L'autoritarisme tranquille de Wikipédia

Certes on prévient bien dans les « cinq principes fondateurs de Wikipédia » (sic, essayer de ne pas rire) que ce projet n’a rien à voir avec une quelconque « expérience d’Anarchie » mais la pseudo-encyclopédie bénéficie d’une image positive d’ouverture et de liberté qui a été matraquée si longtemps qu’il sera bien difficile de la rectifier dans l’esprit des internautes.

Voici pourtant un exemple frappant de la mentalité imbécile et autoritariste qui règne parmi les « wikipédiens ».

« 1. Quand quelqu’un se plaint à grand bruit de la CENSURE, on peut être sûr qu’il n’y a rien de bon à en tirer. »

Ce n’est pas une blague cette règle de conduite quasiment orwélienne provient de Wikipédia et c’est bien du premier degré ! Ça devrait effrayer n’importe quel démocrate mais c’est tellement caricatural qu’on préfèrera surement en rire… 🙂

« 6. Tout utilisateur enregistré dont la première contribution est un vandalisme de page utilisateur, ou une attaque personnelle sur une page de discussion, devrait être bloqué immédiatement Ad vitam æternam, sans commentaire. »

Sans commentaire en effet !

« 9. Les utilisateurs contribuant à un seul sujet ont rarement, voire jamais, la volonté ou la capacité d’écrire de façon neutre. De plus, à l’examen, on trouve souvent un conflit d’intérêt. »

En clair toute personne spécialiste d’un sujet ou simplement passionnée est suspecte sur Wikipédia, les experts peuvent prendre la porte.

« 12. Wikipedia est une encyclopédie. La tâche première des wikipédiens est de l’écrire. Tout le reste est secondaire. »

Comme souvent constaté les gens ne comptent pas sur Wikipédia, cette organisation fonctionne sur un mode à proprement parler sectaire.

« 13. Comme la tâche première des wikipédiens est d’écrire l’encyclopédie, tout utilisateur dont l’activité principale est d’interférer avec l’écriture devrait être amené à quitter le projet, de la façon la plus indolore possible. La meilleure façon est de le persuader qu’il sera plus heureux ailleurs, et de lui souhaiter tout le bonheur du monde. La pire est de lui taper dessus et de l’énerver. Mais quelle que soit la façon dont cela se fait, cela doit être fait. »

Condescendance, mépris, sur Wikipédia on élimine les importuns comme on pique les animaux, avec humanité.

« 15. Les pires ennemis de Wikipédia sont ceux dont la vanité est froissée. Ce peut être des gens moyennement notables qui ont essayé d’éditer l’article qui leur est consacré, et qui n’ont pas pu en prendre le contrôle ; ou des gens qui ont travaillé dur sur un article consacré à un sujet qui leur tient à cœur et qui a été supprimé par la communauté ; ou encore des gens qui veulent promouvoir un point de vue rejeté par la communauté. D’ordinaire, ils invoqueront un principe moral supérieur à la rescousse de leur croisade contre le projet, comme la Censure, la Liberté d’expression, une conspiration pour les persécuter, ou tout autre chose, parce que leur propre orgueil les empêche de voir que c’est cette vanité même qui cause leurs tracas. »

Au diable la vanité, il n’y a pas de place pour l’humain dans Wikipédia, l’idéal est plus élevé. Plus intéressant, on reconnait ici que le but des contributeurs est de prendre le contrôle des articles mais si vous n’y parvenez pas c’est tant pis pour vous.

« 17. Il EXISTE une cabale. C’est un noyau de contributeurs unis par la conviction que l’encyclopédie doit se protéger des imbéciles et des gens qui écrivent des sornettes. »

Voilà c’est dit, un petit groupe de contributeurs revendique d’avoir pris le contrôle du site et de faire régner la loi, sa loi pour être précis. Alors devra-t-on encore essayer de le prouver ?

« 18. Lorsque quelqu’un attaque la communauté ou une de ses parties dans une diatribe sur sa page utilisateur, c’est que l’Acte V de sa Wiki-tragédie personnelle débute. Il se conclura, inévitablement, par son départ ou son expulsion du projet. »

L’élimination des contributeurs non dociles est théorisée et programmée, on pense aux purges staliniennes une fois de plus.

« 23. Toutes les vertus et tous les vices de l’humanité se trouvent sur Wikipédia. Ceux qui quittent la communauté parce qu’ils ne peuvent pas tolérer ses vices, ses divisions et sa politique, se retrouveront devant les mêmes vices, divisions et politique ailleurs dans la vie. »

Au-delà de la prose lourdingue, noter qu’on reconnait que Wikipédia a une… politique !

« 29. Il y a des gens bien qui quittent le projet tout le temps. Heureusement, il y a des gens bien qui rejoignent le projet tout le temps, aussi. Les gens pas bien vont et viennent également. Le projet survit à ces départs et ces arrivées. »

Wikipédia consomme les contributeurs puis les jette, les gens n’ont aucune importance, malgré les mensonges de façade ce site est bien à l’opposé d’un projet « humaniste ».

Si on est pas encore totalement écœuré lire la conduite wikipédienne sur Wikipédia.

Publicités
Cet article a été publié dans Analyses. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s