  • Le tweet est entré dans nos moeurs, on devrait tous se donner des noms d’oiseau.
  • Wikipédia c’est formidable, maintenant je ne peux plus égarer mon CV !

Suspicion de conflit d’intérêts – Sa forte implication dans le mouvement commoniste mondial fait débat, à un journaliste qui lui demandait s’il ne craignait pas un conflit d’intérêts entre son statut de fonctionnaire de l’Etat français et les ambitions mondialistes de Wikimedia de prise de contrôle du savoir, sa réponse fut : « Permettez-moi de gazouiller quelques instants (NDLR : « poster des tweets ») avec Trizek et Adrienne, je souhaite faire une réponse consensuelle. »

Polémique autour de sa fiche Wikipédia – [cette section concerne une polémique close] L. BONOD le-prof-qui-a-piégé-ses-élèves-sur-Wikipédia épingle cette fois-ci le bibliothécaire médiatique en démontrant vidéo à l’appui que sa page wikipédia est le résultat d’un copinage éhonté. Plus inquiétant R. MATHIS n’aurait pas hésité à produire une fausse source pour empêcher la suppression de la page, exigée par des wikipédiens outrés. L. BONOD a ensuite prouvé que l’article invoqué traite de Wikipédia et non de R. MATHIS et il a suggéré à ce dernier de demander lui-même la suppression de sa page. Bien qu’il soit intervenu systématiquement dans la rédaction de cette page il déclina l’offre arguant qu’il ne souhaitait pas interférer avec le processus normal de Wikipédia [RIP]. Lire « Petits arrangements entre amis de Wikimedia ».

Une popularité grandissante sur Twitter

Démêlés avec les services de renseignement français – En avril 2013 le bibliothécaire commoniste est convoqué dans les locaux de la DCRI afin de rendre des comptes sur des informations classées secret défense que Wikimedia avait refusé de retirer sur Wikipédia. Il s’exécutera pour laisser un admin comparse mais cette fois anonyme et basé en Suisse rétablir l’article. Une fois de plus la machine à anonymat montée par Wikimedia montre sa puissance et sa détermination à se placer au dessus des lois.

Proposé pour une canonisation avant sa mort ? – D’après un wikilâtre sur ce même blog, R. MATHIS serait un saint, en effet après avoir été « pris en otage par la DCRI » il aurait renoncé à porter plainte pour « jouer l’apaisement » et « éviter à la DCRI l’humiliation suprême », ceci dans un geste « humanitaire ».


Note : Le nez rouge offert à Rémi MATHIS reprend une sympathique tradition wikipédienne illustrée dans cet article (depuis supprimé).


Participez à l’Encyclopédie librement inspirée en écrivant à libredelire@wikibuster.org.

Publicités
Cet article a été publié dans CC-OX, Wikimedia. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Rémi MATHIS, ou comment avoir sa page sur Wikibuster ?

  1. Perfide dit :

    Pour Saltarelli je ne vais pas me fouler à vous écrire un article, vous trouverez plein d’infos en ouvrant http://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Jean-Pierre_Saltarelli/Suppression

    Wikipédia est un site qui lutte activement contre le spam et l’envahissement par la publicité mais sait faire des exceptions quand un de ses administrateurs actifs a un message important à faire passer. Par exemple, si vous vous demandez si le Côte-du-Ventoux est un grand vin ou une piquette, vous pourrez consulter le « bon article » correspondant http://fr.wikipedia.org/wiki/Ventoux_(AOC) voyons hum « Ici la gastronomie a atteint le niveau littéraire. » Waow ! J’en veux et encore un peu plus ! Hips !

    Et si vous voulez de la bonne huile d’olive pour accompagner votre exploration oenologique, après une visite amusée à http://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Oliviers_&_Co/Suppression, vous pourrez vous référer à l’article pour savoir si c’est bon « Pour garantir l’origine et les saveurs de ses huiles, la firme a une démarche, fondée sur la traçabilité et la qualité, et applique sa devise « rechercher l’exception sur tout le pourtour méditerranéen » ». Putain comment ai-je pu vivre si longtemps sans acheter chez eux ? Tous à Mane !

  2. wikibuster dit :

    C’est très juste, Perfide envoyez vos infos à wikibuster@wikibuster.org si vous n’avez pas le temps de faire un article (?)

  3. Loys dit :

    Racontez pour Saltarelli ! 😉

    Rémi Mathis m’a fait parvenir hier un article du « Monde » du 3 mai 2010 (et non de décembre 2010 comme il l’indiquait lui-même dans le débat sur la suppression : première étrangeté). Mais surtout cet article ne lui est absolument pas consacré puisqu’il s’intitule « La BNF et Wikipédia main dans la main » et que, dans un petit paragraphe, il est seulement cité comme un exemple de « wikimédien ». Enfin Rémi Mathis est intervenu une nouvelle fois dans la discussion sur sa propre page pour citer cette supposée source et défendre sa page : la neutralité, encore et toujours…

    Résumons : la notoriété du président de Wikimédia est fondée sur une source de 2010 qui n’existe donc pas. On fait mieux pour donner de la crédibilité à Wikipédia.

  4. wikibuster dit :

    Soyez perfide, proposez-le ! 😉

  5. Perfide dit :

    A quand sur Wikibuster un article au sujet de la page « Jean-Pierre Saltarelli » ?

  6. Loys dit :

    La suite du feuilleton, c’est que rien ne se passe ! ^^

    La page promotionnelle est toujours là : on dirait que personne n’ose y toucher. Et les sources ne sont toujours pas arrivées mais seul un mauvais esprit pourrait soupçonner qu’elles n’existent pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s