Le coup de gueule du gratte-papier

Le coup de gueule du jour sur Wikipédia vient du contributeur Gratte-papier qui ne supporte plus les chiens de garde qui le harcèlent sur sa page perso avec des pseudo règles inventées par trois bonshommes dans leur coin :

« Il y a des recommandations, que vous confondez avec des décrets divins. Si je n’enlève pas mes drapeaux, vous faites quoi ? Vous me bloquez, pour montrer que vous avez du pouvoir sur les péons ? »

« Allez-y, n’ayez pas peur du ridicule. Ni de faire fuir les contributeurs. Vous vous sentirez mieux quand il n’y aura plus que des censeurs et des pinailleurs sur Wikipédia. C’est vrai, quoi, ces péons qui se mêlent de vouloir mettre du savoir à disposition de tous, c’est insupportable ! »

« Tiens, un nouveau roquet qui vient m’aboyer aux chevilles. A la niche, vilaine bête ! » 01/12/2012

Inutile de dire qu’il s’est fait mordre bloquer par les petits roquets mais il termine en beauté avec quelques rimes sur sa page personnelle Wikipédia :


Gratte-papier est mort le 2 décembre 2012, tué en défendant le drapeau.

Je suis tombé des cimes.
C’est la faute à Kimdime.
On m’a tranché la gorge.
C’est la faute à Jean Georges.

Suite à son blocage de deux heures, Gratte-papier écrit:

Face à l’utilisation de la force par ceux qui la détiennent, il n’y a que deux attitudes, se soumettre, ou se démettre. Je choisis la deuxième.
Vous avez bravement contribué à Wikipéia aujourd’hui, en éliminant deux petits drapeaux et un peon encombrant, qui avait l’outrecuidance de créer des articles et d’en améliorer d’autres (jetez un oeil à mes contributions). Je vous invite à continuer votre action de censure, afin que cette grande idée, vidée de son contenu, n’accueille plus, dans quelques temps, que des pinailleurs et des amateurs de règlements stériles, et des chefaillons en mal de pouvoir, défoulant sur les péons leurs frustrations de la vie quotidienne, en abusant sans aucun discernement du petit pouvoir qui leur est donné. Pour ma part, je vais me consacrer à d’autres tâches, où mes capacités seront appréciées à leur juste valeur.
A nouveau, mes félicitations pour l’excellent choix de ce jour. Continuez !
Je ne signe pas, car je n’existe plus.

Les vigilants censeurs de Wikipédia, gardiens des centaines des règles sacrées, effectuent avec conscience leur tâche de petits fonctionnaires. Trois blocages, de plus d’un mois, au total, pour deux drapeaux de 2 mm2. Vous ne vous sentez pas ridicules ?

Vous devriez me remercier, vous pouvez ainsi exercer vos minables petits pouvoirs de censeur. Bloquez, bloquez… Gratte-papier, l’immortel combattant des crétins au front bas. (Immédiatement censuré par l’administratrice Lomita)

Publicités
Cet article a été publié dans Observations. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le coup de gueule du gratte-papier

  1. Ca fait plaisir de lire de si jolies révoltes, si rigolotes… Grattons, grattons, ces vieux papiers jaunissants 😉

    Merci, Gratte-papier.

    Luca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s